Activision se sépare de Bungie… entre autres

En 2010, Activision annonçait un partenariat historique avec Bungie, le studio à l’origine de la saga Halo. En 2014 sortait Destiny, le premier opus d’une licence prévue pour être portée pendant dix ans par les deux partis.

Aujourd’hui Activision se retire de la course, mais Bungie a bien l’intention de continuer à sustenter ses Gardiens.

D’un côté, nous avons Activision qui annonce se séparer de Bungie et qui justifie sa décision par les ventes de la Destiny 2 : Renégats qui se sont révélées insatisfaisantes. De l’autre, il y a Bungie qui a partagé la nouvelle sur son blog officiel en précisant qu’ils gardaient la gestion de la licence et qu’elle n’allait pas s’arrêter de sitôt.

De l’eau dans le gaz

Il s’agit là d’un grand chamboulement qui peut autant ravir qu’effrayer. Si les joueurs de Destiny peuvent se réjouir de la nouvelle qui permettra à Bungie de travailler avec moins de pression. En prenant du recul, au-delà de libérer Bungie et de se séparer de Destiny, Activision a également mis fin à l’aventure Skylander qui fût sa plus grosse source de revenus pendant de nombreuses années.

Activision Blizzard n’est pas au mieux de sa forme et cette annonce n’arrange pas les choses, car elle vient de faire chuter les actions de l’éditeur avec des parts ayant perdu presque 7%. Il est toutefois important de garder un œil sur l’évolution de cette fluctuation dans les jours qui viennent pour vérifier si cette perte n’est qu’une réaction ou bien un véritable signal d’alerte.

Ce n’est qu’un au revoir

Mais la séparation avec ses principales sources de revenus n’est pas la seule actualité d’Activision. Les directeurs financiers (CFO) d’Activision Blizzard, Spencer Neumann et de Blizzard, Amrita Ahuja, qui ont tous les deux quitté le navire pour rejoindre respectivement Netflix et une société de paiement par mobile (Square). Pour finir sur une note qui, espérons-le, sera bonne, le 9 janvier, l’éditeur annonçait l’arrivée de Rob Kostich, ancien Vice Président et General Manager de toute la franchise Call of Duty, au poste de Président d’Activision. Espérons qu’il arrivera à redéfinir l’avenir de la société pour lui offrir encore de nombreuses années de prospérité, pourquoi pas en lui rendant les quelques lettres de noblesse qu’elle a égarée ces dernières années.