Clicky

1 million de planètes habitables pourraient en théorie orbiter autour d’un trou noir

Selon Sean Raymond, astrophysicien à l’Observatoire de Bordeaux en France, plus d’un million de planètes habitables peuvent orbiter autour d’un trou noir.

Il pense que les astronomes qui cherchent des exoplanètes dans la zone habitable de leurs étoiles hôtes suivant le modèle de la Terre manquent un point crucial, à savoir que leur localisation pourrait être complètement différente dans d’autres systèmes solaires.

Trou noir moléculaire

Les trous noirs pas si hostiles à la vie que ça !

À titre d’exemple, Sean Raymond cite le système TRAPPIST-1 (une étoile beaucoup plus froide que le Soleil), où récemment les scientifiques ont identifié trois planètes de la taille de la Terre dans la zone habitable de ce système. Comme Raymond l’explique, il n’y a que deux types connus de trous noirs. À savoir des trous noirs réguliers avec des masses seulement quelques fois plus grandes que la masse de notre Soleil et des trous noirs supermassifs qui possèdent des masses qui pourraient être des milliards de fois plus grandes que la masse de notre Soleil.

Les scientifiques ont remarqué que des trous noirs réguliers se forment lorsqu’une étoile meurt et s’effondre, tandis que les trous noirs supermassifs se trouvent au milieu de pratiquement toutes les galaxies connues, y compris la nôtre : la Voie Lactée qui a Sagittaire A.

Et si notre soleil était remplacé ou accompagné par un trou noir ?

Hypothétiquement, si le Soleil était remplacé par un trou noir de la même masse, dit Raymond, rien ne changerait en ce qui concerne les orbites des planètes, mais la vie sur notre planète changerait sans aucun doute, avec des conditions d’absence de lumière et de chaleur.

D’un autre côté, si notre Soleil recevait magiquement un compagnon trou noir, l’attraction gravitationnelle plus forte n’affecterait que la vitesse de rotation des planètes. Dans cette situation, la Terre, par exemple, accomplirait une rotation complète en environ 258 jours au lieu de 365 jours.

Selon Raymond, il n’y a donc aucun problème pour les planètes habitables à orbiter autour des trous noirs, tant que la vie sur ces exoplanètes a réussi à s’adapter au manque de lumière et de chaleur. On pourrait y trouver des formes de vie microbienne notamment. Cependant, ce modèle n’est pas applicable dans le cas des trous noirs supermassifs qui possèdent une attraction gravitationnelle plusieurs fois plus forte.

Mots-clés astronomietrou noir