Clicky

800 tombes vieilles de 4000 ans ont été découvertes en Egypte

Une équipe d’archéologues vient d’annoncer la découverte de 802 tombes en Égypte, dans un village de Lisht, près d’Al Ayat. L’expédition a été menée par l’université d’Alabama-Birmingham avec le Ministère des Antiquités. Vieux de quatre mille ans, le cimetière se trouve dans un site entre deux pyramides situées au Nord et au Sud.

Ces monuments appartenaient aux pharaons Senusret I et Amenemhet I, rois de la douzième dynastie égyptienne.

Momie ADN

« Ce site concentre le plus grand nombre de tombeaux du Moyen Empire de toute l’Égypte », a déclaré Sarah Parcak, l’archéologue et professeur à l’université qui a dirigé l’expédition. « C’est excitant parce que nous avons une réelle opportunité de nous pencher davantage sur les diverses classes et groupes de personnes qui ont vécu et sont morts à Itj-Tawy ».

La grande majorité des tombes du site ont déjà été pillées depuis sa découverte, mais les chercheurs espèrent encore découvrir des informations précieuses sur Itj-Tawy. Cette ville ancienne aurait été la capitale égyptienne du Moyen-Orient.

Un site peut en cacher un autre

Le ministre égyptien des Antiquités, Khaled El-Enany, a mis l’accent sur le fait que, jusqu’ici, les égyptologues ignoraient l’existence de ces anciennes tombes datant de l’antiquité. Auparavant, ils se sont concentrés sur la récolte des données concernant les deux pyramides et les tombeaux royaux situés à proximité.

Les chercheurs estiment que les autres caveaux du site pourraient cacher encore plus de trésors. « Dans cette région, il n’y a vraiment pas beaucoup de tombes connues, à l’exception des tombes royales. C’est pourquoi ce cimetière est important », a expliqué Kathryn Bard, de l’Université de Boston au National Geographic.

Les tombes comportent des toits et des chaussées menant à la berge voisine. Les chercheurs s’activent à retrouver quelques artefacts comme des fragments de poterie, des traces de peintures murales, des restes humains et même des structures funéraires. Ceux-ci permettront de mieux connaitre les caractéristiques socio-économiques de cette ville antique.

Une époque faste

Selon les archéologues, « le moyen empire est caractérisé par la prospérité ». Cette période faste en art et en culture s’étend entre 2030 à 1650 av. J.-C.

Conformément à la politique du Metropolitan Museum of Art, la conservatrice s’est abstenue de tout commentaire sur les nouvelles recherches. Elle a seulement fait savoir que les artefacts de cette période révèlent une prise de conscience majeure sur la condition humaine, un aspect extrêmement fascinant de cet épisode de l’histoire.

Mots-clés archéologie