Air New Zealand veut capter nos émotions grâce à l’HoloLens

Les hôtesses et stewards de la compagnie aérienne Air New Zealand vont utiliser le casque de réalité augmentée HoloLens pour obtenir plus d’informations sur leurs passagers.

Une vidéo a été publiée par l’entreprise pour montrer comment cette technologie pourra être utilisée par le personnel navigant.

Le port de ces lunettes permettra à l’agent de bord de recevoir en temps réel des informations diverses sur chaque passager.

Une technologie en phase d’expérimentation

Le casque Microsoft HoloLens, distribué depuis l’année dernière, est toujours en phase d’expérimentation. La compagnie n’indique pas pour l’heure de date de mise en service. Une version encore plus aboutie du casque pourrait arriver en 2019.

La vidéo néozélandaise présente les données qui s’affichent aux yeux du steward dès lors qu’il regarde un passager. On peut ainsi y voir l’identité de la personne, ses goûts personnels (alimentaires notamment), des données sanitaires comme une intolérance au gluten, le temps passé depuis la dernière consommation et surtout l’émotion du passager.

Son état est ainsi identifié pour juger s’il est anxieux, calme, agité… et pour permettre au personnel, le cas échéant, de rassurer la personne. Vous n’aurez (presque) plus aucun secret pour la compagnie et ses employés.

Le projet est l’oeuvre d’une collaboration entre la compagnie aérienne et la société sud-africaine Dimension Data, spécialisée dans la collecte de données et l’innovation informatique.

Un « portefeuille » numérique

L’initiative est ingénieuse et l’on comprend le but de la compagnie qui est d’en savoir toujours plus pour mieux satisfaire ses clients. Cette technologie marquerait également un gain de temps auprès du personnel qui pourrait avoir différentes notifications utiles directement sous les yeux.

Cependant, un équipage portant ces lunettes imposantes et ayant le regard masqué pourrait être paradoxalement anxiogène pour certains passagers. D’autant plus s’ils possèdent de nombreuses données privées sur nous, comme le statut marital par exemple où l’on ne comprend pas vraiment la nécessité au cours d’un vol commercial.

On peut imaginer que cette technologie soit, dans une toute autre mesure, adaptée aux différentes polices du monde par exemple. Mais cela poserait des questions d’ordre éthique très éloignées du sujet initial.

Pour revenir à notre avion, peut-être qu’une plateforme web mise en place par la compagnie permettra aux passagers de ne dévoiler uniquement les données qu’ils souhaitent, par le biais d’un formulaire à remplir, par exemple pour indiquer ses boissons préférées, le moment de service favori et planifier le déroulement du vol. Un dispositif intéressant, qui prouvera toute son utilité sur les vols long-courriers.

Mots-clés hololensmicrosoft