Apple pourrait acheter son Cobalt directement auprès des mineurs

Selon les informations recueillies par Bloomberg, Apple serait en pourparlers pour s’assurer d’un approvisionnement en cobalt sur le long terme, et ce directement auprès des mineurs. D’après le média américain, il s’agirait là d’une première pour la firme à la pomme qui laissait jusqu’ici à ses sous-traitants le soin de gérer les approvisionnements en minerai.

Il faut dire que le cobalt, principalement utilisé dans la fabrication des batteries Lithium-ion, pourrait connaître une importante période de pénurie. La faute en incombe notamment aux constructeurs de voitures électriques, qui requièrent des quantités colossales de ce métal – au point d’avoir précipité le marché (crucial pour les géants de la tech) dans une folle course aux prix. Reste que pour l’heure rien ne serait signé du côté d’Apple, qui chercherait à obtenir un contrat d’approvisionnement d’au moins cinq ans.

En vue de s’assurer un approvisionnant stable en cobalt pour les 5 prochaines années, Apple chercherait à passer des accords pour acheter son précieux minerai directement à la source.

Cette situation, critique diront certains, aura poussé la firme de Cupertino à mettre les pieds sur le terrain pour négocier directement auprès des exploitants et des grandes compagnies minières essentiellement implantées en République Démocratique du Congo et en Australie. Si Apple parvient à signer un contrat et à garantir un arrivage régulier de cobalt pour les prochaines années, la firme aura alors une jolie longueur d’avance sur son principal rival (Samsung), qui se trouve lui aussi confronté à la flambée des prix de ce fameux minerai.

Une double problématique pour Apple et ses concurrents

Si la société de Tim Cook doit impérativement trouver du cobalt pour continuer à fabriquer ses iPhone, iPad, ainsi que l’ensemble de ses appareils fonctionnant sur batterie, la firme doit aussi (au même titre que ses concurrents) prendre en compte la dimension humaine de la problématique.

Comme le rappelle Bloomberg, les deux tiers du cobalt extrait au niveau mondial proviennent du Congo. Un pays qui demeure instable politiquement parlant et dont l’industrie minière use encore (du moins en partie) du travail des enfants. Il s’agira donc pour Apple de ménager la chèvre et le chou pour obtenir son cobalt en dépit de la pénurie qui s’annonce, sans pour autant faire de concession quant à ses engagements en termes de chaînes d’approvisionnement.

Le fait que la firme mette elle-même le nez dans son approvisionnement en cobalt pourrait toutefois s’avérer être une bonne nouvelle. En 2016, Amnesty International publiait un rapport indiquant que les constructeurs de batteries chinois – sous-traitants pour Apple et Samsung – avaient fait affaire avec des mines congolaises faisant encore appel à la main d’oeuvre infantile.

Mots-clés appleipadiphone