A Los Angeles, il existe un distributeur pour acheter des likes sur Instagram… enfin presque

Devenir « influenceur.euse », c’est un rêve pour beaucoup de jeunes d’aujourd’hui. Il ne s’agit pas, cependant, d’un statut qui s’acquiert du jour au lendemain. Pour conquérir des « followers », il faut de splendides clichés, de l’originalité ou de l’extravagance, mais surtout du temps.

Certains aspirants sont prêts à relever les défis les plus fous pour devenir plus populaires. Cependant, il est aussi possible de tricher en achetant des « likes ».

Floutage Instagram

Conscious Minds, l’équipe marketing du documentaire intitulé « Social Animals », a mis en place des distributeurs automatiques via lesquels il est possible de booster sa notoriété sur la plateforme. Le concept n’est pas une première, sauf que, cette fois-ci, il s’agit d’un canular organisé pour sensibiliser sur la face cachée du monde des célébrités d’Instagram.

Les distributeurs sont maintenant disponibles dans les rues des lieux touristiques comme Los Angeles, Melrose Place ou encore Venice Beach, aux États-Unis.

Dix dollars pour mille faux abonnés

Les appareils proposent d’acheter des produits ciblés pour la plateforme de partage de photos. Il est possible d’acheter des lots d’abonnés. Par exemple, pour acquérir mille « followers », il faut payer dix dollars. L’usager n’a qu’à insérer sa carte bancaire et choisir les services qui lui conviennent.

Afin de récolter plus de « likes », le consommateur a l’embarras du choix entre de nombreuses citations pleines d’esprit. Il peut aussi payer une fausse main à poser sur son épaule pour avoir l’air d’être moins seul sur ses photos. S’il a besoin d’une pause de scroll, il peut acheter « pouce spa ».

L’invention a vite été rapportée par les médias et les internautes.

Au profit de la lutte contre la dépendance aux réseaux sociaux

L’objectif de l’équipe promotionnelle du documentaire est de dénoncer la course effrénée à la visibilité. Après avoir acheté un service, l’utilisateur reçoit une copie de Social Animals. Le reportage suit, pendant deux ans, trois adolescents qui rêvent de devenir des superstars du réseau social.

Les profits tirés des faux produits vendus via les machines seront reversés à Reboot and Recover. Il s’agit d’une association qui lutte contre le cyberharcèlement et l’addiction aux réseaux sociaux.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par this shit will make u smart AF (@smart.af) le 4 Janv. 2019 à 12 :09 PST

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Josh Moorhead (@yippeekiyayjoshmoorhead) le 2 Janv. 2019 à 8 :19 PST

Mots-clés instagram