11 standards de beauté insolites venus des quatre coins du monde

Comme le dit le diction : « La beauté se trouve dans l’œil de celui qui regarde ». Et cela est d’autant plus vrai lorsque vous jetez un œil à certains des standards de beauté les plus inhabituels au monde. Beaucoup de ces normes de beauté ont une grande importance symbolique ou même religieuse, tandis que d’autres pratiques sont effectuées dans le but que la femme puisse se donner toutes les chances de séduire l’homme le plus riche et le plus influent de sa tribu ou communauté.

Nous avons recensé ici pour vous, 12 de ces standards de beauté parmi les plus étranges au monde. Certains vont certainement vous donner des frissons !

1. Scarification

Cet étrange critère de beauté se retrouve notamment en Papouasie-Nouvelle-Guinée, à l’autre bout du monde, à l’écart de l’Éthiopie et du Sud-Soudan. Ici, les Sepik marquent la peau de leurs jeunes hommes avec un motif d’alligator très particulier.

C’est un rite de passage, les Sepik croyant que l’alligator consomme l’enfance du jeune homme, lui permettant ainsi d’entrer dans l’âge adulte.

2. Long cou

En Thaïlande, l’une des attractions touristiques populaires est la tribu Kayan. Selon un article d’Epicure and Culture, environ 40 000 touristes visitent les villages de ces tribus montagnardes chaque année pour voir les femmes girafes.

Les femmes portent des anneaux de cou dès 4-5 ans et augmentent les anneaux au fur et à mesure qu’elles vieillissent. La raison pour laquelle elles portent ces anneaux de cou est de créer l’illusion d’un plus long cou. Les anneaux n’allongent pas nécessairement le cou, mais ils créent cette illusion. L’origine de cette tradition n’est pas claire, mais il est dit qu’elle permet de modifier l’apparence des femmes du village pour repousser les hommes des tribus rivales.

3. Disque à lèvre

La tribu des Mursi vivant dans le sud-ouest de l’Éthiopie apprécie les grandes lèvres. Afin d’augmenter la taille de leurs lèvres les filles portent un disque à lèvre. Elles commencent par se faire couper la lèvre inférieure, et y insèrent un bâton. Puis elles remplacent le bâton par un bouchon d’argile de plus en plus grand, dont le diamètre peut atteindre 30 centimètres. Selon les Mursi, un disque à lèvre plus large est le symbole d’un statut social supérieur de la femme, ainsi qu’une protection contre les mauvais esprits.

4. Oreilles allongées

Au Myanmar, au Kenya et en Tanzanie, ainsi que sur l’île de Bornéo, les lobes d’oreilles allongés sont supposés signifier la beauté et le statut. Les trous sur le bas des oreilles sont augmentés à l’aide de bâtons en bois et de lourdes boucles d’oreilles en laiton. Pour attirer les femmes, les hommes « déploient » leurs oreilles, mais au contraire pour faire la chasse ils les nouent.

Crédits Stuartyeates

5. Tatouage de visage

Le Tā moko, populairement connu comme le tatouage de visage, est considéré comme une norme de masculinité pour le peuple maori en Nouvelle-Zélande. C’est une tradition ancienne de la tribu, symbolisant une étape importante de la transformation des garçons en hommes. Plus le statut et l’origine de l’homme sont élevés, plus le schéma sur son visage est complexe. Pour devenir plus attrayants pour le sexe opposé, ils reçoivent également des tatouages ​​spéciaux sur leurs fesses et leurs cuisses.

6. Fixation des pieds

La fixation des pieds était une partie importante de la culture chinoise durant des siècles. Et bien qu’elle ait été interdite dans les années 1940, ses effets peuvent encore être observés sur certaines femmes plus âgées, en particulier dans les zones rurales du pays. C’était une pratique terrifiante qui consistait à briser les orteils des femmes, avant de les replier contre la plante du pied pour être « ligotés » avec un tissu serré afin de les maintenir en place.

Non seulement cela rendait les pieds des femmes chinoises petits et délicats – un symbole du statut et de la position sociale dans la Chine rurale – mais aussi les femmes qui avaient subi la procédure de fixation des pieds étaient considérées comme de très bons partis, car elles ne se plaindraient pas trop.

7. Couper ses dents

Pendant des décennies, les femmes de certaines tribus indonésiennes ont subi une procédure douloureuse appelée le ciselage des dents. La procédure laisse les femmes avec des dents plus petites et pointues – le signe d’un statut social plus élevé dans ces tribus particulières. Mais le ciselage des dents est également pratiqué dans d’autres parties du monde pour différentes raisons.

À Bali, par exemple, une tribu se lime les dents les plus pointues, parce qu’elle croit que ses dents représentent la colère et la haine, et qu’elle peut se débarrasser de ses émotions négatives en réduisant ses dents. D’autres cultures, comme la tribu africaine Wapare, taillent leurs dents pour que leurs guerriers ressemblent plus à des animaux – et vraisemblablement, aient un aspect plus redoutable sur le champ de bataille.

8. Obésité

Les hommes en Mauritanie aiment les femmes bien en chair. Les jeunes femmes sont traditionnellement nourries de force pour grossir. Et si cela n’est pas assez, certaines personnes utiliseraient même des méthodes extrêmes pour prendre du poids, comme prendre des médicaments pour stimuler l’appétit par exemple.

9. Ouvrir les fossettes

La Thaïlande semble être riche en pratiques traditionnelles bizarres pour améliorer la beauté. L’une d’entre elles est le piercing des joues, qui peut sembler horrible pour les personnes vivant à l’extérieur de la Thaïlande en raison de la douleur énorme endurée pendant le processus. Pour le peuple thaïlandais, cependant, c’est un acte de dévotion envers eux-mêmes, et aussi une procédure qui, selon eux, aidera à chasser les mauvais esprits de leurs vies.

Fait intéressant, les Thaïlandais sont profondément enracinés dans cette culture, exécutant souvent le rituel pendant le festival végétarien de Phuket (qui dure 10 jours). La concurrence est généralement rude entre les hommes qui utilisent des fusils, des épées et même des vélos pour percer leurs joues.

10. Dents sombres

Les dents sombres sont une norme de beauté dans certaines tribus locales en Asie. Initialement, la tradition de se teindre les dents a été associée à la protection contre la carie dentaire ainsi que le fait de symboliser le statut d’une femme mariée.

11. Bouchons de nez

Cette pratique est particulière, parce qu’il ne s’agit pas vraiment d’une pratique de beauté, mais plutôt de répulsion. Les femmes de la tribu des Apatani en Inde sont bien connues pour leurs décorations nasales inhabituelles – des bouchons insérés dans les côtés de leur nez dans le but exprès de les rendre moins attrayantes. En fait, il est dit que les femmes Apatani étaient autrefois considérées comme les plus belles de toute l’Inde. Cependant, cette beauté a eu un prix car leurs villages étaient constamment attaqués par les tribus voisines qui cherchaient à voler une épouse apatani.

Les bouchons de nez plutôt laids et disgracieux ont ainsi été créés, s’avérant être très efficaces pour éloigner les hommes des autres tribus de leurs femmes. Cette pratique s’est poursuivie jusque dans l’ère moderne, bien qu’elle ne soit aujourd’hui qu’une tradition apatani, plutôt qu’un dispositif antivol non conventionnel.

Mots-clés insolite