Anonymous OS : le système d’exploitation des Anonymous (fake)

Les Anonymous semblent bien décidé à défendre les intérêts des internautes et, par extension, de tous les anonymes du monde. On le sait, le groupe de hacktivistes est plutôt spécialisé dans les opérations coup de poing mais on ne peut pas non plus les résumer à cela. Preuve en est, ils viennent tout juste de lancer leur propre système d’exploitation : Anonymous OS. Un système d’exploitation basé sur la distribution Linux Ubuntu et qui est livrée avec un certain nombre d’outils destinés à analyser la sécurité des sites internet.

Anonymous OS : le système d'exploitation des Anonymous

Analyser leur sécurité, et donc aussi détecter leurs failles. Bien entendu, on pourrait penser que Anonymous OS vise essentiellement à permettre à n’importe qui de lancer des attaques contre les sites de son choix, mais on notera tout de même que les Anonymous indiquent bien sur le blog consacré au projet que ces différents outils ne doivent pas servir à détruire. C’est évidemment une manière pour eux de couvrir leurs arrières mais je pense tout de même que ce détail a son importance. On appréciera d’ailleurs tout particulièrement le petit smiley qui va bien.

Pour ceux que ça intéresse et qui sont plutôt familiers du monde Linux, notez que Anonymous OS embarque un grand nombre de logiciels spécialisés parmi lesquels on peut citer ParolaPass Password Generator, Pyloris, DDosom, TorsHammer, SQL Poison ou encore Vidalia et Polipo. Tous les détails figurent d’ailleurs sur cette page. Enfin, on pourra préciser que Anonymous OS n’est pas encore disponible en version finale, mais seulement en version bêta. Quoi qu’il en soit, si vous souhaitez la télécharger, sachez que toutes les instructions qui vont bien sont disponibles à cette adresse.

Merci à Ericosx pour l’info.

MAJ : Apparemment, ce serait un fake, il s’agirait en réalité d’un système développé par un tiers et comprenant de nombreux trojans. Les Anonymous déconseillent donc son installation. Dommage, vraiment dommage et merci à Nikopik pour l’info.

Mots-clés anonymousubuntu