A la recherche du train nazi rempli d’or

Les militaires ont toujours ce réflexe de cacher précipitamment des objets ou des documents secrets quand ils perdent une bataille ou une guerre. Le secret-défense est quelque chose de sacré. C’est dans ce contexte qu’un train blindé qui a quitté la Pologne juste après le suicide d’Hitler. Il se pourrait que ledit train contienne des informations classifiées, comme des programmes d’armement secrets ainsi que des trésors.

Pour l’instant, rien ne prouve toutes ces allégations. De plus, le départ précipité peut s’expliquer par le fait que les officiers allemands, après avoir ordonné la persécution et l’exécution de millions d’innocents, prennent la fuite avec les soldats pour éviter d’être jugés par les Alliés.

Quant au trésor, cela relève plus du fantasme que d’une réalité historique. D’autant qu’il existe plusieurs versions de cette légende.

Ce qui se raconte

Peu de temps avant la capitulation des hauts dignitaires de l’Armée allemande à Berlin, des officiers auraient donné l’ordre d’évacuer un certain nombre de matériels à bord d’un train blindé depuis l’est de la Pologne. Le départ était précipité, mais fait troublant, personne n’a jamais revu ce train en question. S’il avait réellement existé, il est probable que les Allemands l’aient détruit ou qu’il a été bombardé par les Alliés.

Ce que transportait exactement le train reste hypothétique puisqu’il existe plusieurs versions de l’histoire. On parle de plans d’armements secrets d’Hitler, mais aussi de trésors que les soldats nazis avaient pillés avant et pendant la guerre.

La chasse au trésor

Deux historiens amateurs s’étaient adressés aux autorités polonaises pour demander 10 % de la valeur du trésor si celui-ci était trouvé. Ils avaient exposé les résultats de leurs recherches entre autres au ministre de la Culture qui a affirmé être « sûr à 99 % » de l’existence et de la localisation du train. Seulement, personne n’a rien trouvé à l’endroit indiqué.

D’après certains hauts fonctionnaires polonais, tout laisserait penser que c’était un cargo d’une grande valeur puisqu’il était blindé. Transportait-il des armes ou des documents classifiés secret-défense ? La priorité de n’importe quelle armée dont les hauts gradés étaient en passe de signer la capitulation était de mettre à l’abri les plans, les archives et les projets d’armement top secret.

N’écartons pas non plus une autre hypothèse : ce train ne transportait peut-être rien de grande valeur. Un cargo blindé quittant hâtivement la Pologne était peut-être un leurre pour faire croire que les allemands partaient alors qu’ils restaient terrés dans un bunker. Ils étaient en effet conscients que même un train blindé peut être détruit par un bombardement allié.