Clicky

Amazon Smile aurait – malgré lui – envoyé de l’argent à un salafiste défendant le mariage d’enfants et la lapidation des femmes adultères

Amazon Smile a été lancé au Royaume-Uni en novembre de l’année dernière. Ce système de soutien aux organismes de bienfaisance permet aux clients du géant du e-commerce de reverser un petit pourcentage de la valeur de leurs achats à des œuvres caritatives. À son insu, la firme aurait donné de l’argent à une organisation fondée par un érudit islamique qualifié d’ « islamiste hardcore ».

Parmi les organisations du pays qui ont bénéficié des dons, il y a l’aide aux ménages en situation de stress extrême (HHUGS) et la Fondation musulmane pour la recherche et le développement (MRDF).

Facepalm

Haitham al-Haddad, le fondateur de cette dernière, défend « le mariage des enfants, les mutilations génitales féminines et la lapidation des adultères ».

Amazon a décidé de confier la sélection des organisations éligibles à la Charity Commission, l’organisme officiel de réglementation des associations caritatives en Angleterre et au Pays de Galles.

L’un des hommes les plus dangereux en Grande-Bretagne 

Sara Khan, commissaire du gouvernement britannique à la lutte contre l’extrémisme, considère la MRDF comme « la principale organisation salafiste au Royaume-Uni ».

« L’extrémisme islamiste ne se manifeste pas uniquement sous la forme de terrorisme ou de violence », a-t-elle affirmé. « Les opinions de Haitham al-Haddad sont misogynes, racistes et homophobes. Elles promeuvent une vision du monde suprémaciste « contre eux » et leur donnent le sentiment qu’ils ne peuvent pas être pleinement britanniques ».

Haras Rafiq, chef du groupe de réflexion islamique, considère Haitham al-Haddad, aujourd’hui âgé de 52 ans, comme « l’un des hommes les plus dangereux en Grande-Bretagne ». Il estime qu’ « aucune organisation caritative ne devrait avoir quelqu’un comme ça ». Pour lui, al-Haddad « devrait être traité comme un néonazi » pour ses discours homophobes et anti-apostats.

Un nouveau défi pour Amazon

À l’heure actuelle, six mille organismes de bienfaisance sont inscrits sur Amazon Smile. La société a souligné que ce cas est pour elle une « préoccupation sérieuse ».

« Les organisations en question sont approuvées par la Commission des associations caritatives », a déclaré un porte-parole du groupe. « Toutefois, en raison de la gravité de ces préoccupations, nous avons renvoyé ces allégations à la Commission et nous procéderons à un examen complet pour nous assurer qu’elles ne violent pas nos politiques ».

« Si un organisme de bienfaisance n’a plus le statut d’organisme de bienfaisance parce que cet organisme soutient, encourage ou encourage l’intolérance ou la discrimination et qu’il a été rayé du registre de la Commission, nous le supprimerons du service », a souligné le géant du e-commerce.

Interrogé par Business Insider, Charity Commission a répondu qu’ « aucune organisation caritative ne devrait être utilisée à mauvais escient pour promouvoir des opinions, des attitudes ou des comportements intolérables. Les administrateurs doivent en tenir compte et agir en conséquence. »

Mots-clés amazon