Alex Jones n’est plus le bienvenu sur Facebook non plus

Facebook a pris des mesures radicales contre Alex Jones après que celui-ci ait publié des vidéos dérangeantes sur son compte. L’animateur américain a été banni du réseau social pour une durée de 30 jours. Selon plusieurs sources, il ne peut plus utiliser son compte personnel, que ce soit pour partager des contenus ou simplement pour regarder son fil d’actualité.

La décision de Facebook a été prise après avoir jugé que plusieurs vidéos postées par Alex Jones ne respectaient pas les consignes et les conditions d’utilisation du service.

Les contenus encourageaient l’intolérance envers autrui et même la violence physique. Le principal intéressé ne s’est pas encore exprimé sur la suspension de son compte personnel.

Des vidéos qui incitent à la haine

Alex Jones avait posté quatre vidéos sur son compte personnel, mais aussi sur la page Facebook de son site InfoWars. Les modérateurs ont constaté que les contenus tenaient des propos qui incitent à la haine envers une communauté de personnes en particulier : les musulmans et les transgenres. Les vidéos ont été signalées et supprimées.

Facebook n’est pas la seule plateforme à avoir constaté ce genre de publication de la part d’Alex Jones. Des vidéos similaires ont déjà été postées sur YouTube, bien avant l’affaire Facebook, et la plateforme de partage vidéo s’est empressée de les supprimer.

Seul le compte personnel a été suspendu

Si Alex Jones est désormais banni de Facebook pour un mois, ses pages FB ont été épargnées par la sanction. Selon les informations rapportées par le site TechCrunch, les pages Alex Jones et The Alex Jones Channel sont autorisées à rester actives, mais à condition de ne poster que des contenus qui respectent la charte du réseau social.

De son côté, Facebook travaille activement sur sa politique et son système de modération. Il arrive encore que des contenus choquants ne soient pas repérés par les modérateurs. C’est notamment le cas d’une des quatre vidéos postées par Alex Jones qui a été « validée » par erreur selon une source anonyme interrogée par TechCrunch.

Mots-clés facebookweb