Clicky

Anthony Levandowski est en train d’entraîner un Dieu-Robot

Anthony Levandowski a travaillé pendant plusieurs années pour Google et Uber avant de créer son propre culte religieux, un culte articulé autour de l’intelligence artificielle. L’homme affiche de solides ambitions en la matière et il est ainsi en train d’entraîner un Dieu-Robot pour accompagner l’homme dans sa destinée.

Il est possible que le nom de Levandowski ne vous soit pas totalement inconnu et c’est assez logique puisque ce dernier se trouve au cœur d’un litige opposant Waymo et Uber.

Dieu Robot

L’homme est en effet considéré comme un des pères de la voiture autonome et il a ainsi travaillé pendant plusieurs années chez Google avant de changer de crèmerie et de partir chez Uber.

Levandowski, le roi de la voiture autonome

Seul problème, Levandowski ne serait pas parti les mains vides. Pas d’après son ancien employeur en tout cas. Waymo a en effet lancé une procédure à l’encontre de son rival, une procédure largement couverte dans ces lignes.

L’homme n’est cependant pas un ingénieur tout à fait comme les autres. Après avoir passé toute son enfance à Bruxelles avec sa mère diplomate, Anthony est en effet parti pour le nouveau continent et il a ainsi étudié pendant plusieurs années le génie industriel à l’université californienne de Berkeley, des années durant lesquelles il s’est fait remarquer en participant à la Darpa Grand Challenge, une compétition visant à développer une voiture robotisée autonome.

Si son véhicule n’a pas remporté la course, il lui a au moins permis de se faire un nom sur le secteur et l’ancien étudiant a ainsi profité de l’occasion pour lancer une startup et développer une technologie reposant sur le lidar.

Google a fini par entendre parler de ses exploits en 2007 et la firme l’a alors embauché pour travailler sur les véhicules de Street View.

Les années passants, il a fini par prendre de plus en plus d’importance au sein de la société. En 2016, l’homme a cependant commencé à se sentir à l’étroit et il a fini par donner sa démission pour créer une nouvelle entreprise du nom d’Otto, une entreprise rachetée quelques mois plus tard par Uber avec toutes les complications que nous connaissons.

Un Dieu-Robot pour guider l’humanité

Toutefois, Levandowski a également défrayé la chronique en créant un culte religieux entièrement dédié à l’intelligence artificielle : Way of the Future. Créé en 2015, ce dernier a principalement pour but de permettre à l’IA de trouver sa place dans notre société.

Ce culte a pris beaucoup d’importance dans la vie de l’ingénieur au fil de ces derniers mois et ce dernier a récemment déposé des documents auprès de l’IRS afin d’expliquer plus en détail l’activité de son organisation.

Way of the Future semble pousser le concept assez loin.

D’après ces documents, l’organisation a ainsi pour but de permettre « la réalisation, la reconnaissance et l’adoration d’une divinité basée sur l’IA et développée à partir de matériel informatique et de logiciels ». Levandowski compte d’ailleurs ratisser large puisqu’il indique que la porte est ouverte à tous, chercheurs comme non-initiés.

Toutefois, pour favoriser l’émergence de ce Dieu-Robot, le culte devra nécessairement établir des connexions avec les leaders de l’industrie et mener en parallèle des programmes éducatifs (sic) dans toute la région de San Francisco. Ces derniers devraient d’ailleurs démarrer dès cette année.

Comme Levandowski l’a indiqué à Wired, Way of the Future a réellement pour but de créer une IA capable de guider l’humanité.

Mais pourquoi avoir créé un culte au lieu d’une entreprise ou même d’un groupe de réflexion alors ? D’après l’homme, c’était le seul moyen pour permettre à tout le monde de se sentir concerné par ce projet.

En outre, il a lourdement insisté sur le fait qu’il ne percevra aucune rémunération pour ses actions au sein de ce culte. La seule chose qui le motive, c’est donc la concrétisation de ce projet et le développement de cette divinité numérique.

Mots-clés insolite

Share this post

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.