A Toulouse, les dealers recrutent sur Snapchat

À Toulouse, la vente de drogues est de plus en plus décomplexée à tel point que les dealers utilisent les réseaux sociaux comme Snapchat pour recruter leurs vendeurs. Le 21 novembre 2018, un jeune homme de 21 ans a été interpellé par la police dans le quartier Bagatelle pour avoir vendu du cannabis et de la cocaïne.

Devant le tribunal correctionnel, il a expliqué qu’il avait trouvé ses fournisseurs grâce à Snapchat. « C’était mon premier jour, j’ai vendu environ pour 2 000 euros. La veille, j’avais vu leur « story » sur Snapchat qui disait qu’ils cherchaient des vendeurs pour 250 euros donc j’y suis allé. »

Snapchat

Le jeune dealer a été retrouvé avec un sac renfermant 400 grammes de cannabis et 22 grammes de cocaïne.

Des annonces fréquentes sur Snapchat

Jugé en comparution immédiate, le dealer a déclaré que ce n’était pas la première fois qu’il voyait passer ce genre d’annonces sur Snapchat. Depuis quelques mois, les plateformes sociales sont devenues le terrain de jeu favori des dealers.

Les prix sont même affichés à la vue de tous sur les réseaux sociaux. Sur certains comptes qui ont été repérés sur la toile, on peut voir que les 25 grammes de « shit » sont vendus à 80 euros. Pour le gramme de cocaïne, il faudra dépenser en moyenne 50 euros. À Toulouse plus qu’ailleurs, ce genre de pratique est de plus en plus fréquent et facilite l’accès aux drogues.

Des transactions qui ne se cachent plus

Désormais, les transactions qui se font dans une allée sombre de main à main semblent être de l’histoire ancienne. Elles se font maintenant au grand jour que ce soit dans les supermarchés ou des drive-in comme pour récupérer un plat de fast-food.

Pour recruter leurs vendeurs, les fournisseurs n’y vont pas non plus par quatre chemins et présentent leur demande sous la forme d’une véritable offre d’emploi. En 2017, un utilisateur Snapchat du nom de « Mistral Capital du Stup » a posté une annonce avec le titre « On recherche vendeur » avec le profil recherché, les horaires de travail et la rémunération proposée.

Pour ce qui est du dealer qui a été interpellé récemment, il a été condamné à  un an de prison dont six mois avec sursis assortis d’une mise à l’épreuve.

Mots-clés snapchat