Clicky

Akademik Lomonosov, la centrale nucléaire… flottante

Le samedi 28 avril 2018, l’Akademik Lomonosov a quitté Saint-Pétersbourg pour Mourmansk. Cette centrale nucléaire flottante a été conçue en Russie pour alimenter la ville portuaire de Pevek, dans l’Océan Arctique.

Le départ de l’Akademik Lomonosov marque la fin de plusieurs années de chantier pour la Russie.

Les travaux de construction de cette centrale nucléaire ont débuté en 2009. Pour réaliser une construction d’une telle envergure, la Russie a débuté les travaux sur un site initial et ensuite acheminé la centrale nucléaire jusqu’à sa destination finale où elle a pu partir en mer.

Avant d’atteindre Pevek, l’Akademik Lomonosov fera d’abord escale à Mourmansk où elle sera activée et chargée en combustible. Elle se dirigera vers Pevek, son emplacement définitif, vers l’été 2019.

Une centrale nucléaire qui alimentera les foyers

La Russie a mis en place ce gigantesque projet pour fournir en énergie la ville portuaire de Pevek. Elle y remplacera les installations nucléaires vétustes et fournira de l’énergie pour les activités domestiques et industrielles de la population de la ville.

Cette centrale nucléaire est une innovation du géant « Rosatom » qui est contrôlée par l’État russe. Pour fournir assez d’énergies à toute la ville de Pevek, l’Akademik Lomonosov a été équipée de deux réacteurs capables de produire 70 mégawatts. La centrale est installée sur un navire-barge de 140 mètres de long.

Une menace pour l’environnement

La construction de cette centrale nucléaire a suscité la colère des membres de Greenpeace qui l’ont surnommée « Titanic nucléaire » et ils ne sont pas les seuls à voir d’un mauvais œil l’Akademik Lomonosov. En 2013, la Norvège s’était déjà opposée à la réalisation de ce projet. À cette époque, le pays avait réussi à obtenir de la part de la Russie que les deux réacteurs nucléaires KLT-40 de la centrale ne soient alimentés en uranium qu’après avoir franchi ses 83 000 km de côtes.

À Saint-Pétersbourg, des opposants russes ont au projet signé une pétition relayée par l’écologiste Alexander Nikitin de la fondation Bellona qui s’inquiète des impacts que l’Akademik Lomonosov pourrait avoir sur l’environnement de l’Arctique. Ces protestations n’ont pour le moins pas empêché la centrale nucléaire russe de prendre le large.

Mots-clés énergie

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !