250 millions d’utilisateurs pour Google+ ?!

Si les entreprises comme Google adorent dévoiler de nouveaux services ou de nouveaux produits, elles aiment par dessus tout mettre en avant leurs chiffres (enfin les bons, hein, forcément). Or justement, hier soir, à l’occasion de la Google I/O, le géant de la recherche a lâché une information plutôt intéressante : selon lui, Google+ totaliserait aujourd’hui plus de 250 millions d’utilisateurs. Une belle performance, surtout quand on sait que G+ est très souvent moqué par bien des internautes, et que certains de ces derniers vont même à le considérer comme un réseau social « fantôme »…

250 millions d'utilisateurs pour Google+ ?!

Le truc qu’il faut quand même savoir, c’est que Google a joué la carte de la transparence puisque la firme ne s’est pas contentée d’indiquer le nombre total de membres. Non, elle a aussi mis en avant le nombre d’utilisateurs actifs, qui aurait tout juste dépassé les 150 millions. Formidable, mais pour mettre ce chiffre en perspective, il faut bien évidemment s’appuyer sur ceux de la concurrence. Pour Facebook, le nombre total d’utilisateurs tourne autour des 900 millions, et on sait depuis son entrée en bourse que seuls 526 millions d’entre eux passent quotidiennement sur le réseau social. Si ça vous intéresse et si vous n’avez pas peur de vous bouffer de longs textes blindés de chiffres en tout genre, sachez que le document reprenant les résultats de la firme se trouve ici.

Quant à Twitter, c’est plus simple puisque les rois du micro-blogging ont publié en mars dernier un article sur leur blog dans lequel ils indiquent avoir dépassé les 140 millions d’utilisateurs actifs. Précisons tout de même, pour ceux qui ont la mémoire courte, que Twitter vient tout juste de fêter ses six années d’existence. Si l’on s’appuie sur ces chiffres, cela veut donc dire que Google+ est parvenu à dépasser Twitter en une seule année, ce qui augure bien évidemment de très bonnes choses pour l’avenir.

Cependant, je pense aussi qu’il convient de rester prudent. Après tout, ce ne sont que des chiffres, hein, et Google+ a de toute manière profité d’un phénomène d’aspiration puisque ce sont ses concurrents qui ont inventé la notion même de réseau social. Au final, c’est un peu comme pour la Formule 1, il vaut mieux se placer juste derrière son concurrent afin d’avoir moins d’efforts à fournir.

Via