Clicky

A Toulouse, les dealers se localisaient sur Google Maps

Google Maps s’est une nouvelle fois retrouvé mêlé à une drôle d’histoire. Des dealers ont en effet utilisé le service pour se localiser et donc pour être plus facilement visible auprès de leurs clients.

Toulouse, comme toutes les grandes villes, compte de nombreux dealers répartis à travers la ville. La concurrence est donc rude et les vendeurs d’herbe rivalisent ainsi d’ingéniosité pour attirer de nouveaux clients dans leurs filets. Durant l’été, les forces de l’ordre ont ainsi eu la surprise de découvrir que certains dealers avaient désormais recours à un packaging soigné afin d’écouler plus facilement leur stock.

Machine weed

Le tout agrémenté de plusieurs services destinés à fidéliser leurs clients. Certains dealers ont même eu l’idée de mettre en place des cartes de fidélité conférant divers avantages et/ou réductions à leurs clients.

Google Maps utilisé pour localiser des dealers

Cette fois, certains trafiquants ont eu l’idée d’aller encore plus loin en se localisant sur… Google Maps.

Depuis son lancement en 2005, Google Maps a acquis une certaine forme de notoriété et le service est ainsi utilisé quotidiennement par des millions de personnes à travers le monde. Cette popularité croissante a poussé la firme américaine à l’enrichir de nombreuses fonctions axées sur la circulation ou même sur la découverte de lieux.

Histoire d’offrir les informations les plus pertinentes possible, l’équipe en charge du service a également beaucoup misé sur l’aspect collaboratif du service et les internautes ont ainsi la possibilité d’enrichir ses cartes avec de nouveaux lieux.

Un « plan weed » à la Reynerie

Visiblement très au fait de la chose, des trafiquants originaires du quartier toulousain de la Reynerie ont donc eu la bonne idée de demander la création d’un « plan weed » afin de permettre aux habitants de la ville et aux touristes de les trouver plus facilement. L’adresse associée renvoyait vers le numéro 9 du chemin Edgar-Varèse, un coin connu pour son trafic.

Bien sûr, cette initiative n’est pas passée totalement inaperçue et Google est rapidement intervenu pour supprimer le repère associé. L’entreprise a en outre indiqué que ses équipes devaient normalement vérifier chaque changement de dénomination. Toutefois, de son propre aveu, aucun système n’est totalement infaillible et c’est précisément ce que prouve cette incroyable histoire.

Mots-clés googlegoogle maps

Share this post

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.