Amazon Cloud Player : les majors montrent les crocs

Nous en avons parlé hier, Amazon vient tout juste d’officialiser sa plateforme de stockage et d’écoute musicale en streaming. Cette dernière repose en effet sur deux outils : Amazon Cloud Player (pour la lecture) et Amazon Cloud Drive (pour le stockage). Le tout forme un service bien pratique qui se positionne dans la droite lignée de ce que proposeront bientôt Apple et Google. Oui, mais voilà, cette nouvelle plateforme ne plaît pas aux majors. Et pour cause puisqu’ils n’ont signé aucun accord…

D’après les dernières rumeurs en date, Google ne tarderait pas à sortir son service d’écoute musicale en streaming. Google Music, c’est son nom, serait ainsi en phase de test auprès des employés de la firme mais cette dernière aurait du mal à signer un accord avec les maisons de disque. On comprend pourquoi, ces dernières ne voient pas toujours l’innovation d’un bon oeil.

Quand Amazon a sorti son service, c’est cette idée qui m’a traversé l’esprit avant tout le reste. Plus que le service en lui-même, ce qui m’a surpris, c’est que la boutique en ligne soit parvenue à négocier un accord auprès des majors avant Google. Finalement, l’explication la plus simple est souvent la meilleure et la réponse à cette question est juste évidente : Amazon n’a rien négocié du tout.

Autant dire que les majors n’ont pas tardé à se faire entendre. C’est une porte-parole de Sony Music qui a dégainé la première en déclarant qu’aucun accord de licence n’avait été signé et que la firme n’excluait « aucune option légale ». Entendez par là que les avocats de la maison de disque sont sur le qui-vive et qu’ils examinent actuellement chacun des contrats passés entre les deux sociétés.

Et c’est bien là le problème. Amazon et les majors marchent dans la main depuis un long moment déjà et un certain nombre d’accords ont déjà été signés. D’après la boutique en ligne, ce nouveau service de musique s’inscrit dans la droite lignée de ce qu’elle propose déjà depuis de longues années et elle estime par conséquent qu’il n’est pas utiles d’établir de nouveaux contrats. C’est une ligne de défense intéressante, Amazon travaille en effet depuis de longues années avec la plupart des maisons de disque.

Quoi qu’il en soit et pour finir, si vous faites partie des internautes pouvant souscrire au Cloud Drive et au Cloud Player, attendez un peu avant de claquer le contenu de votre PEL. Amazon et les majors trouveront sans doute un terrain d’entente, mais on ignore encore tout de l’issue de cette affaire.

Via