Apple visé par un troisième recours collectif pour avoir ralenti ses iPhone

Apple se retrouve encore une fois dans la panade. L’entreprise était en effet visée par deux recours collectifs aux États-Unis suite aux révélations en lien avec ses iPhone et un troisième recours vient d’être lancé. Les fêtes de fin d’année s’annoncent compliquées pour la firme.

L’affaire a éclaté en fin de semaine dernière par le biais d’un fil de discussion sur la plateforme américaine Reddit. En testant son iPhone avec plusieurs solutions de benchmarking très en vues, un utilisateur a en effet noté une brusque chute des performances de son terminal.

Plusieurs propriétaires d’iPhone ont alors fait le même constat de leur côté.

Apple dans le collimateur de la justice

Intrigué, John Poole, le fondateur de Primat Lab, a mené une enquête de fond en utilisant sa propre solution de benchmarking, Geekbench 4.

En effectuant des tests sur plusieurs iPhone et en comparant leurs résultats avec ceux des utilisateurs de la solution, l’homme a réalisé que ce problème de ralentissements s’étendait à l’ensemble des appareils de la marque… du moins à ceux sur lesquels avaient été installées les dernières versions de sa plateforme mobile. Le bridage était donc logiciel, et non matériel.

Apple a confirmé ce point un peu plus tard, par le biais d’un communiqué de presse diffusé sur son site.

L’entreprise a ainsi indiqué avoir mis en place sur les dernières versions de sa plateforme une fonction visant à lisser les pics de consommation des iPhone 6, iPhone 6s et iPhone SE afin de préserver leur batterie et d’éviter des arrêts inopinés. Plus étonnant, elle a ensuite révélé avoir étendu la fonctionnalité aux iPhone 7 et aux iPhone 7 Plus.

Suite à la publication de ce communiqué, des clients déçus ont décidé de lancer un premier recours collectif contre l’entreprise, un recours suivi par une deuxième plainte déposée cette fois devant un tribunal de Chicago.

La firme est accusée d’avoir volontairement bridé ses téléphones pour dissimuler leur problème de batterie

Très remontés, les plaignants accusent en effet l’entreprise d’avoir mis en place cette fonction pour les pousser à changer de téléphone et ils s’estiment bien entendu lésés. En conséquence, ils demandent la suppression pure et simple de ce système de bridage et ils exigent en plus une compensation financière pour les préjudices subis.

Désormais, un troisième recours a été déposé devant le tribunal du district nord de la Californie. Keaton Harvey, le plaignant, indique dans sa plainte avoir été victime de plusieurs arrêts inopinés avec son iPhone 6, des arrêts accompagnés par d’insupportables lenteurs rendant son téléphone totalement inutilisable.

Face à la situation, l’homme précise avoir été obligé d’acheter un nouvel iPhone, pour un coût de plus de 1000 $.

Les avocats du plaignant notent dans le dépôt de plainte que la firme a lancé en novembre 2016 un programme de remplacement de batterie visant l’iPhone 6s et l’iPhone 6s Plus, un programme dont leur client n’a pas été en mesure de profiter compte tenu de l’âge de son téléphone.

En conséquence, le cabinet accuse la firme d’avoir mis en place cette fonction de bridage pour éviter de remplacer les batteries de tous les téléphones impliqués et d’avoir ainsi sciemment dissimulé la vraie nature du problème touchant ses appareils.

Les avocats demandent donc à Apple de supprimer cette fonction de bridage et de rembourser toutes les personnes qui ont été obligées de racheter un téléphone suite à la défection de leur appareil. Ils appellent d’ailleurs les victimes de ce bridage à prendre contact avec leur cabinet.

Mots-clés appleiphonejustice