Antarctique : des scientifiques ont découvert des glaces vieilles de 1,5 million d’années

Des scientifiques russes de l’Arctique et ceux de l’Institut de recherche en Antarctique ont découvert des glaces vieilles de 1,5 million d’années. Cette région de la planète a toujours été réputée d’abriter de très anciens blocs de glace. Ceux qui ont été trouvés sont les plus âgés connus à ce jour. Les chercheurs sont actuellement en train d’étudier des échantillons afin de démêler quelques mystères de la vie et de la Terre durant les deux-mille dernières années.

Afin de mener à bien le projet, l’équipe collabore avec des scientifiques français. Celui-ci consiste à forer une dizaine de trous dans l’Antarctique central afin de recueillir des échantillons, de les examiner et de comparer les résultats. Jusqu’ici, les experts ont réussi à creuser deux trous de soixante-dix et quarante mètres de profondeur.

Lac subglaciaire

L’étude pourrait permettre aux scientifiques de mieux comprendre le processus de changement climatique et de prédire avec plus de précision les changements futurs.

À la recherche de carottes

« L’équipe de recherche a recueilli des échantillons de glace de haute qualité du trou près de la station Vostok [opérant dans l’Antarctique depuis 1957]. La recherche va nous aider à examiner les changements climatiques sur Terre depuis les 2000 dernières années », a déclaré Alexander Klepikov, le chef de l’expédition antarctique russe.

Les échantillons qui ont déjà été recueillis ont été envoyés à l’Institut de recherche sur l’Arctique et l’Antarctique. D’après Klepikov, les autres qui suivront seront amenés à Saint-Pétersbourg le 10 mars à bord du navire de recherche Akademik Fedorov.

« Nous n’avons pas pour l’instant de carottes [échantillon cylindrique de roche obtenue par carottage du sol, ndlr] pour la période plus ancienne et nous espérons que dès que nous allons les obtenir, cela nous permettra de mieux prédire l’avenir », a expliqué le chef de l’expédition à la chaîne de télévision russe Zvezda.

Des indices sur la vie et les cataclysmes passés

Par ailleurs, outre les pronostiques sur le changement climatique, l’étude pourrait également favoriser la découverte des traces de cataclysmes passés.

Klepikov a noté que l’équipe a continué de forer un trou pour atteindre le lac Vostok. C’est le plus grand lac sous-glaciaire de l’Antarctique, qui serait l’habitat de certains organismes vivants. Les chercheurs espèrent ainsi trouver des indices sur ce qu’a été la vie sur Terre sur des centaines de milliers, voire des millions d’années. Ces informations pourraient permettre d’expliquer les causes de phénomènes comme les âges glaciaires, etc.

Rappelons que la base de Vostok est une station de recherche russe située sur la Terre de la Princesse-Élisabeth. Les températures en profondeur y atteignent moins de cinquante degrés Celsius. La station recèle de nombreuses couches de glace accumulées qui n’ont pas été perturbées par les schémas traditionnels du cycle climatique.