Clicky

7 raisons de ne pas devenir blogueur professionnel

Depuis que nous nous sommes rendus compte que les blogueurs américains gagnent des millions, nous sommes nombreux à essayer d’en faire de même. Et nous comptons aujourd’hui quelques blogueurs français qui ont franchi le pas et qui ont décidé de faire de leur passion un véritable métier. Un choix risqué, surtout si l’on considère la situation économique mondiale qui est loin, très loin même, d’être évidente. Oui et nous allons justement voir 7 raisons de ne pas devenir blogueur professionnel.

Le blogueur professionnel ne peut pas tout dire

C’est triste, mais c’est ainsi. Quand on paye ses factures et ses différents prêts (immobiliers ou pas) avec les revenus générés par son blog, on ne doit pas faire de vague. Surtout pas si l’on traite avec des annonceurs, quels qu’ils soient. Certes, Google et sa régie adSense n’en ont un peu rien à faire de ce que vous pouvez dire, mais il va tout autrement des agences. Quand on vous paye plusieurs centaines d’euros pour que vous écriviez un billet sponsorisé, on s’attend à ce que vous respectiez certaines règles.

Alors bien entendu, vous allez me dire que les régies et agences de ce genre laisse tout le loisir au blogueur de parler du produit comme il l’entend. C’est vrai sauf que si vous démontez en bonne et due forme un produit ou un service, on risque de vous oublier lorsque d’autres campagnes verront le jour.

C’est d’autant plus vrai avec Twitter où les blogueurs professionnels se doivent de garder une certaine contenance. Et pour cause, puisqu’ils sont eux-mêmes le produit qu’ils vendent. Et forcément, lorsqu’un produit balance des saloperies et part dans des coups de gueule toutes les deux minutes, on n’a pas forcément envie de l’acheter.

Le blogueur professionnel ne vaut rien pour les institutions

Si vous vivez chez papa ou maman, tout va bien, vous pouvez passer votre temps à bloguer et personne ne vous dira rien. Bon, il y a bien la vieille tante Charlotte qui pensera que vous faites dans la pornographie numérique mais on peut quand même vivre avec ça. Au contraire, si vous devez trouver un nouveau logement, la donne ne sera plus la même. Dès que vous prononcerez le mot « blogueur » à l’agence immobilière du coin, vous pouvez même être certain qu’ils vous claqueront la porte au nez.

Et si vous ne me croyez pas, sachez que même en couple et en étant tous les deux fonctionnaires, ma moitié et moi-même avons eu le plus grand mal à trouver un appartement. Bon, cela dit, celui que nous venons de trouver est juste t-e-r-r-i-b-l-e !

Même chose pour la banquière qui ne manquera sans doute pas de vous faire les yeux ronds lorsque vous lui demanderez de vous prêter de l’argent. Les banques ont déjà du mal à lâcher des brouzoufs aux patrons de PME (même quand tout va bien) alors vous pouvez être sûr qu’elles hésiteront encore un peu plus avant de lâcher plusieurs milliers d’euros à un blogueur.

Bien entendu, vous avez toujours la possibilité de jouer sur les mots et de vous déclarer « éditeur de contenu web » ou une autre connerie du genre. Cela dit, nous sommes bien d’accord, si vous avez honte de votre métier, vous feriez peut-être mieux d’en changer.

Le blogueur professionnel n’est pas pérenne

Cela fait déjà deux ans que vous avez lancé votre blog et vous êtes drôlement fier parce que vous faites entre 2000 et 3000 VU par jour. Bon, la plupart des internautes viennent chercher les photos de Laure Manaudou à poil mais ce n’est pas grave parce que vous êtes quand même célèbre. Oui et du coup, vous vous dites que ce serait une chouette idée de ne plus faire que ça, de glander toute la journée en caleçon devant l’écran de votre ordinateur tout en mendiant à gauche ou à droite des invitations pour les derniers événements organisés par Sony ou encore Philips.

Formidable mais si vous êtes vraiment un blogueur, alors vous devez déjà connaître un peu le web. Et si vous connaissez le web, alors vous n’êtes sans doute pas sans savoir que tout va très vite. On peut ainsi accéder à la notoriété en quelques mois et devenir super célèbre du côté de Melun. Oui, sauf que l’inverse est tout aussi vrai.

Des blogs, il y en a des milliers qui voient le jour chaque semaine. Et des milliers de blogs, ça fait juste des milliers de concurrents. Et donc des milliers de personnes qui rêvent d’être à votre place, pour peu que vous soyez un tant soit peu connu. Forcément, à la fin de l’année, ça fait beaucoup de monde et, dans le lot, vous pouvez être presque sûr qu’il y en a au moins un ou deux qui y parviendront.

Le blogueur professionnel est détesté

Précisons que ce point est typiquement français. Dans notre charmante contrée, lorsque quelqu’un réussi et commence à gagner un peu d’argent, il est forcément envié et détesté. D’ailleurs, c’est amusant, parce que sur tout le panel émotif de l’être humain, ces deux derniers sentiments sont sans doute les plus proches. Comme dirait ce bon vieux Spinoza, c’est ce qu’on appelle un lien de cause à effet.

Le fait est qu’il est toujours plus facile de critiquer ceux qui réussissent plutôt que de réussir soi-même. Alors attention, parce que cette dernière remarque n’a rien à voir avec les tensions qui animent la blogosphère depuis quelques semaines. Le Fred, il est comme la Suisse, il est neutre en toute circonstance.

Mais quoi qu’il en soit, à partir du moment où vous irez dire sur Twitter que vous êtes un blogueur professionnel, vous pouvez être presque certain que vous vous en prendrez plein la gueule. Et si vous avez déjà du mal à encaisser les reproches de vos parents ou de vos enfants, vous pouvez être presque sûr que vous finirez sous Xanax.

Alors après, on est bien d’accord, il vaut mieux que l’on parle nous en mal que pas du tout. Cela dit, il faut avouer que s’en prendre tous les jours dans la gueule, ce n’est pas forcément facile. Oui et si vous ne me croyez pas, il suffit de demander à l’huissier du coin ce qu’il en pense.

Le blogueur professionnel ne fait qu’une seule chose

La meilleure chose à faire pour assurer la pérennité de son entreprise, c’est de proposer plusieurs services. Comme ça, en cas de pépin, vous pourrez toujours rebondir et passer à autre chose. C’est d’ailleurs ce qui a sauvé IBM, hein… Sauf que voilà, le blogueur ne sait faire qu’une seule chose : écrire des articles. Autant vous dire que ses revenus ne tiennent qu’à un fil, hein.

Mais il y a encore plus pervers que ça. Cette activité nécessite en effet plusieurs champs de compétence bien distincts. Le blogueur doit écrire des articles, c’est vrai, mais il doit aussi administrer son serveur, faire un peu de SEO et même endosser parfois le rôle d’un développeur. Alors certes, il peut également sous-traiter toutes ces tâches mais ça finira forcément par lui coûter cher et donc par réduire considérablement ses revenus.

Globalement, donc, tenir un blog est tellement chronophage que le blogueur ne pourra jamais faire autre chose de ses journées. Il ne pourra pas acquérir de nouvelles compétences et il n’aura pas le temps de proposer des prestations à des clients (à moins de ne plus écrire autant de billets, ce qui laissera la porte ouverte à la concurrence). Du coup, le jour où les blogs seront passés de mode, il ne vaudra plus rien.

Le blogueur professionnel ne peut pas revenir en arrière

Lorsque l’on crée une entreprise, il faut généralement compter deux années avant de pouvoir évaluer sa rentabilité et donc sa pérennité. Ce n’est ni juste, ni drôle, mais c’est ainsi. On peut très bien démarrer en trombe, mais ce n’est qu’une fois que l’entreprise aura pris son rythme de croisière que l’on se rendra compte de la viabilité de son idée.

Seulement voilà, au bout de deux ans, si l’entreprise ne fonctionne pas, il faut penser à sa reconversion. Ce qui n’est pas des plus faciles pour l’entrepreneur traditionnel mais ce qui est presque impossible pour le blogueur. Pourquoi ? Tout simplement parce que la première chose que vous demandera un recruteur, c’est de savoir comment vous avez comblé ce vide de deux ans. Et lorsque vous expliquerez que vous aviez tout lâché pour vous occuper d’un blog, ça risque de ne pas être très simple….

Sauf si vous postulez bien entendu dans une agence web. Cela dit, il faudra espérer que vous n’ayez pas démonté l’un de leurs produits ou services dans vos billets sponsorisés, hein… Et bien sûr, tout comme pour la banquière, vous pouvez aussi mentir. Cela dit, si vous mentez sur votre activité, alors c’est que vous devriez en changer (oui, je sais, je me répète).

Le blogueur professionnel (français) ne sera jamais millionnaire

C’est sûr, lorsqu’on voit les revenus que certains blogueurs étrangers touchent, il y a de quoi avoir la tête qui tourne. Sauf que voilà, presque tous ces blogueurs écrivent en anglais. Et comme l’anglais est l’une des langues les plus parlées au monde, ces blogueurs ont un bien plus de « clients » potentiels que vous qui n’écrivez qu’en français. C’est malheureux mais c’est ainsi, la barrière de la langue existe dans toutes les professions et encore plus pour le blogueur.

Alors bien sûr, vous avez aussi la possibilité de rédiger votre blog en anglais. Cela suppose simplement que vous ayez une bonne maîtrise de la langue. Cela dit, le revers de la médaille, c’est qu’il y a beaucoup plus de blogs en anglais qu’en français. Ce qui veut donc dire que vous devrez faire face à encore plus de concurrents et que vous aurez donc davantage de mal à trouver votre place et à vous affirmer face à eux.

Et alors, je fais quoi moi maintenant ?

Loin de moi l’idée ou l’envie de vous décourager. Si c’est écrit ce billet, c’est avant tout pour démystifier la « profession » et aussi parce que le concept même de blogueur professionnel me gêne énormément. Pour moi, ce qui a fait le succès des blogs, c’est justement leur spontanéité et leur côté désintéressé. Si les internautes les fréquentent, c’est aussi parce qu’ils n’ont plus envie de se limiter à la presse spécialisée, souvent trop commerciale et trop formatée.

Je suis sans doute un peu trop utopiste mais le blog est à mes yeux le seul média démocratique qu’il nous reste. On sait que les chaînes de télévision marchent souvent main dans la main avec le pouvoir en place, tout comme nous savons aussi que la presse spécialisée a besoin d’annonceurs pour vivre.

Dans ce contexte, il est indispensable que les blogs conservent leur liberté de ton, et donc leur indépendance. Ce qui ne veut bien évidemment pas dire que vous ne pouvez pas gagner de l’argent avec. Si j’ai un conseil à vous donner, c’est de ne pas tout miser dessus. Un blog peut vous permettre d’arrondir vos fins de mois mais il est préférable de garder les pieds sur terre et d’avoir une autre activité plus « sûre » à côté. Juste au cas où, juste parce que le contexte économique n’est pas facile et qu’il le sera de moins en moins.

Et puis en toute franchise, une passion dont on vit n’est plus vraiment une passion…

Share this post

Frédéric Pereira

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.

  • Elmouktafi Fatiha

    Ou pas….

    Je suis de passage sur ce blog car justement j’aime les blogs d’arts, d’actu, de tendance ou de design comme FredZone par exemple que je suis très régulièrement.

    Cependant, j’avoue qu’aujourd’hui, bien que d’habitude satisfaite par tes articles que je trouve pertinents et frais, je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi sur certains points.

    Le  » Blogueur professionnel  » ne devrait certes pas (pour plus de sureté du moins) vivre du seul gain des revenus issus de cette activité car elle est soumise aux aléas des tendances, des mouvements de réseau, trop ouverte à la concurrence et assez instable, en ces points je te rejoins totalement.

    Cependant, tu clames que l’une des principales raisons pour ne pas devenir blogueur pro est que tu  » ne feras rien d’autre  » et que le succèss d’un business (en temps que blogueur pro, la personne devient un business, une entité du moins) dépends du multitasking, de la variété des services proposés pour dire ensuite que le blogueur pro touche au développement, fait du SEO et administre son serveur. Ces capacités (si elles sont sérieusement approfondies biensur) sont largement appréciables de nos jours dans les milieux du cross-média et du multimédia, aussi je ne pense pas qu’un vrai blogueur pro déchut n’ai de mal a se reconvertir (mis à part que sa réputation, si mauvaise, puisse jouer contre lui effectivement).

    Enfin, je discuterais simplement ce point car je n’ai pas envie  » d’en mettre plein la gueule  » a un blogueur aujourd’hui et que je trouve ton article pas mal mais cependant un peu belliqueux, d’ou ma réponse.

    Puis pour ce qui est de vivre de sa passion, c’est peut-être, selon moi, l’une des plus belles satisfactions au monde, mais ce n’est que mon avis.

    A très bientôt sur FredZone.

    Bonne continuation

  • Un point de vue très intéressant qui démystifie l’image que je me faisais de certains blogs. Pour gagner de l’argent, il n’y a pas photo, il faut trimer, et tenir un blog, même si c’est du boulot (et ça devient vite écrasant), doit avant tout rester un plaisir plutôt qu’une corvée de travail à la chaîne.

  • Comme Fatiha je trouve que tu te contredit un peu mon cher Fred ;) Tu mentionnes que « Le blogueur professionnel ne fait qu’une seule chose » mais qu’il a besoin de savoir gérer plusieurs champs de compétences différentes :)

    Je trouve justement que bloguer est susceptible d’apporter une réelle plu-value par la suite car si le « blogueur pro » finit par mettre de côté son blog il pourra toujours faire valoir d’autres attributs que ceux qu’il avait au départ : maitrise des plateformes de blogs, du SEO, des serveurs, création de thème, intégration, blabla (en fonction de ce en quoi il aura vraiment cherché à s’améliorer bien entendu).

  • Pour compléter mon commentaire (j’ai appuyé un peu vite sur envoyer), je dirai même que pas mal de monde se laisse prendre par le jeu du terme « blogueur pro ». Certains blogs ayant émergé sur le web francophone durant les 2 dernières années ont disparus soi-disant parce que ces même blogueur voulant devenir « pro » n’ont pas connu le succès adéquat.

    Or ce n’est pas ça, c’est juste que ces gens ont lancé un blog de référence uniquement dans le but de décrocher un vrai job par la suite, une fois que ça a été fait le blog ne leur servant plus à rien ils l’ont laissés mourir. Le blog n’était qu’un moyen d’arriver à leur fin et aujourd’hui, toujours en ligne, il continue à rapporter de l’argent sans rien faire. C’est ce qui se passe avec 1-2 anciens gros blogs FR :)

    La limite entre blog pro est beaucoup plus floue que celle communément acquise ;)

  • Sympa cette vision de la profession.

  • Coucou Fred. Tu as raison sur plein de points, mais si tu me permets, j’aimerais juste revenir sur celui qui me parait essentiel en ces temps de pouvoir accrus du gouvernement : la qualité même du professionnel au titre de son indépendance. Ne plus pouvoir écrire et critiquer un produit, un service ou un idée, comme il se doit, c’est aussi susciter le désintérêt de ses lecteurs, car un blog sert justement à ça. Si sur ton blog, tout le monde il est beau, tout le monde il est zentil, ton article prochain ne donnera plus cet envie de le découvrir. Si les blogueurs pro français sont comme tu dis détestés, c’est sûrement à cause de ça, et pas « uniquement » parce qu’ils tente de « réussir ». Un cercle vicieux.

    J’avais envie d’entamer une réflexion pour ma part quant à ce statut, pour mon blog et moi, mais pour pas mal de tes raisons invoquées, j’estime ne pas être prêt pour le faire. Cela dit, tu en as oublié une : la vie sociale et familiale. Avoir des enfants (en bas âge surtout) comme moi, assomme définitivement les prétentions d’un blogueur pro.

  • Voilà un bon article, et je suis d’accord avec toi, un blog est dans sa fonction primaire un moyen de libre expression, sans que la personne qui le tien sois conditionné a le faire. Un blog se tien avec plaisir en revandiquant ses propres opinions et non celles d’entreprises a but lucratif.

    Libre expression, donner son avi, et être libre de rediger son article quand on le souhaite, voilà ce que c’est d’être bloggeur.

  • « tentent » de « réussir ». si tu as le temps de corriger sur mon billet précédent, je t’en remercie d’avance ! Désolé pour cette pas jolie phaute ^^ tu peux effacer ce message complètement inutile aussi ^^

  • @Elmouktafi Fatiha: Ne t’en fais pas, c’est bien que tu ne sois pas d’accord avec moi. Parce que si tout le monde était de mon avis, on s’emmerderait quand même pas mal. Concernant le passage que tu cites, effectivement il n’est pas très clair. Ce que je voulais dire, en fait, c’est que lorsque tu dois gérer un blog de A à Z, tu n’as pas beaucoup de temps pour produire autre chose à côté. Dans ce contexte, tu passes le plus clair de ton temps à ne faire qu’une seule chose : bloguer. Et compter uniquement sur ces revenus, c’est dangereux.

    Et pour le côté belliqueux, en fait, ce qui me dérange, c’est que tu as de plus en plus de gens qui voient le blogging comme une manne d’or. Si vraiment on veut devenir blogueur professionnel, il ne faut pas se concentrer uniquement sur les avantages de ce « statut » mais aussi s’intéresser à tous ces inconvénients. Bon, c’est sûr que ce « boulot » est moins pénible que de bosser au Mc’ Do du coin, hein, mais ce n’est pas non plus forcément rose tous les jours.

    @Nico: Sans être un blogueur professionnel, je passe déjà beaucoup de temps sur la Fredzone chaque jour. Et si j’étais « obligé » de faire ça pour vivre, je pense que je finirais par m’en lasser.

    @Chris: Yep, je ne suis pas toujours très clair. Mais le mieux, c’est de prendre un exemple. Admettons que tu es un recruteur et que tu fais passer un entretien à deux candidats pour un poste de webdesigner. D’un côté, tu as un mec qui a bossé pendant deux ans comme freelance avec pas mal de références et de créations derrière. De l’autre, un blogueur qui était spécialisé dans le webdesign. En supposant qu’ils aient plus ou moins la même formation, je pense que tu opteras plutôt pour le freelance qui a déjà bossé pour pas mal de gens différents.

    Après, en revanche, si tu recherches quelqu’un pour animer une communauté, le blogueur sera peut-être le choix le plus adéquat. Mais il faut avouer que lorsque tu ne produis que pour toi, tu as un peu plus de mal à te vendre.

    @Tux-planet: Bah, je ne cherche pas à noircir le tableau non plus, hein… Je veux juste que les gens arrêtent de penser que bloguer c’est facile, que ça rapporte et qu’il n’y a que des avantages. En faire son métier, c’est aussi s’exposer et prendre des risques importants.

    @NeoSting: On est complètement d’accord. Je crois d’ailleurs que c’est le point le plus délicat. Parvenir à conserver sa liberté de ton et en même temps faire dans le billet sponso, ce n’est pas facile. Et c’est d’ailleurs sans doute pour ça que la plupart des blogueurs pro ne font plus dans le billet sponso…

    @Wawa: Exactement, et c’est aussi pour cela que de plus en plus de blogs parviennent à fédérer une réelle communauté derrière.

  • C’est quand que tu écris » 70 raisons d’être fonctionnaire « ?
    ça m’interesse ;)

  • Bon billet, mais je pense franchement que les aspirants blogueurs pro qui ne se doutaient pas (un peu) de ces difficultés n’y parviendront pas. La prudence, le travail, la méfiance et plein de qualité plus ou moins tordues sont nécessaires pour y parvenir ! Et je pense aussi que « éditeur web » ça le fait quand même plus :)

  • Pingback: Moisson Journalière de Liens #2578 | Autour d'un café()

  • Pingback: Moisson Journalière de Liens #2578 | Autour d'un café()

  • Merci Fred pour ce billet très instructif sur le profession :-)

  • Arnaud

    Dans l’ensemble je suis assez d’accord je préfere un blog professionnel écris comme un complément d’une profession plutot qu’un blog professionnel écris par un professionel^^ Dans les deux cas le but est certainement de générer du traffic et c’est normal mais dans le second cas c’est pour une rentrée direct d’argent, c’est forcément moins agréable a lire

    petite cocquille: « Loin de moi l’idée ou l’envie de vous décourager. Si c’est écrit ce billet, c’est « 

  • @greg: Yep le problème c’est que j’aurais du mal à en trouver 70, hein… M’enfin, je ne me plains pas, hein, mais faut pas croire que les fonctionnaires ont toujours la belle vie… Pas tous en tout cas ^^

    @veragounet: You’re welcome :)

    @Simon: Editeur web, oui c’est pas mal mais bon, généralement, les gens te demandent plus d’informations que ça… En tout cas, quand je parle de la Fredzone, c’est systématique :)

    @Arnaud: Bah, si tu veux voir ce que donne un blog « professionnel » écrit par un « professionnel », suffit d’aller voir celui de JMM, hein… Huhu, ça vaut le détour en plus :)

  • Hello Fred,

    J’ai envie de donner un point de vue de la part de quelqu’un qui est passé du coté pro depuis un moment et qui ne se reconnait pas dans ton papier. Cet article me semble tout à fait étranger.

    Je vais reprendre les choses point à point. Pas comme une critique ni comme un procès à charge mais comme mon point de vue très pragmatique de ce que je vis depuis 2 ans.

    -Le blogueur professionnel ne peut pas tout dire-

    Mmmmh, question de point de vue. Personnellement je ne fait pas de billets sponsorisé et lorsqu’un de mes billets annonce froidement qu’un produit est mauvais il y a 2 réactions possibles de la part du fabricant.

    Le refus de prêt, l’ignorance et ensuite la tentative de discrédit. Ca m’est arrivé et certaines marques un peu flinguées dans des articles ne m’ont jamais rappelé. Je remarque que parmi les 4 marques qui ont joué à cela, les 4 ont fait des gros flops sur leurs ventes a long terme. Rater un produit cela arrive pour un fabricant mais rester sur un article qui explique que le produit est raté est dangereux pour toute une gamme.
    C’est désormais bien intégré par les constructeurs qui prennent sur eux et qui profitent plutôt des reproches faits pour améliorer les séries suivantes.

    Le fait d’être « pro », c’est a dire d’avoir le temps de rappeler une marque, une agence de presse, régulièrement pour leur expliquer qu’ils sont dans l’erreur est d’ailleurs un des avantages du statut.

    Donc ne pas tout dire est une question de choix… A court terme ! Rester obséquieux ou ne tester que des produits merveilleux n’est tout simplement pas possible. il y a toujours des défaut et quand il y’en a pas on en découvre quand même. Un blog qui ne dirait que du bien toujours et tout le temps n’aurait aucun moyen de mettre en valeur les vraies perles rares.

    A long terme, un média trop « coulant » est déserté. Rester honnête vis à vis de ses lecteurs s’est assurer la durée. C’est une règle dans la presse en général.

    -Le blogueur professionnel ne vaut rien pour les institutions-

    C’est de moins en moins vrai. Tout dépends plutôt de son Chiffre d’Affaire et de son background pro. Passer de l’école au blog pro est dangereux, c’est vrai. Evoluer d’un poste pro à celui de blogueur pro est très différent. Et ce n’est vraiment pas une question de honte si on dit quelque chose d’autre que « blogueur » quand on s’adresse à une institution… Le métier de blogueur n’est pas une profession reconnue, ca n’apparait pas dans les listings CERFA. Lorsque j’explique mon job à ma banque, elle ne comprends pas. Donc je lui explique différemment et, comme à l’école, à la sécu, aux impôts ou ailleurs, elle met journaliste dans son listing.

    Je ne dis pas que j’aurais des facilités a trouver un prêt mais je crois qu’aujourd’hui c’est un petit peu dur pour tout le monde.

    D’un autre côté, socialement, les institutions s’intéressent plus qu’on ne le crois aux professions alternatives comme le blogging. Des mairies de petits villages de province font des ponts en or pour attirer des métiers de télétravail pour repeupler leurs écoles et faire marcher leurs commerce. Tout dépends donc de quelle institution on parle.

    -Le blogueur professionnel n’est pas pérenne-

    Je n’ai pas bien compris la démonstration. Si l’idée est de dire que parce qu’il y a des concurrents, il y a un risque d’avoir moins de visiteurs, c’est à la fois vrai et faux. Comme tout projet pro, il y a de la concurrence, tout autant en tout cas que dans le salaria. Cela dit, si on ne se contente que de pomper un contenu remixé à sa sauce on prend le risque d’avoir quelqu’un qui fait un peu mieux et il n’y a en effet pas de place pour les glandeurs dans le blogging.

    -Le blogueur professionnel est détesté-

    C’est vrai et c’est faux. Personnellement je n’ai pas a me plaindre, il y a toujours des gens qui te balancent un mot de travers mais a partir du moment ou tu joue franc jeu avec tes lecteurs, c’est plutôt toléré. Je ne gagne pas une fortune avec mon blog mais j’ai toujours été clair avec l’affiliation ou la pub. Certaines fonctionnalités ont disparu lors du passage en mode « pro » et il y a un vrai soutiens de la part des visiteurs et des habitués. En fait je suis d’accord avec toi dans le fond car je comprends ce que tu veux dire mais j’aurais écrit que le blogueur pro est jalousé, pas forcément détesté.

    -Le blogueur professionnel ne fait qu’une seule chose-

    C’est tout le contraire et l’étendue des capacités et la force de travail que l’on est amené a déployer est très prisé de la part de nombreux employeurs. Jamais on ne m’a proposé les salaires auquel je suis confronté depuis que je suis blogueur parce que l’on considère le blogueur comme une sorte de couteau suisse.

    Entre la gestion de son serveur et son infogérance, le travail de médias (photo, retouche photo, vidéo, mixage son, montage, gestion de communauté, veille etc…) L’écriture est certes importante mais le panel de talents est désormais vraiment reconnu.

    -Le blogueur professionnel ne peut pas revenir en arrière-

    J’ai en moyenne une offre d’emploi par mois sachant que je ne recherche pas d’emploi. Je suis sur une liste de chasseur de tête, ce qui n’était pas le cas entre 1996 et 2003, lorsque j’avais un emploi salarié ou de cadre.

    Je ne dis pas que c’est simple mais il est parfaitement possible de valoriser l’expérience acquise par le blogging.

    -Le blogueur professionnel (français) ne sera jamais millionnaire-

    C’est vrai, mais ce n’est pas forcément le but. Je gagnais bien mieux ma vie avant mais.. Je ne voyais pas ma (et depuis mes) enfants. Je n’avais pas de loisirs, je ne profitais de ma maison que pour y dormir, je ne pouvais pas travailler en déplacement ou en vacances et j’avais un employeur a qui je devais rendre des comptes. Je ne serais jamais proprio mais quelle qualité de vie j’ai gagnée a bloguer !

    Il y a peu de métiers finalement ou l’on peut devenir millionnaire mais je ne suis pas sur que cela soit le but de tout le monde.

    Que conclure, je comprends ton point de vue et je vois ou tu veux en venir mais… le fantasme du blogueur pro est bien dans les yeux des lecteurs. Ni dans la tête des blogueurs qui les animent ni dans l’esprit des marques et des agences.

    Faut bien comprendre que les agences se foutent pas mal de ton blog qui n’est qu’un espace comme un autre et qu’il est souvent considéré comme un espace gratuit. Ils n’arrêtent pas de tenter la politique de la terre brulée.

    Le probleme est plutôt finalement dans la définition du blogueur pro. Si la signification de ces 2 termes est « blogueur prêt a tout pour faire du fric » je comprends ton billet. Si c’est justement d’allier sa passion à son métier et garder une éthique, ce n’est pas du out la même chose.

    Il y a des centaines de milliers de gens qui font leur travail avec amour et passion, en France. Des cuistos, des boulangers, des médecins des tapissiers, des encadreurs, des sportifs, des artistes ou des écrivains allient tous les jours passion et travail. Il y a des hauts et des bas et certains jours on a pas envie de bosser parce qu’un raz le bol est présent. Mais c’est la force d’être blogueur et indépendant. Pas envie de bosser, on bosse pas et on peut même le dire à ses lecteurs…

    Voilà, c’est un autre point de vue sur le sujet.

  • La conclusion résume tout…

  • Triste constat, mais bien réel, gagner sa vie à partir du web que l’on blogueur ou tout autre, n’est pas reconnu socialement et le mieux est encore de le taire. De plus si il y a quelques uns qui arrive à sois en vivre soit arrondir leur fin de mois, il y a en fait très peu d’élus. En plus de tout ça, c’est vrai on est détesté …

  • Pour moi, un blog est une page personnelle de passionné, à partir du moment où il devient pro, il passe dans la catégorie site commercial et ce n’est plus un blog. Je suis entièrement d’accord sur le fait qu’un blogueur devient plus ou moins « vendu » lorsque ses billets sont sponsorisés et qu’il y perd de son véritable sens critique.

    « Bon, c’est sûr que ce « boulot » est moins pénible que de bosser au Mc’ Do du coin, hein, mais ce n’est pas non plus forcément rose tous les jours. »

    La FZ est rose tous les jours, et c’est comme ça qu’on thème, ne change rien…

  • @Pierre: Merci Pierre pour ce commentaire qui démontre bien qu’il y a effectivement plusieurs manières de voir les choses. En revanche, pour moi, le blogueur professionnel n’est pas un type qui court après le fric, hein, c’est juste quelqu’un de parfaitement normal qui essaye de vivre de son blog et qui ne pense pas toujours aux difficultés qui peuvent lui tomber dessus. Et ça, je pense qu’on sera d’accord, il y en a quand même pas mal, hein.

    Je pense quand même que le plus gros problème du blogueur professionnel, c’est de conserver sa liberté de ton. Quand les revenus que tu touches avec ton blog sont accessoires, tu peux te permettre de faire et de dire ce que tu veux. Quand ils te permettent de payer tes factures, c’est nettement différent, tu es beaucoup plus tenté de ne pas froisser les marques et les annonceurs.

    Même chose, ça s’est pas mal vu récemment, certains sont même tentés de dissimuler leurs billets sponsorisés. Alors on est d’accord, ce n’est pas que l’apanage du blogueur professionnel, c’est plutôt une question de nature, mais il faut avouer que cela me laisse pas mal perplexe cette histoire.

    Quoi qu’il en soit, merci pour ton billet, c’est bien que tu montres l’autre côté :)

    @Alesk: Tu veux dire sur l’effet de mode ?

    @annuaire zwebfr: Yep, c’est déjà assez dur de vivre du web, alors vivre d’un blog c’est un pari encore plus risqué. Et si on veut vraiment se lancer, il vaut mieux bien se préparer avant.

  • #Fred : Plus simplement, je pensais à ce morceau : « Et puis en toute franchise, une passion dont on vit n’est plus vraiment une passion… »

  • @AntiSash: Je pense qu’il ne faut pas non plus trop généraliser. Tous les blogueurs pro ne sont pas des vendus et c’est heureux… Tout ce que je dis, c’est que tu es forcément plus tenté quand tu comptes sur les revenus de ton blog pour payer tes factures. Et ça, c’est juste humain.

    Sinon merci pour les compliments :)

    @Alesk: Ah oki :)

  • @Fred: Loin de moi l’idée de généraliser. Je dis juste qu’un blog, c’est un blog, et qu’à l’instant même où il perd son but non lucratif, ce n’est plus un blog. En fait, de mon petit point de vue, blogueur+professionnel=fail.

    Voilà pourquoi je surf quotidiennement la FZ, Korben, Gizomdo et plein d’autres, et que j’en ai viré d’autre comme « PC ».

  • Pingback: Courte absence | Fredzone()

  • @Fred : Oui, une tonne de trucs te tombent dessus chaque mois et ce n’est pas tout rose… Mais c’est un peu pareil dans la vie de salarié. Au lieu d’un serveur qui plante, tu as ta voiture qui démarre pas le jour d’une grève de transport. Chacun sa croix.

    Ce que je voulais faire remarquer aussi c’est que le fait d’être « libre » ou « non peo » ne dédouane pas, loin de là, des sirènes des marques.

    J’ai atteins une taille critique suffisante pour envoyer balader une agence qui me propose une machine en test que contre une certaine forme de gentillesse dans celui-ci. J’ai assez d’autres agences plus honnêtes pour m’en passer. Quand je lis certains papiers de blogs libres et indépendant je me demande parfois si pour eux l’important n’est pas d’être invité « la fois d’après » à un évènement ou de recevoir tel ou tel cadeau. J’ai vu des gens se battre pour avoir une clé USB 4Go à la fin d’une conf. Il n’y avait pas de pros dans la meute…

    Je crois que plutôt que de différencier le pro du non pro, il faut différencier le passionné du vénal… et ne pas faire un distinguo massif et figé dans le temps. Un passionné peut devenir vénal comme un vénal peu se re passionner. Tant que l’accès à l’info est gratuit il ne faut pas faire de ségrégation entre les blog sur un critère de « monétisation » ou de « liberté de ton », il faut picorer plusieurs sources et faire la part des choses.

    encore une fois un blog qui ne serait que positif ou clairement de mauvaise foi ce serait un blog avec une durée de vie très très courte.

  • Pingback: 7 raisons de ne pas devenir blogueur professionnel | traffic-internet.net()

  • Pingback: 8 raisons pour devenir un blogueur pro()

  • Oh que c’est bon de lire tout ça.
    Je suis passée en pro depuis avril 09 et je commence à peine à rentabiliser.

    Pourtant autour de moi tout le monde voit ça comme « le meilleur job du monde » ou comme une excuse pour « ne rien foutre ».

    J’ai vécu les entretiens d’embauche où on te demande de justifier tes mois sans employeur, j’ai vécu les rendez vous avec la banquière à qui on fini par dire qu’on est « pigiste » pour être tranquille, et je ne parle pas des recherche d’appart. Il faut avoir un conjoint qui gagne vraiment bien pour avoir le droit à un toit malgré vos revenus « exotique ».

    Maintenant il y a une chose à préciser. Même si tu va manger des pâtes le reste du mois il vaut mieux refuser une campagne où l’on sait le produit mauvais plutôt que de rester trop « gentil » et perdre son lectorat, ou d’être trop « vrai » dans ses critiques et perdre l’agence avec qui l’on bosse.
    On a jamais dit que c’était facile ;-)

  • Pingback: Les billets de la semaine #39 | Le blog de Yohann CIURLIK | Spawnrider.Net :: Blog()

  • poil

    Hola je viens réagir a cette article qui me fait sauter au plafond.

    « Le blogueur professionnel ne peut pas tout dire »….

    ————->>>> Et toi ici tu peux tout dire? tu es en sur? pas si sur, tu ne peux pas parler par exemple librement de ton boulot.. et si vraiment tu te lachais la dessus ( genre mon boss est un co***. parce que si ceci cela etc … le collègue de travail, le salaire, etc … bref forcement tu dois des fois ou souvent penser ce genre de chose et aimerai qq fois pouvoir les écrire ici …sauf que voila tu te retiens.pour plusieurs raisons..d’abord parce que tu sais très bien que ton boss ou collègue peut etre peut tres bien tomber sur ton blog ( sils ne sont pas au courant de ton blog et s’ils le savent ben justement tu ne veux pas d’histoire..))

    Qu’est ce qui empêcherai vraiment d’être un bloggueur pro?

    je pense surtout que tu fais une grosse confusion.. toi meme tu dis avec raison et emploi le mot bloggeur PRO … voila la réponse est juste dans ce mot PRO… or toi la dans ton article tu évoques et mélange le coté PRO et PERSO ..

    Dans le monde PRO, monde du travail forcement que l’on ne dit pas tout, forcement que l’on exprime pas tout et même les personnes les plus honnetes et franches se retiennent des fois pour x raison( apres tout c’est cela que l’on appelle etre adulte).

    donc si la personne veut en vivre il peut très bien .. il fait un blog PRO d’un coté ..et d’un autre coté rien ne l’empêche de faire un blog PERSO ( qui d’apres ce que tu dis en faite servirai quand meme plus a un psy qq part et évacué son intérieur non?

    il peut très bien faire son blog perso sous un pseudo voir meme pourquoi pas carréement sous son vrai nom.. et cela parce que tout simplement les PROS savent bien faire la DIFFERENCE entre la partie pro et la partie perso ..donc si sur le blog perso il dit que coca est de la mer** mais que sur son blog PRO il dit que coca c’est génial. cela ne fait que refleter ce quest la sté ( réeel ou virtuel se rejoignent la dessus )..certe il ne sera pas en phase avec sa concience ( sauf que la c’est un autre débat )mais quand on est un PRO on ne peut pas toujours être en phase avec soi même car comme tu le dis un PRO un adulte a forcement des obligations echéance ( banque, loyer bouffe etc )…

    Donc je ne suis pas du tout d’accord avec ce que tu dis là Fred.

    ( j’ai quand même bien argumenter )

    je continue sur le reste ou la encore je ne suis pas d’accord.

    tu dis « Le blogueur professionnel n’est pas pérenne »

    ————–>>>> parce que aujourdhui tu connais toi dans le monde pro une activité totalement pérenne? ( si oui dis la moi )..

    la encore je pense que tu fais un almagame .. celui qui se met a son compte forcement il doit savoir que jamais de la vie il ne sera totalement dequoi sera fait demain.( mais cela est valable aussi pour tout non? )

    je crois que la tu réagis en fonctionnaire cocooner bébé.. genre je veux mon boulot pour la vie ( comme dans le bon vieux temps ou les fonctionnaire passait leur vie dans la fonction publique ( qu’il travaille ou pas, ou qu’il papote dorme ou bien se mettent en grève comme bon ça leur chante ( je précise que je n’ai rien contre les fonctionnaires a part qu’ils voyent la vie eux comme un long fleuve tranquille et qu’ils veulent etre cooconner comme des petits enfants ..

    aujourdhui et en plus a notre époque pas d activité perenne ( et franchement perso heureusement non? sinon cela voudrai dire que tu ne vis pas..tu manges , tu dors, fonction publique toute ta vie, tes vacances a presque la même date chaque année, ( allez on va dire le même endroit puis quand tu changes d’endroits tu vas a 50 km oh mon dieu quelle changement lol )..

    tu dis : »Le blogueur professionnel ne fait qu’une seule chose »

    —————>>>> faux tu as pris en plus des exemples qui ont fait une loose ibm? ben ibm a certe réussi mais peut etre le fait qu’il n’a pas fait que ça et a voulu se diversifié justement la planté .. et au contraire celui qui fait ce qu’il sait faire sans diversifié lui il tient plus longtemps ( et la les chiffres parlent d’eux meme va a la chambre de commerce, consulte les sté, les faillites etc, et dans bcp de cas c’est ceux qui finalement n’avait pas vraiment qq chose de PRO

    Alors si le blogueur PRO ne sait faire que cela, il a d’apres moi toutes les chances de réussite .

    Sinon il y a un exemple simple et a part entiere .. mickael V ( je ne lui ferai pas ce plaisir de mettre son nom en entier il serai trop content même si ce que je vais dire est tout a son honneur..

    Mickael V a donc blogué sur skyr**… le resultat aujourdhui on le connait, il a donc réussit ( et aucune connaissance en informatique ( a mon avis d’apres moi il nest pas très doué en informatique )

    tu dis « Le blogueur professionnel ne peut pas revenir en arrière »

    —————>>>> Alors la je saute au plafond .. d’abord parce que dans la vie toi tu peux revenir en arriere si tu ne blog pas?

    ensuite bien au contraire, un blogueur pro aura le mérite d’avoir essayer ( certe en france on aime pas cela et oui il y a un pb français , en france on casse les gens qui essayent de faire des choses et pire ceux qui ratent pour x raisons au lieu de se dire, il a essayé de faire qq chose, forcement sa vie a changé, mais surtout en faire une valeur ajouté tel que se dire désormais il sait que ce nest pas facile , se dire quil peut apporter son savoir faire même sil a raté ( qui peut etre du a bien d’autre chose)..

    mais voila la France ce n’estp as la mentalité USA .. la bas sans aucun doute il préfèront une personne qui a blogué 2 ans , qu’une personne qui a bien été au chaude a gagné son smic sans rien faire..

    au USA ils verront cela comme une avancée sur le plan perso de la personne et pour eux c’est le contraire, une personne au chaud pendant 2 ans entrain de faire boulot dodo, café, et sortir des conner.. n’aura aucune valeur , tandis que celui qui aura essayé, galérer, qui n’aura pas gagné d’argent ( pour x raison ) la par contre ils vont regardé ce qu’il peut apporter

    la France c’est ce pays ou on passe son temps a se moquer , de ceux qui essayent, de ceux qui loupent on les fait passer pour les looser de la vie , mais cela sert surtout en faite que les classes social ne bougent pas .

    c’est comme un enfant, il rate une premiere fois vous allez pas lui dire que c’est un looser ( certain le font ) mais plutot deja lui dire tu as essayé comprendre pourquoi tu as loupé et surtout le reprendre dans le groupe dans la famille et pas lui dire tas looser

    de plus dans ton article tu évoques que le blogueur pro ne sait faire que cela ( déja se posait la question si au bout de 2 ans il a loupé c’est que justement peut etre il devrai explorer d’autres activité au lieu de retourner comme tu le dis dans une agence web et se fermer a nouveau .. peut etre que ce developpeur ne le sait pas en lui meme mais serai largement plus doué pour etre agriculture et traire les vaches au lieu de développer du php sur un écran ..
    un des problèmesdu chomage est justement la ..réagir comme tu le fais.. en gros parqué les gens .

  • 7 bonnes raisons de devenir blogueur pro

    Un blogueur pro, peut mettre enfin ses compétences pro
    Le blogueur en faisant un blog pro va enfin pouvoir faire sortir en lui des choses insoupçonnés . Lui même va être surpris et ne s’attendra pas a etre a ce top la pour lui. il sera content de lui.

    il comprendra la différence entre bloguer PRO et bloguer PERSO..
    en se mettant PRO et en étant payé pour des articles ( qu’il signelera bien sur son blog pour etre honnete bien sur )..

    il entrera dans le monde PRO, mais il pourra garder bien sur son blog PERSO ( bcp le font et n'(ont pas de pb )..

    c’est bien faire la distinction entre le pro et le perso.

    De plus cela ne l’empêchera pas d’apres moi de dire par ex que coca cest super sur son blog PRO et sur son blog perso de dire que coca cest pourri .et même si l’annonceur le voit rien de grave car tout simplement l’annonceur lui est dans le monde pro et le sait très bien ..a ne pas confondre avec les stars ou acteurs ce n’est pas le même sponsoring !

    Le blogueur pro vaut de l’or pour les institutions

    quand le blogueur ira a sa banque en tant que auto entrepreneur par ex et ne faisant que bloguer, sa banque lui fera des avances de trésorie , crédit etc , ( de plus sil dit quil est sponrisé par coca .. )

    la encore le banquier sait qu’il parle de pro a pro etn on plus de pro a particulier …

    en se mettant en pro, le blogueur va découvrir un autre monde ..
    pour acheter un bien immobilier ( franchement vous allez acheter avec un smic ? et galerer toute votre vie si jamais vous réussissez a avoir le pret en étant payer le smic ?

    faut savoir qu’un smicard restera en general toujours smicard

    car tout simplement la sté est faite ainsi cest le business model .

    un smicard nest pas fait pour gagner plus que le smic. ( même si ca peut etre jusqua 50 a 100 euros max )

    faut bien comprendre la sté. la société français a un business model tel qu’une entreprise. quand une personne se fait embauche au smic tres rarement son salaire sera doublé triplé millionnaire.. 70 pour cents des français gagnent apres embauche smic ou pas juste qq centaines d’euros en plus .

    et si jamais il depasse cela nentre pas dans le bp

    LE BLOGUEUR PRO POURRA SE TOURNER VERS L4AVENIR

    imaginons que c’est un echec ( et encore je n’aimep as lem ot car a aucun moment cest un echec de faire des choses dans lavie et de vouloir en vivre ! )..

    le blogueur en s etant mis pros et même si pendant 2 ans il a rien gagné en argent il aura surtout gagné en maturité, en ouverture developpe perso ( voir pro aussi ! ..

    dans ces clients peut etre qu’il aura alors des gens intéressé par lui. il aura aussi un statut plus respecté que la personne qui passe 2 ans au chaud avec son smic par ex ( cest cette personne qui na rien foutu pour moi .et non le blogueur pro.

    Et alors, je fais quoi moi maintenant ?

    Je garde mon blog perso qui en change pas, et si j ai envie de crée un blog PRO alors je crée un 2eme blog PRO ( en auto entrepreneur ou bien en sarl ce qui veut dire que je vais créer une identité nouvelle en passant PRO

    je pense qu’il ne fait pas confondre entre le perso et le pro/

    quand on veut devenir PRO, faut bien comprendre que l’on crée un PRO

    ne perds pas son ame puisque cela reste sur le PERSO..

    le succès des blogs c’est surtout fait par la simplicité
    et répondent aux perso…un blog nest rien d’autre qu’un site clé en main mis sur une plateforme ( gratuite, payante etc ..

    icic fred ton blog il est deja qq part un peu pro pourtant.pro parce que tu as deja prix un hebergeur , un nom de domaine ( tout cela cest tout a ton honneur )

    bien sur le net doit rester un endroit démocratique ou l on peut parler sincerement sans avoir a placer a chaque mot par ex le mot ah oui j’aime le coca, je bois du coca, ho coca vient de sortir un nouveau coca, hey regarde les jo ya coca , oh j’ai oublié de prendre mon coca se matin au petit dej vite 2 coca pour rattraper
    oh coca yap lein de vitamines et c’estsuper pour la santé et jadore coca car grace a coca je vais voir le beau ou la belle dentiste qui me roule un patin avec ses instruments

    oui il y a et yaura ce genre de blog mais c’est comme dans la vie reel..qui n’est jamais tombé sur le copain , ou la personne qui fait style de parler et en faite vous vante un produit , essaye sournoisement de vous fourguez tel ou tel chose ???? hein? allez on a tous connu des gens comme cela ..

    au moins sur les blogs on s’est de suite ( alors que dans la vie reel il y a toujours le sentiment de se dire cest mon pote la il ne doit pas chercher a faire du commercial et pourtant..le commerce reprend le dessus sur l affectif

  • Salut,
    Je trouve ton article intèressant, mais je ne suis pas tout à fait d`accord.
    Moi, je suis argentine, mais je bloggue en francais. J`ai mon blog en espagnol, mais le vrai succès est pour mon blog francais. J`adore vraiment. En autre, j`essaie d`etre a jour avec les nouvelles voyage, voilà le but de mon blog. Je ne crois pas qu`il s`agit de rester comme ca, de ne faire autre chose que bloguer.
    À bientot
    Elisa, Argentine

  • Pingback: blog buzz & tendances()

  • Pingback: Revue de Steph #32 | StephaneGillet.com()

  • Pingback: devenir blogueu profesionnel | 4h18()

  • Semblerait qu’il y ait amalgame sur la définition du « blogueur pro » …

    Personnellement je partage en grande partie le point de vue de Fred car je pense avoir à peu de chose près la même définition que lui du blogueur pro, mais dans un même temps je comprends les arguments de pierre ou poil même si leur vision du blogueur pro diffère.

    Si on peut faire de sa passion son métier c’est super, mais je pense qu’il y a une grosse contrainte évoquée par fred qui est celle de la liberté de ton et la possibilité de balancer un peu comme on veut. Certes, certains parviennent à passer outre, mais il représentent quoi, 0.01% ? L’objectif de l’article est entre autre de faire redescendre sur terre ceux qui pensent que le web est l’eldorado, l’argent facile, etc.

    J’imagine déjà les réponses sur le fait que dans tous métiers on a des contraintes, que la liberté de ton est rarement possible, etc. Mais dans le cas du blogging, le principe de base c’est justement la possibilité d’être pleinement indépendant, avec tout ce qui va de démocratique, libre, etc. Et là on perd l’essence même du blogging avec les contraintes du professionnel.

  • Pingback: Mort d’IE6, recrutement 2.0, blogueur professionnel… [Lu sur la blogosphère] | Webmarketing & co'm()

  • Ce billet est sûrement très argumenté et bien construit, toutefois je ne me reconnais dans aucune de ces sept vérités et pourtant je suis blogueur professionnel à savoir que la totalité de mes revenus provient de ce métier. Je ne puis donc être d’accord avec vous.

  • Pingback: Mes bookmarks du 7.02.2010 au 8.02.2010()

  • @AntiSlash: Yep enfin tous les blogs que tu cites et que tu lis gagnent de l’argent, hein :)

    @Pierre: Oui, ce n’est pas faux, certains blogs « persos » se conduisent comme des profiteurs, c’est un fait. Mais généralement, c’est parce que les blogueurs qui se cachent derrière aimeraient bien faire un peu plus de sous et ont donc des objectifs de rentabilité derrière :)

    Après, c’est bien que tu précises que la vie d’un blogueur pro n’est pas toute rose, c’est finalement ce que j’avais envie de dire en écrivant ce billet. Enfin ça, et aussi le fait que le comportement de certains blogueurs pro (ou presque) commence à me courir sévère. Cela dit, je te rassure tout de suite, tu n’es pas compris dans le lot, hein ^^

    @Mlle Gima: Depuis Avril 2009, ah ouais quand même… Mais tu ne fais que ça ou tu complètes avec une autre activité derrière ?

    @poil: Hum… Je t’avoue que ton paragraphe sur les fonctionnaires m’a quand même bien fait marrer. Oui, c’est vrai, dans la fonction publique, tu as un paquet d’incompétents et de bons à rien qui ne font qu’attendre leur chèque à la fin du mois. Le problème c’est que les rares fonctionnaires à faire encore leur boulot font récupérer leur charge de travail et se retrouvent donc à devoir gérer deux ou parfois trois postes en un. Et dans ce contexte, les 35 heures, tu oublies.

    Franchement, tu ne connais rien de ma vie, tu ne sais pas ce que je fais comme boulot ni comment ça se passe. Me faire coocooner ? Je t’arrête tout de suite, mon boulot c’est tout sauf ça.

    Même chose pour le statut des fonctionnaires qui est pas mal en train de changer. Bientôt, les fonctionnaires aussi pourront être virés. Oui mais rassure toi, parce qu’on pouvait déjà les foutre au placard pour les pousser à partir, hein… Enfin, c’est con, parce que c’était un peu le seul avantage qui leur restait. Et ouais, moi, quand je suis passé du privé au public, j’ai perdu 1.000 € sur mon salaire, et pas mal d’autres avantages bien sympathiques comme les tickets restaurant, les primes sur projets et la carte Orange fournie.

    Et pour le reste, je suis désolé, mais je ne vais pas te répondre. Là, tu m’as vraiment foutu hors de moi. Je peux accepter beaucoup de choses, mais pas qu’on me juge sur mon statut. Les journées que je me tape, c’est du 13-14 heures de boulot et tu conviendras que c’est quand même quelque chose.

    @Elisa: Mais si tu bloguais en anglais, tu ne penses pas que tu aurais peut être plus de succès ? :)

    @Morgan Communication: Bah, à la base, le blogging n’est justement pas un métier, hein, et c’est bien pour cela que le blogueur avait une certaine liberté de ton, ce qu’il a tendance à perdre en se professionnalisant. Bon, peut être pas tous, hein, mais la plupart quand même et il n’y a qu’à trainer un peu sur Twitter pour se rendre compte de ce que la « blogosphère pro » est en train de devenir.

    @Yann: Comme je l’ai dit, l’objectif de cet article n’est pas de démolir l’image du blogueur pro, mais plutôt de démystifier le métier. Beaucoup pensent que la vie d’un blogueur pro est toute rose mais en vérité ce n’est pas toujours le cas et il vaut mieux se préparer quand on décide de se lancer.

  • Les journées que je me tape, c’est du 13-14 heures de boulot …par semaine ;)

  • @greg: Tu es étudiant ? oO

  • Je suis Chômeur longue duré… indéterminé ou exclu de la société comme tu préféres :(

  • Ou mort vivant :(
    C’est pas mal mort vivant , c’est à la mode avec twilight^^

  • Glandeur de fonctionnaire, toujours à se plaindre! :mrgreen: Pas taper, je plaisante… ou pas!

    Sinon je suis carrément d’accord avec toi, l’arrivé de tout ces « pro » tant sur twitter que les rss, recherche google, c’est d’un chiant… J’hésite à m’amuser à en dégommer 3-4 pour le plaisir :)

  • @greg: Erf, désolé. Tu cherches un boulot dans quel domaine ?

    @Morgan: Te gêne pas ^^

  • @Fred:

    Je cherche un poste dans le web : animateur web à Paris et ile de France
    CODE ROME E1101 ANPE pour être en phase avec l’administration :)

    Je suis ouvert à toute proposition tant que cela reste dans le domaine du web

  • @greg: Animateur ? Genre la modération, gestion de communauté ? Un peu de marketing aussi ou pas ?

  • Pingback: Blogueurs : 5 raisons de citer vos sources ! | Fredzone()

  • Pingback: Chronik Web #3 Sélections de liens de la semaine du 8 au 14 Février 2010 | webochronik()

  • @Fred

    Pour répondre à ta question ….genre messagerie rose :) je vais faire des strips devant ma webcam …le pire c’est qu’il y a des offres de ce type à l’anpe :(

    Plus sérieusement gestion de site internet de pme pour faire les mises à jour..etc : « webmaster pour pme »

    Le marketing (emailing , newsletter ) …non …ouaih je sais, c’est indispensable :(…

    Tant que j’y suis j’ai 1 question à te poser … et à tout le monde :

    Je cherche une explication claire pour comment installer mysql sous mac leopard en paralléle d’un xampp sécuriser ?

    Sous windows c’est un jeu d’enfant..pour tout sécuriser,etc

    Sous mac c’est l’enfer..soit mysql plante, soit xampp est sécuriser et mysql plante…..soit l’inverse

    Merci de me donner une explication ( pas en binaire :) si possible )

    Bon week end

  • @greg: Chaud quand même, les PME recherchent souvent quelqu’un capable de coder, de faire un peu de PAO et de s’occuper du contenu d’un site, ça coûte moins cher :s

    M’enfin, si un recruteur passe par là et qu’il est intéressé par ton profil, je t’enverrai un mail pour vous mettre en rapport :)

    Et pour ta question, bah j’en sais rien je me suis toujours contenté de Xamp pour développer en local.

  • @Fred: Chaud comme tu dis ….

    M’enfin, si un recruteur passe par là et qu’il est intéressé par ton profil, je t’enverrai un mail pour vous mettre en rapport

    C’est gentil ça :)

    J’utilise Xampp pour développer en local…moi aussi :)
    ça à planter quand j’ai tout voulu sécuriser….
    c’est le côté pénible de mac , rentrer dans le ‘terminal’ à coup de sudo su

  • @Greg: Jamais eu aucun problème avec Xampp m’enfin je ne suis pas le roi de la sécurisation, hein :)

    P.S : Ah bah tu développes aussi alors ? ^^

  • @Fred:
    Jamais eu aucun problème avec Xampp..t’as de la chance je t’envie :)
    Ah bah tu développes aussi alors ? ^^

    On va dire que j’apprend …l’algo , qui devrait me permettre de mieux appréhender la programmation et le php… j’essaye d’avoir « des objectifs » un mot tout nouveau pour moi ^^…c’est peu être du à la sagesse de l’age :)
    j’ai eu une mauvaise approche de la programmation …j’essaye de changer cela
    Un peu de la faute au cms… faut bien que je trouve un coupable ;)

    D’ailleurs plus « j’évolue » hm hm dans l’info plus je trouve cela compliqué…à mon avis, je suis sur le bon chemin :).

  • @greg: Bah, je te conseille de ne pas essayer d’apprendre à développer, mais plutôt d’apprendre à « designer », c’est nettement plus chouette ^^

  • @Fred:

    je te conseille de ne pas essayer d’apprendre à développer ?
    Ah ouaih carrément … c’est plutôt radical comme avis.

    Pourquoi ? :)

    tu connais pas le php toi ça m’étonnerai ? c’est même difficile d’oser postuler sans connaitre un langage de programmation …pas le html et le css :)..le php, java

    Sérieusement Fred :) que du design :) c’est un peu comme artiste peintre,illustrateur… »doux rêve et pâte à l’eau » :) :’
    Les offres d’emploi entre « developpement » et « le graphisme »
    ..c’est jour et nuit

  • @greg: Oui… Et non. En fait, perso, j’ai pas mal bossé en PHP, j’ai de bonnes bases (qui mériteraient un petit rafraichissement d’ailleurs) mais disons que c’est de moins en moins utiles, sauf pour de très gros projets évidemment.

    Depuis l’avènement des CMS, tu as de plus en plus de clients qui sont séduits par le principe. Avant, je les développais à la main, les Back Office, mais je ne me prends plus la tête maintenant et je pars systématiquement sur du SPIP dans mes différentes offres.

    Après, à mon avis, ce qu’il faut surtout apprendre, maintenant, c’est le JavaScript. A mon « époque », c’était l’un des langages les plus méprisés par les développeurs. Maintenant, avec l’avènement de librairies comme Mootools ou jQuery, il devient incontournable et prend de plus en plus le pas sur le PHP.

    Cela dit, je ne minimise pas l’importance de ce dernier, hein, je dis juste qu’après des années passées comme développeur à chier du code, j’ai décidé de m’orienter plutôt vers le webdesign. Là, le processus de création est beaucoup plus agréable.

    Mais je le précise de nouveau, ce n’est que mon point de vue, hein, tu pourras trouver une tonne de développeurs qui te diront exactement le contraire.

  • Je savais pas que tu étais un ancien chieur de code…
    je comprend ton point de vue

    Spip…je croyais que tu tapais dans le wordpress

    j’ai tester spip , il est léger par contre les boucles ..wuoah.
    il y a aussi typolight

  • @greg: Si je ne tapais que dans WordPress, je serais mal quand même. Ce CMS est sympa, on peut le détourner, c’est vrai, mais à la base il est fait pour les blogs, hein… Sans compter qu’il est nettement moins bien optimisé que SPIP.

    Et pour les boucles sous SPIP, franchement, c’est un coup à prendre. Au bout d’un moment, tu réflechis juste pour les boucles conditionnelles, c’est tout :)

  • Par contre évite typolight…

    drupal, modx, spip ya de bonnes bases, typolight tu vas te faire chier…

  • @Morgan: Yep, faudrait justement que je me forme à Drupal mais c’est beaucoup trop chaud en ce moment, je manque cruellement de temps :s

  • Pingback: iPad : l’application Wordpress | Fredzone()

  • Pingback: Blogueur professionnel ?()

  • Je trouve cet article vraiment très orienté, à tel point que je me demande si il n’a pas été rédigé dans le but de créer la polémique et de faire du bruit.
    Bien sur que blogueur professionnel c’est pas toujours rose et qu’il y a plein d’inconvénients mais c’est la même chose pour tous les métiers !
    Prends tous les ingénieurs qui travaillent à la Défense à Paris, avoue qu’ils ont une vie pas très folichonne !

  • @Aurelien: Orienté ? Peut-être. Mais rédiger un billet pour créer une polémique stérile, certainement pas. Ici, je parle de ce qui me passe par la tête et j’en avais juste marre que certains voient le blogging comme une manne d’or.

    Quitte à se lancer, autant bien soupeser les avantages et les inconvénients de ton activité.

  • Je trouve cet article très juste pour plusieurs raisons que je vais classer par ordre d’importance :

    1) La langue. Comme tu le soulignes, les anglophones ont un avantage énorme. Ils peuvent toucher tellement plus d’internautes et disposent des meilleurs outils en anglais.

    2) Un jour la mode passe, et en effet le blogueur solitaire risque d’avoir du mal à vivre. Il doit se renouveler sans cesse et être presque le nez dans le guidon.

    3) Je ne pense pas si j’étais blogueur pro en statut indépendant aller voir mon banquier pour lui faire un prêt immobilier …

    Comme au temps de la ruée vers l’or, ce ne sont pas les chercheurs d’or (les blogueurs) mais les vendeurs de pelles et de pioches (moteur de recherche, site d’affiliation et de ventes en lignes, …) qui se sont enrichis.

  • @GillesF: Je pense que c’est comme n’importe quel projet de business. Si tu veux vraiment faire du blogging ton métier, il faut te renseigner, savoir précisément dans quoi tu t’engages et, pourquoi pas, même faire une étude de marché. Le problème, après, c’est que tu risques aussi de perdre en spontanéité et c’est justement ce qui fait le succès des blogs.

  • Elmouktafi Fatiha

    Pour revenir confirmer mon commentaire (beaucoup plus haut) quelques semaines après, et pourquoi pas en remettre une couche vu que je continu a recevoir des e-mails qui m’indiquent que cet article est commenté :

    « Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie. »
    Confucius

    Sinon : +1 pour le pseudo buzz/polémique créer par le renouvellement de la problématique que d’autres ont traité longtemps avant toi et -1 pour la pertinence de l’article et le manque d’originalité.

    Cheers Buddy

  • @Elmouktafi Fatiha: Franchement, si je voulais faire du buzz, j’aurais choisi un autre sujet. Maintenant, si c’est vraiment ce que tu penses de moi et de cet article, alors je me demande bien pourquoi tu es venue laisser un nouveau commentaire.

    Pour se désabonner, suffit de cliquer sur le lien juste en dessous, celui qui s’appelle « Gérer vos abonnements », hein…

  • Elmouktafi Fatiha

    Parce que je suis une internaute, dotée d’un laptop, comme bien d’autres, étant jeune je mettais les doigts dans la prise et je léchais les piles quand il fallait pas, alors la il y a écrit  » Publier un commentaire « , pour une fois j’obeis : alors me voila !
    C’est vraiment ce que je pense, je dirais même que pour le coup  » il me zone un peu le Fred « ; (J’ai un copyright pour ça) Du moins il zone ma boite mail. C’est un article qui date, les commentaires commencent à perdre de leur qualité, l’actualité est fluctuante, what else ? Peut-être faire un article sur l’opiniâtreté de la situation, trouver la lumière dans un camp échangiste pour geeks à wayfarer bleue électriques? Définir le mot « Définir » de tous les points de vue sémantiques possibles ? Je trouve simplement que tu devrais recentrer ton blog, tes articles et les thèmes que tu choisis, mais ce n’est que mon avis et c’est bien pour ça que je le met en évidence dans « Publier un commentaire », je n’en fait pas un article pour autant. Elle est la, l’erreur.

  • @Elmouktafi Fatiha: Si tu vas voir les derniers articles que j’ai écris, tu te rendras compte que cela fait un bon moment que je ne parle plus de la blogosphère. Parfois oui, je rédige un billet d’humeur et je m’exprime sur des choses qui sont importantes pour moi. Ce sujet là en faisait partie à l’époque.

    Autant je peux comprendre les points de vue divergents au mien, autant je n’apprécie pas lorsqu’on m’accuse de vouloir faire du buzz. J’ai beaucoup de défauts, c’est certain, mais pas celui-là.

  • @Elmouktafi Fatiha: Bonjour Fatiha.
    Tout comme toi, le billet de Fred me fait un peu réagir. Surtout sa conclusion, qui semble démontrer que quoiqu’il arrive, tel le serpent qui se mord la queue, le Blogueur Pro est destiné à « périr » de sa Passion. Voici mon expérience racontée de manière Optimiste (…cela fait partie de mes « défauts »).
    Voilà quelques mois que je « surfe » sur le Net à la recherche de toujours plus de connaissances techniques, ou simplement de contenu original. A la base, je travaille dans la restauration, et cela ne me laisse pas trop de temps pour le reste. Alors j’avance à ma vitesse. Au départ je souhaitais monter un Site Web, mais ne savais pas comment faire. Puisque les Anglophones sont pionniers en la matière, me voilà donc Membre d’un Site d’apprentissage de techniques et autres savoirs sur  » Comment Créer Une Page Unique de Vente En Quelques Leçons » * . Je paye un peu moins de 20 Euros/Mois pour un contenu de centaine d’heures ( oui, oui!) de vidéos « tutorielles ». J’apprends non seulement à devenir un « expert » en Création/Conception de sites, mais en plus je le fais dans une Langue qui n’est pas la mienne. Autant te dire qu’il faut beaucoup de passion pour mener à bien cette quête sans fin. Depuis une semaine environ, j’ai décidé d’agir enfin. Et pour rentrer sur ce marché, je suis passé par la porte « Blog ».
    Alors quand je lis le Billet de Fred, mon café ce matin à du mal à passer. Mais ça m’a permis de poser un peu les pieds sur terre… Vivre de son Blog est comme entreprendre la création d’une Société. Avec tout ce que cela comporte de contraignant. Mais sans oublier, Fred, que la réalisation d’un tel projet nécessite Beaucoup de « passion ». Je reste donc persuadé que l’on peu vivre de sa passion. « Je sais que je vivrai de mes Passions ».
    Voilà, Fatiha, ma manière de voir les chose. Présentée de façon intuitive certes, mais je fais souvent passer mes idées de la sorte ;) Merci d’être arrivée au bas de cet Article!

    « Il est Absurde de Penser qu’en Faisant Toujours la Même Chose on Puisse obtenir un Résultat Différent… »

    *outildunet.fr

  • Très interessant Fred! Quel article!
    N’as-tu pas écrit un article du genre « les 10 raisons pour bloguer »?

    Tiens, certains considèrent leur blog comme un patrimoine qu’ils peuvent revendre, qu’en penses-tu?

    J’ai moi aussi du mal à voir le côté « blogueur pro sur le long terme »…

    Aujourd’hui tu trouves de blogueurs qui gagnent pas mal en vendant des formations pour gagner de l’argent sur le net ( ce qui est limité à force). Tiens que penses-tu des RMIF et Olivier Roland qui assure que c’est possible de gagner 2000 euros par mois?

    Pour ce qui est de la démocratie pour les blogs, je suis de ton avis, mais dans la réalité la censure est légion…

  • @Olivier De La Conception: En fait, je ne dis pas qu’il ne faut pas tenter le coup, hein, mais plutôt qu’il vaut mieux bien réfléchir avant de se lancer. Moi, depuis, j’ai monté ma boite pour pouvoir déclarer les revenus de la Fredzone et de mes autres sites. Les affaires tournent plutôt bien, ces trois derniers mois j’ai atteint le même chiffre d’affaire que durant l’année 2010. Pas mal, c’est sûr, mais ce n’est pas pour autant que je vais démissionner de mon boulot. Financièrement, ça pourrait passer, mais si je fais ce choix, alors il faudra compter avec le stress. Et bloguer en stressant, ça le fait pas. Tu te sens moins libre, donc tu ne dis pas tout ce que tu as envie de dire, donc tes billets perdent de leur intérêt, donc tes lecteurs peuvent se lasser de toi. Tu comprends où je veux en venir, non ?

    Alors voilà, pour le moment je continue avec mes journées de dingue, mais j’envisage quand même de me mettre à temps partiel histoire d’avoir un peu plus de temps pour moi et pour mon entreprise.

    @fabrice: Olivier Roland, je ne l’aime pas et je ne lui fais pas confiance. Après, gagner 2000 euros par mois avec un blog, oui c’est parfaitement possible. Et même plus d’ailleurs, beaucoup plus. Sauf que voilà, les revenus d’un blog ne sont pas stables. Se lancer, oui peut-être, mais pas sans savoir où l’on met les pieds. Des blogueurs qui se mettent auto-entrepreneurs sans réfléchir et qui se disent ensuite blogueurs professionnels, tu en as plein mais ils ne durent pas tous. Comme n’importe quel projet d’entreprise, il faut donc se poser les bonnes questions et ne pas se lancer en se disant que la chance nous sourira forcément.

    Réfléchir avant d’agir, toujours. :)

  • @fred, merci de partager ton expérience personnelle avec moi. Je me nourris plus de ça que de conseils. ;) Cela donne aussi un côté humain non négligeable. Bravo pour ton Blog et ton professionalisme.

  • C’est claire qu’il faut bien réfléchir. Mais l’avantage du blog est qu’on peut se lancer en ayant un boulot!

  • @Olivier De La Conception: Merci =)

    @fabrice: Yep sauf que lorsque tu veux vraiment le développer, faut t’investir un minimum et y passer plusieurs heures par jour. Pas tout le temps évident, hein :s

  • « Blog, blog, blog! » Tout le monde ne parle que de ça, comme si c’était le seul moyen de générer des revenus avec Internet…

    Je pense comme toi, Fred, qu’il faut considérer toute activité en tant qu’indépendant comme une entreprise. Et une entreprise a tout intérêt à se diversifier. Ce qui m’étonne le plus dans ces discussions c’est donc la focalisation sur UN site. Le blogueur semble être enchainé à sa création, personnellement (son blog c’est lui!) et financièrement (il en est dépendant).

    Je pense que maîtriser les différents aspects qui permettent de «  »bloguer » » (ceux que tu décris dans l’article) peut être une force, pour peu qu’on le voit comme l’indice d’une capacité à faire passer des idées au stade de réalité. Pour moi c’est ça la véritable magie d’Internet : rendre la création, l’entrepreneuriat et l’innovation plus accessibles qu’ils ne l’ont jamais étés. C’est un monde de possible qui s’ouvre à nous, mais beaucoup de gens ne pensent qu’à copier/coller la tendance du moment plutôt que de chercher à apporter quelque chose de nouveau.

  • Je suis d’accord avec toi fred sur le point ou tu dis que la plupart des blogueur ne connaissent pas le succès, mais si en réfléchi bien on va constater que la majorité de ces blogueurs n’applique pas les vrai techniques pour avoir le succès, il faut impérativement qu’ils fassent un préplacement de leur blog, un buzz quoi, pour le booster dés les premiers jours de son existence et le plus grands problème c’est que tout le monde peut le faire car il est gratuit et efficace.
    Et maintenant avec les réseaux sociaux, youtube, on peut faire des miracles.
    Moi personnellement je pense que la majorité écrasante de tout les blogueurs francophone n’osent pas faire ce supe-lancement dont je parle parce qu’ils ont peur de se montrer en vidéo et se présenter, et parler de leurs compétences que beaucoup de gens ont en grand besoin.
    Mais si on leur envoyé par ex qu’ils ont un entretien d’embauche ou une prise de parole importante devant quelqu’un ou devant un nombre de personne, ils vont accepter volontiers de se préparer jour et nuit pour cette événement pour qu’à la fin avoir un salaire de misère, par contre si quelqu’un fait ca pour son blog et donne son énergie pour l’intérêt de son blog avec des vidéo explicative, des podcasts, il ne va pas croire ses yeux quand il va voir qu’après une semaine de lancement de son blog il a déjà des milliers de visiteurs.

  • Pingback: >Le jour du blogger< Quelques considérations à propos du blog et du pouvoir | Amaury VIAN - Se souvenir...()

  • Pingback: 4h18 - Devenir un Blogueur pro ?()

  • Pingback: Etre ou ne pas être blogueur professionnel - Billets de la semaine #83 - Le blog du Modérateur()

  • Maximilien

    Bonjour Fred,

    Je suis plutôt d’accord avec ta vision des choses. Certes devenir blogueur professionnel est une expérience intéressante et qui peux rapporter gros, encore faut-il réussir, et comme tu le dit, la concurrence est là, et tout le monde ne le devient pas. Donc il y’a de forte chance pour qu’on se retrouve dans la majorité, c’est à dire celle qui n’arrive pas à devenir Blogueur professionnel.

    D’accord sur le fait que tout miser (sa vie je dirais) sur un blog est juste imprudent. On me dira, que réussir c’est prendre des risques. Ouai c’est clair, mais le pourcentage de réussite reste faible, et le pourcentage pour se planter reste fort.

    Etre un Pro dans ce domaine ce n’est pas tout. Et sur internet tout change rapidement, les business aussi, donc faut savoir rebondir et prévoir d’autre issues, donc mieux vaut ne pas tout miser sur son blog.

    La plupart des Pro qui ont réussi nous vendent leur mérite et nous encourage à le faire sachant que la majorité n’y arrivera pas. Donc oui on peux y croire, mais encore une fois faut pas ce faire trop d’illusion et avant de se lancer, y réfléchir à deux fois.

    Pour moi le mieux est de bloguer tout en ayant une activité « sécurité » à côté, comme une profession ou autre qui vous apporte de l’argent.

    Pour finir je dirais qu’on Blog pour soi et pour partager avec les autres, et non pas pour considérer les autre comme un gagne pain. Sinon le blogging devient comme la plupart des médias que nous suivons dans nos vie quotidienne, et pour qui nous sommes des vache à lait.

  • Jean – Marc Bontemps

    Bravo pour cet article très bien écrit sur les bloggeurs pro, j’espère qu’il éveillera les consciences naïves qui sommeillent en nous tous.

    Il y a une chose qui me gêne dans le terme bloggeur c’est cette apparence de nouveaute. je ne vois aucune différence avec les francophones qui animent des sites internets depuis 10 ans voir plus et qui parfois en vivent très bien sans faire tout ce foin. Ils se considerent souvent comme de simples individus meme pas des webmasters.

    Personnellement j’ai écrit tout un tas d articles dans le domaine de la pédagogie musicale de manière complètement désintéressé pour rendre service, je n’avais pas conscience que mon travail était consulté nuit et jour depuis toutes les parties du monde. Cela m’as permis de rester dans le monde réel. on peut vivre d’un site internet ou d’un blog principalement en vendant un service ou un bien et la ne faut pas nier l’extraordinaire moyen de communication d’Internet et son coût presque nul.

    Des milliers de personnes vivent deja indirectement de leur site internet en France et occupent les niches prétendues libres. La plupart basculent sur le système world press mais tout en écrivant des articles ne se considèrent toujours pas comme des blogueurs.

  • Kezir

    Bonjour, merci pour ton article.

    Gardons à l’esprit qu’un blog doit avant tout être animé par une passion. De se fait tu a raison Fred quand tu dit que :  » bloguer en stressant, ça le fait pas.[…] En cherchant à tout prix à le professionnaliser on perd effectivement l’objectif premier la spontanéité.

    On peut dire que ça peut devenir un bon complément de revenues. ?

    • Voilà. Après, en vivre c’est aussi possible mais pas pour tout le monde, et pas facilement :)

  • p’tain je suis dans la mouise, moi qui croit pouvoir gagner ma vie sur le web tu veux me démoraliser ou décourager? où tu veux te garder les bons plans ;)

    • Ni l’un ni l’autre :)

    • Inza Corneille

      si tu pense que tu peux gagner ta vie en vendant des trombones .Alors tu pourra le faire. si tu pense qu’on ne peux pas faire fortune en vendant « rien que du trombone » alors ne vend pas du trombone parce que tu ne pourra pas vendre du trombone

  • Inza Corneille

    Moi je ne sais pas pourquoi vous êtes aussi obstiné a vouloir savoir si le le blog sera éternelle ou pas. Laissez moi vous dire que même hier on encore se posait la question de savoir qu’elle sera l’avenir de Facebook je suis convaincu que même demain on en parlera encore le plus important c’est plus tellement le quand mais le comment parce que c’est ce qui fait toute la magie du blog, osez à tort ou à raison, mais osez, faire ce qui nous fait briller les yeux, et ce qui est magnifique lorsque l’on fait ce que l’on veut l’on passe des nuit blanche à le faire sans s’en rendre compte et une fois l’heure du sommeil obligatoire venu c’est à coeur joie que l’on s’endort sur la table de travail sans faire aucun compte. Le blogging n’est pas facile, la maçonnerie non plus la menuiserie non plus le métier de pilote non plus celui de footballeur non plus , celui de banquier non plus celui du coursier encore moins, chacun vie avec son niveau de risque d’une manière ou d’une autre et chaque métier est appelé a disparaître .Vue que tu es toi même blogueur cela fait de ton titre un titre racoleur que tu accepte ou non! j’étais juste de passage si vous voulez voir le site ou le blog de quelqu’un qui pense que tout est accessible aussi longtemps qu’on le veut je suis sur http://www.attitude-gagnante.com.( il est 5h00 et j’ai pas encore fermé l’oeuil vive le blog même si ça dois durer juste le temps de mon reveil).Fred c’est en paix que je m’en vais et en paix que je reviendrai encore parce que c’est aussi ça le blog merci.

  • oualiboz

    très bon article ,sa permet de gardé les pieds sur terre mais pour moi un bloguer pro ne pas facile a devenir mais ,il faut essayé et c’est mieux de perdre le temps ailleurs

  • Pingback: Bloguer en Suisse romande et alémanique, un véritable job? | Spécialiste en médias sociaux()

  • Gilles

    Bonjour. Je ne vois vraiment pas pourquoi vous écrivez qu’on peut bien devenir millionaire avec un blog dans un pays autre que la France (les US, ou autre pays anglo-saxon je présume…) mais PAS en France ! Comme si le fait de vivre en France était un obstacle insurmontable à la réussite !! LoL. Cette barrière, elle est d’abord dans votre tête, vous ne croyez pas?

    • XD

      En plus le français est une des langues les plus parler dans le monde. L’anglais n’est pas la seul langue populaire et le royaume unis n’est pas le seul a avoir eu des colonie XD