Aktion T4, le programme nazi qui a provoqué la mort de 300 000 personnes handicapées

Aktion T4 (1939 – 1941), aussi appelé T4 Euthanasia Program, était un programme créé et exécuté sous la responsabilité première de médecins et infirmières sous le régime nazi, ayant pour but de tuer les personnes identifiées comme ayant des maladies incurables, les enfants ayant des défauts héréditaires ou des adultes improductifs.

On estime qu’environ 300 000 personnes ont été systématiquement tuées, bien que des sources plus modérées parlent de 70 273 victimes. Le nom T4 vient du siège de l’organisation exécutant ces plans, qui était situé à Berlin sur la Tiergartenstraße 4 (Zoo Street, numéro 4).

Airbnb nazi

L’ordre d’Hitler de tuer les personnes « inadaptées à la vie »

En octobre 1939, Adolf Hitler donna à son médecin personnel et au chef de la Chancellerie du Führer le pouvoir de tuer des personnes jugées « inadaptées à la vie ». Hitler aurait antidaté son ordre au 1er septembre 1939, le jour où la Seconde Guerre mondiale a commencé, pour lui donner l’apparence d’une mesure de temps de guerre. Sous cette directive, le Dr Karl Brandt et le chef de la chancellerie, Philipp Bouhler, « ont été chargés d’élargir l’autorité des médecins… afin que les patients considérés comme incurables, selon le meilleur jugement humain disponible sur leur état de santé, puissent être mis à mort. »

En quelques mois, le programme T4 a impliqué pratiquement toute la communauté psychiatrique allemande. Une nouvelle bureaucratie, dirigée par des médecins, fut créée avec pour mandat de tuer toute personne jugée « indigne de vivre ». Certains médecins actifs dans l’étude de l’eugénisme, qui considéraient le nazisme comme une « biologie appliquée », approuvèrent avec enthousiasme ce programme.

Cependant, les critères d’inclusion dans ce programme n’étaient pas exclusivement génétiques, ni nécessairement basés sur l’infirmité. Un critère important était économique. Les fonctionnaires nazis ont intégré des personnes à ce programme en grande partie sur la base de leur productivité économique. Les Nazis qualifiaient les victimes du programme de « fardeaux » et de « mangeurs inutiles ».

La traque des handicapés et leur mise à mort

Les directeurs du programme ont ordonné une enquête dans tous les établissements psychiatriques, les hôpitaux et les maisons pour patients souffrant de maladies chroniques. À Tiergartenstraße 4, des experts médicaux ont examiné des formulaires envoyés par des établissements de toute l’Allemagne, mais sans prendre la peine d’examiner les patients ni lire leurs dossiers médicaux. Ils avaient quand même le pouvoir de décider de la vie ou de la mort.

Le personnel du programme Aktion T4 a commencé par tuer des gens par la famine et l’injection létale, ils ont ensuite choisi l’asphyxie par gaz toxique comme technique d’assassinat préférée. Les médecins réalisaient les tueries par gaz dans des chambres déguisées en douches, en utilisant du gaz mortel fourni par des chimistes. Les administrateurs du programme ont établi des chambres à gaz dans six centres de mise à mort en Allemagne et en Autriche : Hartheim, Sonnenstein, Grafeneck, Bernburg, Hadamar et Brandenburg.

La fin du programme Aktion T4

Quelques médecins ont cependant protesté contre ce programme d’extermination. Certains ont refusé de remplir les formulaires requis. L’Église catholique romaine a également protesté contre les meurtres. Le comte Clemens August von Galen, l’évêque de Münster, contesta ouvertement les pratiques du régime, arguant qu’il était du devoir des chrétiens de s’opposer à la prise de la vie humaine même si cela devait leur coûter leur propre vie.

Le 24 août 1941, presque deux ans après le lancement du programme Aktion T4, il semblait avoir cessé. Mais en fait, il était juste entré dans la clandestinité et se poursuivait secrètement pendant les années de guerre. Si le programme a fait plus de 70 000 victimes au cours de ses deux années d’opération ouverte, les centres du programme T4 ont assassiné encore plus de victimes entre l’arrêt officiel du programme et la chute du régime nazi en 1945.

Le nombre total de personnes tuées dans le cadre du programme Aktion T4, y compris sa phase secrète, pourrait avoir atteint les 300 000. L’arrêt officiel du programme T4 en 1941 a également coïncidé avec l’escalade de l’Holocauste, le point culminant des programmes nazis visant à éliminer ceux qui étaient considérés comme une source d’embarras pour la « race des seigneurs ».

Mots-clés histoire