Apple iPad : la nouvelle tablette tactile officiellement annoncée

Enfin… Après plusieurs semaines de débats et de fakes en tout genre, nous allons enfin pouvoir revenir à une vie normale puisque Apple vient tout juste d’annoncer officiellement l’iPad, sa toute nouvelle tablette graphique. La firme ajoute ainsi un nouveau produit mobile à son offre déjà conséquente et la belle viendra donc se ranger aux côtés de l’iPhone et de l’iPod Touch, dont la réussite n’est plus à démontrer. Une bonne chose de faite, tiens…

Apple iPad, le descriptif

Et il faut bien l’avouer, cette fois, Apple a eu beaucoup de mal à garder le secret. Faut dire aussi, avec la grosse bourde du numéro 2 de France Telecom (démentie ensuite par Orange UK qui semble n’avoir aucun problème avec la notion de mensonge), on se doutait bien que la firme allait proposer un appareil de ce type. Bon, cette fois au moins c’est du concret et l’iPad est enfin officielle. Au programme des joyeusetés, précisons que la belle embarquera :

  • Un écran tactile capacitif de 9,7 pouces (1024×768).
  • Un processeur Apple « A4 » 1Ghz.
  • Trois capacités de stockage différentes : 16, 32 et 64Go.
  • Une batterie proposant une autonomie de 10 heures.
  • Un connecteur de type « dock ».
  • Une enceinte, un microphone.
  • Le WiFi 802.11n, le Bluetooth.
  • La 3G (en option).
  • Un design ultra fin.
  • Un accéléromètre.

Côté OS, l’iPad embarquera un dérivé de l’iPhone OS 3 et sera bien évidemment compatible avec toutes les applications iPhone. En revanche, les bruits de couloir concernant la résolution de ces dernières se sont avérés complètement faux. On pourra les afficher à leur taille standard ou alors demander à l’iPad de doubler leurs pixels et donc de les adapter au plein écran. Elles tireront vraisemblablement parti de l’OpenGLS et seront donc lissées.

Pour le reste, il y a évidemment de très fortes ressemblances entre l’iPhone et l’iPad, hein… Le clavier tactile n’apparaît ainsi que lorsqu’on le sollicite et on peut évidemment utiliser la tablette tactile pour faire tout ce que l’iPhone fait déjà : surf sur le web, envoi / consultation de mails, écoute de musique, etc…

Point amusant, l’iPad ne supportera vraisemblablement pas le flash non plus. En revanche, l’iPad sera parfaitement capable de lire les vidéos de YouTube (y compris celles en HD).

Il faut avouer que certaines applications ont vraiment l’air bluffantes, comme Google Maps ou encore iPhoto. En même temps, c’est normal, c’est un peu l’écran (et sa taille) qui fait tout. Il semble en effet favoriser l’immersion de l’utilisateur. A noter que iTunes est également très réussi et se trouve à mi-chemin entre l’application traditionnelle et celle développée tout particulièrement pour l’iPhone.

En revanche, on ne sait pas si la tablette tactile sera multitâche ou non. Et là, c’est quand même le gros point noir de l’iPad. Sur l’iPhone, déjà, cette fonctionnalité manque cruellement mais sur un appareil qui souhaite remplacer les netbooks (n’ayons pas peur des mots), c’est une grossière erreur. Enfin, nous aurons peut-être des surprises, allez savoir…

Point important, l’iPad pourra faire parfaitement office de « liseuse numérique ». Oui oui et Apple semble avoir accordé le plus grand soin à cette fonctionnalité afin d’offrir aux utilisateurs des sensations proches de celles de la lecture traditionnelle. Il sera donc possible d’agrandir en une tape la taille de la police, on pourra aussi agrandir les images des articles ou encore lire les vidéos qu’ils contiennent. Et ce n’est que le début…

Steve s’est en effet bien foutu de la gueule d’Amazon et de son Kindle en comparant ce dernier à l’iPad et à sa nouvelle application : iBooks. Faut bien l’avouer, cette dernière a vraiment de la gueule et le plus beau c’est qu’une boutique en ligne spécialisée verra prochainement le jour. Faut bien l’avouer, ça risque de faire mal mais ça m’a quand même fait sourire parce que j’avais pensé à un truc du genre en écrivant mon article sur le livre électronique. Comme on dit, les grands esprits se rencontrent…

De même, iWork sera aussi intégré à l’iPad. Oui, un iWork qui sera évidemment remanié pour l’occasion, hein, et pour bénéficier au maximum de l’interface tactile de l’appareil. On pourra donc accéder à un traitement de texte, à un logiciel de présentation et à un tableur directement depuis la tablette tactile. Le point intéressant à souligner, c’est que le clavier tactile variera en fonction du type d’utilisation.

Notons que chaque module sera proposé à 9,99€ pièce…

Pour la 3G, on précisera qu’il s’agit d’une option. Chez AT&T, les 250Mo seront proposés à $14,99 et le plan illimité coûtera quant à lui $29,99. Attendons de voir ce que notre très cher opérateur historique proposera.

Et pour le prix de l’iPad, tout dépendra du modèle : celui de base (16Go sans 3G) sera proposé à $499, le modèle intermédiaire (32Go sans 3G) coûtera $599 et le modèle de luxe (64Go sans 3G) sera à $699. Pour les modèles équipés de 3G, les tarifs seront respectivement de $629, $729 et de $829.


Préciserons que de nombreux accessoires verront prochainement le jour, comme le fameux clavier / dock dont vous pouvez avoir un aperçu juste au dessus.

Apple iPad, ce que j’en pense

Alors, qu’est ce qu’on peut en penser de cette fameuse iPad. Elle se situe très clairement entre l’iPhone et le MacBook ou le MacBook Pro, c’est une évidence. L’offre d’Apple en matière de mobilité est donc désormais complète et on est drôlement content pour eux. Faut bien l’avouer, la petite tablette tactile a l’air drôlement chouette. Aussi fun à utiliser que l’iPhone mais un peu plus musclée que ce dernier quand même.

Et j’ai un peu envie de dire que c’est justement le problème. Quand je bouge et que je souhaite garder le contact, je prends mon iPhone. Avec lui, je peux recevoir mes mails, balancer des tweets, écouter de la musique, surfer sur le web ou encore me détendre en jouant à des jeux, le tout avec un encombrement finalement très faible puisque le bougre passe ses journées dans la poche de mon jean’s.

Quand j’ai envie de bosser et que j’ai besoin de quelqu’un chose d’un peu plus costaud, je prends mon MacBook. Et si je suis chez moi, alors je le relie directement à mon écran 24 pouces. C’est confortable, je peux développer, faire du Photoshop, préparer des billets pour la Fredzone ou encore mater des films et des séries sans problème.

La question que je me pose, donc, c’est de savoir ce que pourrait m’apporter l’iPad. Et là, en toute franchise, je suis bien emmerdé parce que je ne trouve aucune réponse valable. Oui elle est jolie, oui elle a l’air fun à utiliser mais elle n’améliorerait pas mon quotidien. Elle ne m’apporterait pas plus de mobilité que mon iPhone et elle ne m’apporterait pas non plus davantage de puissance que mon MacBook. D’un certain sens, l’iPad a un peu le cul entre deux chaises et c’est bien là son principal défaut.

Possible que je ne fasse pas partie du public visé, hein, mais en tout cas je n’ai vraiment pas craqué. Et ce même si j’avoue avoir été fortement séduit par l’application iBooks qui risque d’ailleurs de causer beaucoup de torts à Amazon.

Et en conclusion, pour reprendre ce que j’ai dit sur mon Twitter, on peut voir les choses de deux façons et soit dire que l’iPad est plus puissante qu’un iPhone et plus mobile qu’un Macbook, soit qu’elle est moins puissance qu’un MacBook et moins mobile qu’un iPhone. Ouais, c’est un peu l’histoire du verre à moitié vide, hein…

[youtube UNnBlMB3L84 nolink]

Note : Et désolé de ne pas avoir proposé de compte rendu en direct, en fait je reviens tout juste de chez le dentiste, hein…

Via Engadget (Crédits Photo inside)

Mots-clés appleipadkeynote