Amazon se lance sur les traces de YouTube avec Video Direct

Amazon a visiblement envie d’en découdre avec Google. Preuve en est, le géant de l’e-commerce a annoncé le lancement d’une toute nouvelle plateforme se positionnant exactement sur le même segment que YouTube : Amazon Video Direct, ou AVD pour les intimes. Et attention car cette dernière compte bien rémunérer les créateurs de contenus.

Le communiqué de presse publié par la firme présente AVD comme « un nouveau programme en libre-service permettant aux créateurs et à ceux ayant des histoires à raconter de rendre leurs contenus vidéos disponibles pour les clients d’Amazon ».

Amazon Video Direct

Amazon vient de lancer une plateforme pensée pour les vidéastes.

Ces fameux créateurs auront d’ailleurs le choix du mode de distribution et ils pourront notamment inclure leurs contenus au catalogue de Prime Video afin de toucher le public le plus large possible.

Amazon Video Direct donne le choix aux créateurs pour leur rémunération

Comme indiqué un peu plus haut, Video Direct proposera aussi un programme de rémunération complet aux vidéastes. Là encore, plusieurs options s’offriront à eux.

S’ils décident de diffuser leurs créations sur Prime Video, alors ils seront rémunérés à hauteur de 0,15 $ par heure de visionnage aux Etats-Unis ou de 0,06 $ si leurs vidéos sont visionnées depuis l’étranger. Il faut croire que toutes les vues ne se valent pas.

Amazon imposera cependant un plafond annuel fixé à 500 000 heures par vidéo et cela veut aussi dire qu’il sera impossible de gagner plus de 75 000 $ par an et par séquence. Remarquez, c’est déjà une belle somme.

Les créateurs pourront toutefois proposer en parallèle leurs vidéos à la location, à la vente ou même en accès libre avec de la publicité en prime. Dans ce cas, ils toucheront 55 % des recettes générées avec les campagnes publicitaires ou 50 % des recettes nettes des abonnements, des ventes ou des locations.

Et un bonus d’un million en prime !

Histoire d’attirer les vidéastes, Amazon distribuera en plus tous les mois un bonus d’un million de dollars réparti entre les créateurs des 100 vidéos les plus regardées sur la plateforme.

Pour calculer la part de chacun, le géant s’appuiera sur plusieurs critères et notamment sur le nombre de vues ou encore sur la note laissée par les internautes.

Alors bien sûr, AVD va avoir fort à faire pour s’imposer face à YouTube ou même Facebook mais les services Amazon sont très bien implantés sur le marché américain et cela risque de jouer en faveur de la plateforme. En outre, le positionnement de la plateforme est un peu différent puisque cette dernière tend davantage vers la VOD.

Mots-clés amazonwebyoutube