Apple serait en train de se débarrasser des antivirus présents sur l’AppStore

Apple tient beaucoup à son image et cela n’a rien d’étonnant car tout le modèle économique de l’entreprise repose là dessus. C’est même ce qui lui a permis de trouver sa place sur le marché. Or justement, si l’on en croit l’éditeur de la solution VirusBarrier, la firme serait actuellement en train de faire un grand ménage sur l’AppStore pour se débarrasser de tous les antivirus présents sur la plateforme.

Intego, c’est le nom de cette société, n’a pas eu une semaine très facile. Pas du tout même puisque son application phare a mystérieusement disparu de l’AppStore au début de la semaine, sans aucune explication de la part d’Apple.

Antivirus iPhone

Apple est apparemment devenu allergique aux antivirus.

Ni une, ni deux, ses employés ont donc ouvert une enquête et ils se sont alors rendus compte qu’ils n’étaient pas les seuls dans ce cas. Loin de là même puisque tous les éditeurs de ce secteur seraient concernés.

Une chasse aux sorcières organisée par Apple ?

Apple aurait ainsi décidé de se débarrasser carrément de la catégorie regroupant tous les anti-malwares et tous les antivirus proposés sur sa plateforme.

Qu’est ce qui a motivé une telle décision ? C’est difficile à dire mais le PDG d’Intego pense que la Pomme Croquée avait peur de ternir l’image de ses produits. Après tout, si vous autorisez la vente d’antivirus, cela veut aussi dire que vous partez du principe que votre plateforme n’est pas suffisamment sécurisée.

Et même qu’elle comporte des risques pour les utilisateurs. Ou pas, et chacun se fera sa propre opinion sur le sujet bien sûr.

Notez tout de même que VirusBarrier était présent sur l’AppStore depuis un peu plus de quatre ans maintenant. En outre, l’outil ne scannait pas les applications elles-mêmes, mais les documents transférés en pièce jointe dans nos courriers électroniques. En attendant, les personnes qui ont téléchargé et installé l’outil sur leur iPhone ou leur iPad peuvent continuer à profiter de ses fonctionnalités.

Cette information est à prendre avec prudence, bien entendu, et le conditionnel est de rigueur. Pour le moment, Apple n’a rien confirmé et il faudra par conséquent attendre un communiqué de presse pour savoir si les accusations de l’éditeur sont fondées.