Anon-IB : un nouveau site de revenge porn saisi par la police

Anon-IB était considéré comme un des plus gros sites de revenge porn de la toile et c’est précisément ce qui l’a mis dans le collimateur des autorités néerlandaises. Le site a en effet fermé ses portes suite à une opération menée par les équipes de lutte contre la cybercriminalité.

Le revenge porn n’est pas une pratique nouvelle, mais elle a pris une toute nouvelle dimension avec le lancement en 2010 du site Is Anyone Up par un certain Hunter Moore.

Revenge Porn

Très décrié à l’époque, le site en question permettait aux internautes de publier des photos ou des vidéos de manière anonyme.

Is Anyone Up, ou quand le revenge porn est devenu tendance sur la toile

Les contenus en question mettaient le plus souvent des hommes et des femmes en train d’avoir des rapports sexuels, mais ils étaient très loin de ce que proposent les géants du divertissement pour adultes.

La plupart de ces images étaient en effet soumises par d’anciens partenaires sexuels sans le consentement des personnes mises en scène dans un but profondément malveillant.

Is Anonyme Up a rencontré un succès fulgurant, totalement plus de trente millions de pages vues au meilleur de sa forme et générant environ quinze mille dollars par mois. Très vite, Hunter Moore s’est cependant retrouvé au coeur d’une controverse et il a ainsi fait l’objet de poursuites et de nombreuses menaces de mort.

Le FBI a ouvert une enquête en 2012 et Hunter Moore a été arrêté en 2014. L’année suivante, il a plaidé coupable de vol d’identité aggravé et de complicité dans l’accès non autorisé d’un ordinateur. De nombreuses photos hébergées sur le site avaient en effet été obtenues illégalement par un pirate.

Anon-IB a fermé ses portes

Hunter Moore a été condamné à deux ans et demi de prison en décembre de la même année, avec trois ans de mise à l’épreuve. Son associé a lui aussi été condamné et le site a définitivement fermé ses portes.

Toutefois, la fermeture de Is Anyone Up n’a pas mis un terme au revenge porn et de nombreux autres sites similaires ont ainsi ouvert leurs portes dans les années suivantes. Anon-IB était l’un d’entre eux et il a réussi à fédérer une importante communauté autour de ses services au fil de ces dernières années. Suffisamment en tout cas pour attirer l’attention des autorités compétentes.

Les Pays-Bas ont en effet ordonné l’ouverture d’une enquête et les équipes en charge de la lutte contre la cybercriminalité ont fini par réussir à prendre le contrôle du site et de son nom de domaine. Anon-IB a été immédiatement fermé et sa page d’accueil a alors été remplacée par un message signé des autorités néerlandaises, un message expliquant toute l’affaire.

Il s’agit bien entendu d’une belle victoire, mais cela ne change rien au coeur du problème. Anon-IB n’est en effet pas le seul site à proposer ce genre de contenus et certains utilisateurs ont de toute manière migré sur d’autres plateformes comme Discord afin de pouvoir partager leurs contenus.