A poil devant les locaux de Facebook pour dénoncer la politique de censure de la firme

Pour s’opposer à la politique de censure de Facebook, des manifestantes se sont présentées nues devant le siège de la société à New York. L’action avait pour but de dénoncer la censure des « mamelons féminins ».

La semaine dernière, plus de 100 personnes, entièrement nues, se sont installées sur un trottoir devant le siège de Facebook à New York pour réclamer un changement de la politique de censure de l’entreprise. En effet, le réseau social interdit depuis longtemps la publication de photos ou de vidéos montrant les mamelons féminins. Une interdiction qui ne concerne donc pas les hommes.

facebook-wifi

Crédits Pixabay

Pour protester contre cette discrimination, le célèbre photographe Spencer Tunick, connu pour sa maitrise de l’art de la photographie de nu, a décidé d’emprunter une voie hors du commun. Grâce au soutien de la Coalition nationale contre la censure, il a pu recruter des volontaires pour se poser nu devant le siège new-yorkais de Facebook.

Les volontaires en question ont recouvert leurs corps d’autocollants pour s’assurer que les mamelons soient « masculins », conformément à la politique de Facebook et d’Instagram.

Une censure qui nuit aux artistes

D’après les activistes, la politique actuelle de Facebook qui interdit la publication de contenus comportant des mamelons féminins nuit aux artistes ainsi qu’aux personnes morales et physiques qui luttent pour le respect de l’égalité entre le sexe masculin et féminin.

Quant aux images de mamelons tenues par les manifestantes, elles ont été prises à partir de photos de volontaires, dont des artistes et des célébrités masculins. Parmi eux figurent l’artiste Andres Serrano, le photographe-acteur Adam Goldberg, le batteur Chad Smith des Red Hot Chili Peppers, Andy Cohen et Spencer Tunick lui-même.

Une lettre adressée à Facebook 

Pour inciter le numéro un des réseaux sociaux à modifier sa politique de censure, Tunick et son équipe ne se sont pas contentés de cette manifestation publique. En effet, par le biais de la Coalition nationale contre la censure, ils ont envoyé une lettre à Facebook décrivant leurs demandes.

Celle-ci a été signée par plus de 250 groupes d’activistes. Ils demandent notamment à la société de Mark Zuckerberg d’adopter une approche similaire à celle de YouTube qui a modifié ses règles il y a plus de dix ans afin de permettre une certaine nudité artistique. Reste à savoir comment la firme va réagir par rapport à ces contestations et revendications.

View this post on Instagram

At sunrise on Sunday, June 2, 2019, 125 people posed nude in front of Facebook and Instagram’s New York City headquarters at Astor Place to challenge social media censorship. In collaboration with the National Coalition Against Censorship, artist @SpencerTunick created a photographic artwork as part of their #WeTheNipple campaign. The campaign calls for a change in the polices of both social media platforms to allow photographic artistic nudity. NCAC has written an open letter to Facebook, which owns Instagram, asking them to commit to supporting artists, rather than silencing them. NCAC has asked Facebook to convene a group of stakeholders in the arts to develop new guidelines for artistic content. Participants in Sunday’s art action covered their nipples with stickers of photographed male nipples, to highlight the rigid—and anachronistic—gender inequality in existing nudity policies. Svetlana Mintcheva, Director of Programs at NCAC said, “We recognize that moderating content for billions of users is challenging and draw the line between art and images that are not art is hard. Yet, if Facebook and Instagram want to be platforms for artists, they need to modify their current overbroad ban on photographic nudity, which harms artists who work with the human body, especially those exploring issues of gender and identity. We urge the company to adopt an art-friendly policy developed with the help of a group of global stakeholders, such as arts advocates, historians, curators and artists.” (Ncac.org)

A post shared by ARAKS (@araksofficial) on

Mots-clés facebook