13 Reasons Why lié à l’augmentation du nombre de suicides chez les jeunes ?

Parmi les séries les plus populaires de Netflix, impossible de ne pas citer « 13 Reasons Why ». Diffusée pour la première fois en 2017, la série avait fait un véritable carton chez les adolescents. Elle avait également été la source d’une grande polémique auprès des adultes et des experts, car l’histoire aborde la thématique du harcèlement, du viol et du suicide chez les jeunes et les adolescents.

Des chercheurs ont précisément mené une étude mettant en corrélation la série et le nombre de suicides chez les adolescents américains.

Les détails de l’étude ont été publiés le lundi 29 avril dernier dans la revue spécialisée Journal of Child and Adolescent Psychiatry.

Quand le suicide devient « glamour »

Adaptation du roman éponyme de Jay Asher, 13 Reasons Why raconte l’histoire d’Hannah Baker, une lycéenne de 17 ans, qui s’est suicidée après avoir été harcelée et violée. Mais avant de mettre fin à ses jours, la jeune fille avait enregistré 13 cassettes qui expliquent les 13 raisons de son geste.

Alors que Netflix a soutenu dans un communiqué que le but de la série était de mobiliser contre le viol et l’intimidation au lycée — « Il s’agit d’un sujet d’une importance cruciale et nous avons travaillé dur pour nous assurer de traiter cette question sensible de manière responsable » — certains ont plutôt l’impression que l’histoire donne une dimension « glamour » au fait de se suicider.

Un taux de suicide alarmant chez les jeunes garçons

L’étude publiée lundi estime à « 195 le nombre de morts supplémentaires par suicide chez les jeunes âgés de 10 à 17 ans, entre le 1er avril et le 31 décembre 2017. » Il s’agit d’un chiffre alarmant, car cela correspond à une hausse de 29 % par rapport à l’année qui précède la diffusion de la série.

Contre toute attente, les experts ont constaté que cette hausse concerne particulièrement les adolescents et non les adolescentes qui auraient pu s’identifier à la pauvre Hannah Baker. De son côté, Netflix a assuré que les responsables allaient prendre cette étude en compte pour la suite de la série… dont une saison 3 est prévue pour cette année 2019.

Pour John Ackerman, le co-auteur de l’étude, le problème vient principalement de la manière dont est décrit le suicide de Hannah.

Dans la série, cet acte semble en effet être inévitable compte tenu de ce que l’adolescence a subi. Le spécialiste pense que le fait de décrire le suicide comme quelque chose d’inéluctable peut avoir des répercussions dangereuses pour toutes les personnes suicidaires. Dans ce contexte, il estime que les parents doivent se montrer prudents.