Clicky

Apple a 40 ans : les plus gros échecs de la marque

Apple a fêté son quarantième anniversaire cette semaine, et plus précisément le 1er avril dernier. A l’heure actuelle, la Pomme Croquée est une des entreprises les plus puissantes au monde et cela n’a rien de surprenant car elle enchaine les succès depuis quelques années. L’iPhone et l’iPad ont révolutionné le secteur de la mobilité et les Mac séduisent toujours autant les consommateurs.

Oui, mais tout n’a pas toujours été rose pour la firme et pour ses employés. C’est même tout le contraire car elle a enchainé les échecs depuis sa création et elle a même frôlé à plusieurs reprises le dépôt de bilan.

Echecs Apple

Apple a connu de nombreux échecs avant de renouer avec le succès.

Cet article n’est pas pleinement exhaustif mais il s’arrêtera sur les plus gros échecs de la marque. Des échecs qui font partie de son histoire et qui l’ont aussi poussé à se dépasser. Sans eux, Apple ne serait sans doute pas devenu l’entreprise que nous connaissons.

l'Apple III

Mai 1980 : l’Apple III

L’Apple III a logiquement succédé à l’Apple II et il visait avant tout le marché professionnel. Il était livré avec Apple SOS et il était doté d’une interface assez classique mais il avait une particularité intéressante : il était totalement dépourvu de système de refroidissement actif, et donc de ventilateur.

Steve Jobs estimait effectivement que les nuisances sonores avaient tendance à déconcentrer les ingénieurs.

Mais voilà, le système n’était pas très abouti et la machine avait malheureusement tendance à tomber en panne très souvent. Apple a fini par la retirer de la vente quelques années plus tard.

l'Apple Lisa

Janvier 1983 : l’Apple Lisa

Lisa est sans doute une des machines les plus connues de la marque et c’est assez logique car elle était à la fois équipée d’une souris et d’une interface graphique. Une véritable révolution à l’époque.

Il faut d’ailleurs savoir qu’elle tient son nom de la fille de Steve Jobs.

Mais voilà, si cet ordinateur avait tout pour réussir, à commencer par une fiche technique très solide, il était proposé à un prix bien trop élevé et il a été un énorme échec commercial. A l’époque, il était effectivement proposé autour de 70 000 francs.

Ah, et sinon c’était aussi mon tout premier ordinateur.

l'Apple Newton

Août 1993 : l’Apple Newton

Apple s’est toujours intéressé au marché de la mobilité et l’entreprise a ainsi lancé dans les années 90 un assistant personnel numérique équipé d’un stylet.

Newton est considéré par beaucoup de gens comme la toute première tablette tactile de notre histoire mais il n’est malheureusement jamais parvenu à trouver son public.

Suite à d’importants problèmes financiers, l’entreprise a effectivement arrêté de le produire à la fin des années 90.

le Macintosh TV

Octobre 1993 : le Macintosh TV

Cette machine est peu connue et c’est normal car Apple n’en a produit que 10 000 unités avant d’abandonner définitivement le projet.

Le Macintosh TV n’était pas uniquement un ordinateur car il intégrait aussi un tuner TV et il était donc parfaitement possible de l’utiliser pour regarder la télévision. Il était d’ailleurs vendu avec une télécommande mais il n’est jamais parvenu à trouver sa place sur le marché et la firme a fini par laisser tomber le projet.

l'Apple QuickTake

1994 : l’Apple QuickTake

Le QuickTake était le fruit de la collaboration de la Pomme Croquée et de deux géants du secteur de la photo, Kodak et Fujifilm. Il s’agissait effectivement de l’un des premiers appareils photo numériques grand public et il a été décliné en plusieurs modèles différents : le 100, le 150 et le 200.

Il avait tout pour plaire mais il n’a jamais réussi à trouver sa place face aux appareils de Canon, Nikon ou même Kodak et Fujifilm.

Apple a donc décidé d’arrêter sa production à la fin des années 90, peu de temps après le retour de Steve Jobs à la tête de l’entreprise.

eWorld

Juin 1994 : EWorld

Apple s’est très tôt intéressé à internet et il a ainsi lancé au milieu des années 90 un portail élaboré en partenariat avec AOL. eWorld a succédé à AppleLink et il était finalement l’ancêtre de .Mac.

Grâce à lui, les internautes pouvaient accéder à différents services et notamment à un forum de discussion, une messagerie instantanée ou un webmail.

Mais voilà, le service était payant et il fallait ainsi débourser 8,95 $ par mois pour en profiter. A l’époque, la situation financière de la marque était compliquée et le portail a fini par fermer ses portes.

la Pippin

Mars 1995 : la Pippin

Peu de gens le savent mais Apple a lancé une console de jeux dans les années 90, une console commercialisée par Bandai.

Elle héritait d’une fiche technique proche de celle des Macintosh de l’époque, le tout dans un boitier assez compact. Elle était aussi vendue avec une manette mais elle n’a jamais trouvée sa place chez les gamers à cause de son prix trop élevé.

Sans compter que la Pippin s’est retrouvée face à de solides concurrents tels que la Nintendo 64 ou même la PlayStation.

Crédits Images

Mots-clés apple