A la Nouvelle Orléans, les parents d’un ado décédé ont mis en scène le corps de leur fils en train de jouer aux jeux vidéo

La famille d’un adolescent qui a été assassiné à la Nouvelle-Orléans le mois dernier a mis en scène le corps du défunt comme s’il jouait sur sa Xbox et mangeait de la malbouffe dans un mémorial bizarre. Renard Matthews, 18 ans, a été abattu alors qu’il promenait son chien, dans un tragique concours de circonstances au cours d’un vol qui visait alors son téléphone portable.

Embaumer les corps et les exposer ensuite dans un cercueil pendant plusieurs jours avant l’enterrement est une tradition de la Nouvelle-Orléans.

Une tendance récente a vu les familles endeuillées aller encore plus loin en utilisant le corps de leurs proches pour créer une scène les représentant faisant ce qu’ils aimaient le plus quand ils étaient en vie.

Près du corps de Renard étaient donc posées ses collations préférées : des céréales, de la Root Beer Barq et du Doritos. Pendant ce temps, un match de basket est diffusé sur une télé géante.

Une mode funéraire quelque peu bizarre

La maison funéraire Charbonnet Labat Glapion de la ville où était exposé Renard est spécialisée dans la mise en place de scènes post-mortuaires. Ce business a commencé en 2012 avec la mort de Lionel Batiste, un jazzman qui ne voulait pas qu’on le regarde dans un cercueil.

À son service funéraire, il se tenait debout, habillé dans son style dandy et s’appuyant sur un lampadaire avec les mains posées sur sa canne.

Depuis, plusieurs personnes de la maison funéraire ont créé divers présentoirs, y compris une femme positionnée à une table avec un verre de bière et une cigarette.

Une pratique tout à fait normale dans certains pays

Si le mémorial semble macabre en Occident, la pratique est une norme dans certaines parties du monde. En Indonésie, la communauté de Toraja sur l’île de Sulawesi du Sud garde souvent ses parents décédés dans leurs maisons pendant des années comme s’ils étaient vivants.

Certains cadavres, qui sont injectés avec un conservateur appelé Formulin, ont même leur propre chambre et sont régulièrement lavés. On leur achète également en plus des cigarettes et de la bière. Cette même tribu déterre des parents morts chaque année pour une cérémonie appelée Ma’nene qui vise à encourager de bonnes récoltes. A Porto Rico, les corps sont souvent embaumés dans leurs poses naturelles.

Mots-clés insolitensfy