Après avoir résisté 3 mois, Assassin’s Creed Origins est cracké

En matière de piratage, il est souvent admis que des hackers motivés finissent toujours par trouver une faille dans un système et à s’y engouffrer. Personne ne semble d’ailleurs se faire d’illusions sur la chose. Et s’il fallait une preuve de ce que l’on avance, il suffit aujourd’hui de jeter un œil en direction d’Assassin’s Creed Origins.

Le dernier hit d’Ubisoft vient en effet d’être cracké après avoir tenu bon durant trois mois face aux assauts des pirates. Le titre profitait pourtant de plusieurs lignes de défense, trois pour être précis, mais cela n’a pas suffi à refroidir les hackers italiens du groupe CONSPIR4CY (également nommé CPY) qui se sont empressés d’annoncer la nouvelle il y a quelques jours sur Reddit.

Des pirates ont réussi à briser les différentes défenses mises en place par Ubisoft pour protéger Assassin’s Creed Origins. Le titre est donc craqué et disponible sur les plateformes pirates.

Pour parvenir à cet exploit (le dernier Assassin’s Creed avait la réputation d’être particulièrement ardu à cracker), les pirates ont commencé par s’en prendre à la protection Denuvo 4.8. Une fois cette dernière « cassée » (une pure formalité puisqu’elle aurait résisté seulement deux jours), il leur a fallu trouver un moyen de contourner les systèmes de protection de Uplay et de VMProtect. C’est désormais schose faite.

Les mesures inefficaces d’Ubisoft impactaient les performances en jeu

Le comble dans cette affaire c’est qu’en multipliant les protections antipiratage, Ubisoft a fini par pénaliser un nombre conséquent joueurs qui avaient pourtant bel et bien acheté le jeu. Particulièrement gourmandes en ressources processeur et mémoire, les mesures prises par l’éditeur finissaient effectivement par poser problème sur certaines configurations entrée et milieu de gamme.

Si les PCs les plus performants permettaient de profiter du titre sans trop de problèmes, de nombreux PCistes équipés de machines moins véloces devaient quant à eux faire face à de brutales chutes de framerate causées le plus souvent par un usage CPU anormalement élevé (bien souvent bloqué à 100%).

Reste à savoir si, maintenant qu’Assassin’s Creed Origins est cracké, Ubisoft prendra la décision de laisser une part de ces fameuses protections de côté en vue d’améliorer les performances de son dernier né sur PC.

Pour rappel, le dernier opus de la série est disponible sur PC, Xbox One et PlayStation 4 depuis le 27 octobre dernier et il s’est vu garni fin janvier de son premier DLC baptisé « The Hidden Ones« . Une seconde extension, comprise elle aussi dans le Season Pass, est attendue pour le 6 mars prochain. Elle répond pour sa part au nom de « The Curse of the Pharaohs« .