Clicky

A la rencontre du dinosaure le plus surréaliste jamais découvert

Le Borealopelta markmitchelli n’est pas un dinosaure ordinaire. Découvert dans une mine en 2011, cette étonnante créature a fait l’objet de six ans de recherches. Au grand étonnement de tous, il est dans un état de conservation rarissime. En effet, bien qu’il soit âgé de 110 millions d’années, la dépouille est restée en excellent état et les paléontologues l’ont ainsi qualifiée de « fossile le plus impressionnant qu’ils n’aient jamais vu. »

Le spécimen a été exposé officiellement en mai dernier au Royal Tyrrell Museum dans les Badlands d’Alberta, au Canada. Current Biology s’est chargé pour sa part de la publication des résultats de recherches effectuées par les paléontologues.

Classé dans la catégorie des nodosaures, les scientifiques ont donc baptisé ce spécimen Borealopelta markmitchelli.

Une découverte inattendue

Alors que Shawn Funk était en pleins travaux d’exploitation de sables bitumineux, il est tombé sur une masse curieusement solide. Au début, il croyait que c’était quelque chose de plus habituel, comme un tronc d’arbre. Pourtant, en extrayant progressivement l’ensemble, un fossile de dinosaure est apparu sous ses yeux.

Cette découverte a eu lieu le 21 mars 2011 dans une fosse de la grande mine Millenium, au Canada.

Quand bien même le spécialiste Mark Mitchel aurait été minutieux lors de l’enlèvement du fossile sous les roches, certaines parties ont été brisées. Néanmoins, l’équipe du musée a su reconstruire les morceaux durant ces six dernières années.

Résultat de l’étude

Selon le bilan des scientifiques, cet animal pétrifié atteignait les 5,5 m de long et il pesait un peu plus de 1 400 kg. Le rapport indique également qu’il s’agit d’un herbivore. Pour se défendre, il servait surtout de ses cornes, des cornes de 0,5 m situées au niveau de ses épaules.

En revanche, il ne disposait pas de massue au bout de sa queue comme c’est le cas pour les ankylosaures.

Quant à l’incident qui aurait causé la mort de ce dinosaure, les scientifiques invoquent l’éventualité d’une noyade. D’après eux, l’animal aurait succombé à une inondation de rivière qui l’a transporté jusqu’à la mer. Il s’est ensuite enterré sous l’océan au milieu des boues et minéraux. Ce sont ces derniers qui lui ont assuré une conservation hors du commun.

Les études sur ce dinosaure cuirassé ne sont pas encore achevées. Comme les scientifiques affirment, il faudra « des années sinon des décennies pour tout comprendre. »

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !