1337x, LimeTorrents et d’autres ont été bannis en Espagne et ça ne servira à rien

Dans le jeu du chat et de la souris entre les pirates, les autorités et l’industrie musicale, une énième page vient d’être tournée en Espagne avec une décision émise par le tribunal de commerce n°1 de Barcelone, intimant aux principaux FAI (Fournisseurs d’Accès Internet) du pays à bloquer 7 plateformes d’indexation de torrent.

Parmi les sites torrents visés par cette décision de blocage, il y a 1337x.to placé dans le récent classement des 10 meilleurs sites de torrents de TorrentFreak comme étant le deuxième site torrent le plus visité au niveau mondial. On peut également y retrouver LimeTorrents.cc, Torlock.com ainsi que Torrentfunk.com.

site-torrent-bannis-espagne

Crédits pixabay.com

Comme c’est généralement le cas dans ce genre d’affaires, cette décision de la justice espagnole fait suite aux plaintes émises par les représentants de l’industrie musicale pour violation du droit d’auteur.

La balle est dans le camp des FAI espagnols

Saluée par le président de l’association des producteurs espagnols de musique, comme étant une étape de plus vers une fin de « l’ère d’impunité » des fournisseurs de contenus illégaux, il incombe maintenant aux FAI espagnols (Vodafone, Movistar, Orange, MásMóvil, …) de procéder au blocage de l’accès des internautes ibériques aux portails concernés.

À l’heure actuelle, on n’a pas encore eu connaissance d’informations concernant la stratégie des fournisseurs d’accès espagnols pour mettre en pratique cette décision du tribunal. Néanmoins, pour des raisons pratiques et financières, le choix technique des FAI se porte habituellement sur un blocage DNS à l’encontre des sites contrevenants, via leurs serveurs.

Un coup d’épée dans l’eau ?

S’il s’avère que ce sera effectivement par le biais d’un blocage DNS que les sites concernés seront bloqués, la stratégie anti-piratage n’aura tout au plus que l’effet d’un pétard mouillé. En effet, la toile regorge d’astuces et de tutoriels permettant de facilement contourner ce blocage.

Ce n’est pas le plus pratique, mais on peut tout simplement changer de FAI : si le fournisseur d’accès ne fait partie de la liste « nominative » du tribunal, le blocage n’aura pas lieu d’être. Si cela ne suffit pas, on pourra toujours utiliser un VPN. En effet, en se connectant via un client VPN, l’utilisateur pourra masquer son l’adresse IP pour faire croire que la requête ne vient pas d’Espagne, mais d’un pays étranger où le blocage n’a pas été mis en place.

Un autre recours consiste à passer par des DNS alternatifs comme ceux de Google (8.8.8.8 et 8.8.4.4) ou OpenDNS. Avec  quelques manipulations au niveau du routeur d’accès ou du terminal, l’internaute pourra se passer du résolveur DNS de son FAI et accéder librement à ses sites préférés, y compris ceux sujets à un blocage.

Mots-clés Espagnetorrent