Android Silver : Google monte encore d’un cran dans la guerre contre la fragmentation

Ce n’est un secret pour personne : Android souffre d’un problème de fragmentation, autrement dit, on trouve un peu de toutes les versions possibles et imaginables du côté des smartphones tournant sous l’OS de Google. Dernièrement, des rumeurs ont fait surface, montrant que ce dernier cherchait à résoudre le problème, de façon plus ou moins radicale. C’est ainsi que nous avons su que tout portait à croire que Google voudrait obliger les constructeurs à utiliser les dernières versions d’Android sur leurs terminaux, sans quoi ils ne pourraient pas utiliser les services Google.

Mais il semblerait que cela ne suffise pas au géant de la recherche qui aurait ainsi trouvé un autre moyen pour faire en sorte que les constructeurs fassent ce que Google veut, c’est en tout cas ce qu’affirme la dernière rumeur en date, un bruit de couloir qui nous vient tout droit d’Android Police.

Android Silver, le nouveau programme de Google

Bien sûr, comme toujours, il est nécessaire de prendre ces informations avec des pincettes : même si Android Police affirme avoir confiance en ses sources, il se peut que ces informations soient tout de même erronées.

Android Silver, c’est donc le nom de code du programme que Google mettrait actuellement en place. L’idée serait que Google choisisse plusieurs terminaux haut de gamme, au nombre de cinq en même temps. Ces terminaux, Google en assurerait lui-même la publicité.

S’ils seront vendus dans les boutiques habituelles, les revendeurs se devront cependant d’être certifiés par le programme Android Silver. Rien que ça.

En échange de toute cette publicité, les constructeurs devront limiter de façon drastique les customisations qu’ils font subir à Android, de sorte que ces dernières soient assez peu perceptibles, sans quoi les terminaux n’auront aucune chance d’être sélectionnés par Google.

D’assez gros changements en perspective, donc. Si ce programme est réel, doit-on craindre de plus en plus d’exigences de la part de Google ?

Mots-clés androidgoogle