A la rencontre des Galaxy Note 10 et Galaxy Note 10+

Samsung est de retour ! Après des mois d’attente et de folles rumeurs, le constructeur coréen a fini par lever le voile sur le Galaxy Note 10 et le Galaxy Note 10+, les deux nouveaux fer-de-lance de sa gamme.

Or justement, la semaine dernière, le constructeur a convié une poignée de médias et d’influenceurs français à Amsterdam afin de leur faire découvrir en avant-première ces deux appareils. Nous en faisions partie.

Et non contents de participer à l’événement, nous en avons aussi profité pour tourner quelques images. Une vidéo vous attend ainsi en fin d’article.

Des Galaxy Note 10 qui rappellent beaucoup les Galaxy S10

Les Galaxy Note 10 et Galaxy Note 10+ bénéficient de la même conception que les Galaxy S10. Les finitions sont donc extrêmement soignées et la marque a de ce fait accordé le plus grand soin à leur design.

Entre leur boîtier en verre délicatement travaillé et leur magnifique écran, ils ont des arguments à faire valoir.

Il y a tout de même trois nouveautés à souligner. La première a trait à l’écran de l’appareil. Si le poinçon est toujours présent, il est plus petit et il est en plus centré. Il attire donc moins l’oeil, notamment lorsqu’on consulte des photos ou des vidéos.

La seconde nouveauté a trait au module photo. Il n’est plus placé sur un axe horizontal, mais vertical. Samsung a en outre choisi de le ramener dans le coin supérieur gauche afin de le rendre plus discret. Un choix heureux, d’autant que les Galaxy Note 10 sont également dépourvus de lecteur d’empreintes physiques. Le constructeur a préféré placer le capteur sous la dalle, à l’image des Galaxy S10.

La troisième nouveauté n’est pas forcément une bonne nouvelle pour les mélomanes puisque la marque a choisi de se défaire de la prise casque.

Pour connecter un casque ou des écouteurs aux terminaux, il faudra donc soit s’appuyer sur le Bluetooth, soit passer par un adaptateur jack à brancher sur le connecteur USB Type-C.

Maintenant, si la disparition de la prise casque en décevra sans doute certains, elle a tout de même de bons côtés. Les Galaxy Note 10 sont en effet beaucoup plus fins que leurs prédécesseurs, mais cela ne les empêche pas d’embarquer des batteries de 3500 mAh et de 4300 mAh.

Et on conserve bien entendu la certification IP68.

La puissance et la photo avant tout

Les Galaxy Note 10 et Galaxy Note 10+ ne sont pas là pour faire de la figuration et il suffit de prendre le temps d’éplucher leur fiche technique pour s’en rendre compte.

Ils embarquent ainsi tous les deux un écran Dynamic AMOLED Infinity-O, avec une diagonale de 6,3 pouces dans le premier cas et de 6,8 pouces dans le second. La marque a bien entendu opté pour une dalle certifiée HDR10+, mais la définition diffère d’un modèle à l’autre. Le Galaxy Note 10 se contente ainsi d’une résolution en 2280 x 1080 (401 ppp), contre une résolution en 3040 x 1440 (498 ppp) pour le plus gros modèle.

Concernant la puissance, Samsung a sans surprise opté pour l’Exynos 9825 présenté un peu plus tôt dans la journée. Un Exynos 9825 sur lequel Marc reviendra en détail dans un article de son cru.

Pour l’épauler, Samsung a voulu mettre le paquet sur la mémoire vive avec 8 Go de RAM pour le Galaxy Note 10 et… 12 Go pour le Galaxy Note 10+. Idem pour la capacité de stockage. Les modèles de base seront livrés avec 256 Go, mais il sera possible de monter à 512 Go sur la version « pro ».

Et là, attention, car le Galaxy Note 10 sera dépourvu de cartes Nano SD, contrairement à son grand frère qui sera parfaitement en mesure de prendre en charge cette mémoire additionnelle. En revanche, dans ce cas précis, l’utilisateur devra choisir entre deux Nano SIM ou bien une Nano SIM et une Nano SD. Il ne sera donc pas possible de faire cohabiter deux lignes téléphoniques tout en bénéficiant d’une extension de mémoire.

Comme indiqué un peu plus haut, Samsung s’est montré assez généreux au niveau des batteries. Le Galaxy Note 10 sera ainsi livré avec une batterie de 3500 mAh, contre une de 4300 mAh pour le Galaxy Note 10+.

Mais la firme n’a pas uniquement mis l’accent sur la puissance. Elle a aussi apporté le plus grand soin à la photo et à la vidéo.

Les Galaxy Note 10 sont donc équipés d’un module triple, un module composé de :

  • Un capteur de 16 mpx avec ultra grand angle (123°, f/2.2).
  • Un capteur de 12 mpx avec grand angle (77°, f/1.5-2.4, AF, OIS).
  • Un capteur de 12 mpx avec téléobjectif (45°, f/2.1, OIS).

Une fois encore, Samsung a donc visé la flexibilité et le module photo des Galaxy Note 10 sera en mesure de s’adapter à toutes les scènes. Le modèle « plus » ira encore plus loin pour sa part en embarquant un quatrième capteur ToF consacré à la profondeur de champ (72°, f/1.4). Un capteur qui nous permettra de générer de beaux flous d’arrière plan.

La caméra frontale n’est pas mauvaise non plus. Ici, la marque a opté pour un capteur de 12 millions de pixels avec une optique offrant un champ de vision de 80° et une ouverture à f/2.2.

Pas de mauvaise surprise non plus au niveau de la connectivité. La 4G est présente, de catégorie 20. Samsung annonce des débits théoriques pouvant atteindre les 2 Gbps en download et les 150 Mbps en upload. En revanche, la 5G restera l’apanage du Galaxy Note 10+ 5G et ce dernier se destinera en exclusivité au marché sud-coréen. Ce qui est finalement peu surprenant.

Rien à dire de particulier au niveau des capteurs. Outre l’accéléromètre et le gyroscope, les Galaxy Note 10 embarquent un baromètre, un capteur géomagnétique et un capteur de proximité. Le S-Pen a lui aussi droit à un capteur fonctionnant sur 6 axes, un capteur qui lui permettra d’interagir avec son appareil en s’appuyant sur des gestes tracés dans l’air.

Et côté plateforme, alors ?

Durant la conférence de presse organisée la semaine dernière à Amsterdam, Samsung a mis l’accent sur plusieurs fonctions particulières.

Les Galaxy Note 10 seront ainsi en mesure d’exporter leurs notes au format PDF ou même DOC, et ils pourront aussi se connecter directement à un PC grâce à un partenariat avec Microsoft. Tout comme avec un iPhone et un Mac, l’utilisateur pourra donc prendre ses appels et lire ses SMS/MMS depuis son PC sans avoir besoin de passer par une solution tierce.

Samsung a aussi mis l’accent sur la créativité. OneUI sera ainsi livré avec un éditeur de photos plus complet et on trouvera également un éditeur de vidéo complet pour transformer son téléphone en studio de montage.

Bien sûr, l’outil s’adresse plus au grand public qu’aux monteurs professionnels, mais c’est tout de même une bonne initiative.

Même chose côté gaming. Les Galaxy Note 10 embarquent tous les deux une nouvelle chambre de dissipation de la chaleur et ils ont également droit au Game Booster, un outil qui optimisera la plateforme pour vous permettre de tirer pleinement parti de vos jeux préférés.

Toujours au rayon des nouveautés, la possibilité de créer des éléments en réalité augmentée avec le stylet. Si vous filmez un ami, par exemple, alors il suffira de basculer sur le mode adéquat pour pouvoir dessiner des objets virtuels avec le S-Pen… et l’affubler par exemple d’oreilles de lapin.

J’étais assez sceptique au départ, mais cette fonction tournait extrêmement bien sur les appareils en expo, et ce alors même que ces derniers n’embarquaient pas un logiciel en version finale.

Premières Impressions

Ce n’est pas en quelques heures de temps que l’on peut se faire une idée d’un produit, à plus forte raison lorsque ce dernier n’embarque pas la version définitive de sa plateforme.

Je peux tout de même vous dire que le Galaxy Note 10 et le Galaxy Note 10+ sont tous les deux de beaux produits. On retrouve le format très anguleux propre à la gamme, mais dans un châssis plus fin et mieux travaillé que le modèle précédent (qui était très bien fini déjà).

L’écran est sublime en tout cas, et cela n’a rien de surprenant compte tenu du savoir-faire de la marque en la matière. Quant au poinçon, il est suffisamment discret pour se faire oublier.

La grande interrogation réside au niveau du volet photographique ; les photos prises durant l’événement semblaient plutôt bonne, mais les conditions n’étaient pas idéales. Ni au niveau de l’éclairage, ni même au niveau de la météo locale.

Bien sûr, vous aurez droit à une prise en main et à un test complet dans quelques semaines. En attendant, j’espère au moins que cette première rencontre vous a plu.