Ariane 6 : Premier lancement prévu en 2020

Ariane 5, le lanceur de l’Agence Spatiale Européenne en service depuis 1996, sera remplacé par… Ariane 6. Son premier vol est prévu pour 2020. La fusée existera en deux versions, A62 et A64, qui proposeront des puissances différentes.

Les différents modules seront assemblés dans une usine en construction aux Mureaux, dans les Yvelines, avant d’être acheminés par bateau en Guyane, à Kourou.

Le but de l’ESA est de fabriquer plus rapidement un lanceur fiable et moins cher. Leur planning est très serré et le premier lancement est prévu dans seulement trois ans.

Un développement rapide

En 2016, Airbus Safran Launchers, l’industriel de l’Eure chargé de la construction, avait validé les spécifications d’Ariane 6.

Elle a récemment franchi une nouvelle étape en lançant la production des modèles de qualification au sol. Cette phase est la sixième d’une série de quinze étapes majeures dans le processus de développement, surnommé « Ariane 6 Way ».

Pour optimiser la construction, le protocole industriel a été modifié par rapport à celui de l’Ariane 5. ASL a adopté un modèle utilisé dans l’industrie automobile et aéronautique. Le système se rapproche de la « maison Toyota » qui constitue le modèle industriel de la marque japonaise.

Cette hiérarchie repose sur quatre « piliers ». Il s’agit d’une standardisation des méthodes de fabrication, d’une politique industrielle forte qui regroupe et harmonise les partenaires européens, un design orienté vers l’exploitation du lanceur et son économie, et sur le principe de « l’entreprise étendue », qui prône des relations de partenariats plutôt que des rapports classiques de client-fournisseur.

Des concurrents menaçants

Toutes ces méthodes ont pour but d’atteindre une meilleure efficience et de révolutionner le programme Ariane en seulement trois ans. Il faut dire que la concurrence est rude pour l’ESA, notamment avec Elon Musk et son programme SpaceX, qui propose de réaliser des économies grâce à un lanceur réutilisable.

Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, promet lui aussi une fusée pour 2020, baptisée New Glenn.

La réalisation des premiers lanceurs Ariane 6 débutera à la fin de l’année. Pour l’heure, le moteur Vulcain 2.1 effectuera ses premiers tests en Allemagne en juin. Il présente des caractéristiques incroyables : 150 tonnes d’hydrogène consommées en neuf minutes, une poussée de 130 tonnes qui permettra d’accélérer le lanceur à 25.000 kilomètres par heure.

Il permettra de placer en orbite des satellites institutionnels ou de télécommunications moyens (jusqu’à 5 tonnes) ou lourds (jusqu’à 10,5 tonnes) en orbite géostationnaire, à 36.000 kilomètres d’altitude.

La fabrication de la fusée rassemble plus de 50 sociétés, ce qui représente environ 4000 personnes. Un beau projet qui permettra d’assurer la continuité de l’accès européen à l’espace, tout en faisant face à la concurrence grâce à une multitude d’améliorations, et surtout un aspect financier mieux maîtrisé.