Clicky

A Roissy, un avion de ligne a failli se prendre un drone en pleine tête

Il s’est passé de drôles de choses à Roissy le mois dernier. Un Airbus appartenant à Air France a effectivement croisé la route d’un drone civil volant à haute altitude alors qu’il s’apprêtait à atterrir sur la piste. Le pilote est parvenu à l’esquiver de justesse, évitant ainsi une situation qui aurait pu s’avérer dramatique pour l’équipage et les passagers.

L’histoire se déroule le 19 février dernier. Un Airbus appartenant à la compagnie Air France assurant la liaison entre Barcelone et Paris commence à amorcer sa descente pour atterrir sur une piste de Roissy.

Drone Airbus

Un Airbus a failli rentrer dans un drone en amorçant sa descente sur Roissy.

Tout d’un coup, le co-pilote remarque la présence d’un objet dans le ciel.

Le co-pilote a remarqué la présence d’un objet dans le ciel et il a eu la présence d’esprit de désactiver le pilote automatique pour l’éviter

Il prend alors l’initiative de désactiver le pilote automatique pour libérer les commandes manuelles et esquiver l’objet. La manoeuvre est un succès, mais l’intru est tout de même passé à cinq mètres en dessous de l’aile gauche de l’avion.

Le Bureau d’Enquête et d’Analyse, ou BEA pour les intimes, a immédiatement ouvert une enquête.

Il a alors découvert que l’objet en question était en réalité un drone civil volant à environ 1 700 mètres d’altitude. A l’heure actuelle et d’après la loi, ces appareils n’ont pas le droit de voler au dessus des 150 mètres mais la plupart des drones disponibles dans le commerce peuvent techniquement aller bien plus haut.

En outre, les recommandations du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie sont assez claires. Il est formellement interdit d’utiliser un drone à proximité des aérodromes ou au dessus de l’espace public, en agglomération. Quoi qu’il arrive, le pilote doit aussi garder un visuel sur son appareil.

Si vous voulez en savoir plus sur ces recommandations, vous pouvez consulter ce document PDF.

Pour le moment, les enquêteurs de la BEA ne sont pas parvenus à identifier le propriétaire du drone mais l’enquête n’est pas encore terminée et ils ont sans doute encore quelques cartes à jouer. Une chose est sûre en tout cas, le pilote risque de se retrouver dans une situation très inconfortable s’ils parviennent à lui mettre la main dessus.

Mots-clés airbusinsolite

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.