Clicky

Arrêtez tout, le Club des Cinq a été censuré !

Le Club des Cinq fait beaucoup parler de lui en ce moment et cela n’a rien de surprenant car son éditeur a décidé de réactualiser la série pour la moderniser. Oui et autant vous dire qu’il n’a pas fait les choses à moitié. Loin de là même puisqu’il a supprimé certains passages jugés comme étant un peu trop polémiques tout en simplifiant leur style littéraire.

Tout le monde ne le sait pas forcément mais la série est écrite par Enid Blyton, aussi connue sous le pseudonyme Mary Pollock. Si ces noms ne vous sont pas inconnus, c’est tout à fait normal car l’auteure a considérablement marqué la littérature anglaise.

Censure Le Club des Cinq

La nouvelle édition du Club des Cinq n’a plus grand chose à voir avec les anciennes.

Et en même temps, c’est assez logique car elle a signé un peu plus de 600 romans tout au long de sa carrière.

Enid Blyton a fait l’objet de plusieurs controverses durant sa carrière

Parmi les séries les plus populaires, on peut citer Jojo Lapin, Oui-Oui ou encore… Le Club des Cinq. Elle a créé un véritable empire en l’espace de quelques années, allant jusqu’à publier une cinquantaine de nouvelles, d’albums et de romans par an.

Enid a été fait l’objet de plusieurs controverses durant sa vie et certaines personnes l’ont même accusé d’avoir employé une armée de nègres pour construire son empire. Elle a toujours démenti ces accusations.

Quelques années plus tard, elle a aussi fait l’objet de vives critiques portant sur ses oeuvres et sur son style. Les critiques l’accusaient d’être trop élitiste dans son écriture et certains enseignants l’ont même pointé du doigt en disant que ses livres étaient à la fois sexistes et racistes.

Le Club des Cinq a été publié en Angleterre entre les années 40 et les années 60 avant de sortir en France quelques années plus tard. La série raconte les aventures de quatre enfants accompagnés d’un chien : Claudine, François, Michel, Annie et Dagobert.

A la base, ils sont tous scolarisés dans des pensionnats mais ils se retrouvent pendant les vacances et il leur arrive toujours des aventures extra-ordinaires. Les livres mélangent allègrement les genres et ils flirtent ainsi avec le polar mais également avec le fantastique.

Mais revenons-en plutôt au sujet de cet article et à cette histoire de simplification.

Pourquoi ne pas faire la même chose pour Zola ou Shakespeare ?

Le Club des Cinq va prochainement faire l’objet d’une réédition et cette dernière sera assez différente de celle que vous connaissez.

Premier point et pas des moindres, certains titres ont été remaniés. Le Club des Cinq et les saltimbanques devient ainsi Le Club des Cinq et le Cirque de l’Etoile pour éviter les controverses.

Comme si cela ne suffisait pas, l’éditeur a fait le choix de modifier le temps du récit sur cette nouvelle édition et le passé simple laisse ainsi la place au présent.

Pas terrible, mais ce n’est pas terminé car il a aussi remplacé tous les « nous » par des « on » et il a également coupé certaines descriptions jugées trop longues pour dynamiser le récit. Même chose pour les répliques des différents personnages.

Le pire reste évidemment à venir car certains éléments de l’intrigue ont aussi été modifiés. Dans cet épisode, les cinq amis croisent la route d’un forain du nom de Pancho. Il est accompagné d’un gentil singe et il est battu par son oncle. Ce n’est plus le cas dans la nouvelle version et cela change évidemment le ton du récit.

Ce ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres. Si vous voulez en savoir plus sur les modifications apportées à cette nouvelle édition, vous pouvez vous rendre sur le blog de Celeborn en suivant ce lien.

Je vous avoue que ces changements me laissent assez perplexe. Le Club des Cinq n’était peut-être pas parfait, c’est vrai, et certaines situations étaient sans doute un peu limites, mais les modifications apportées par l’éditeur dénaturent totalement l’oeuvre originale.

Oui et si on le fait pour les livres de cet auteur, alors pourquoi ne pas faire la même chose pour Zola, Molière ou même Shakespeare ? Et que dire de Rabelais et de ses tournures de phrase alambiquées ? Quitte à vouloir simplifier des oeuvres littéraires pour les rendre plus attractives, autant le faire pour tous les bouquins et tant pis si les modifications apportées trahissent la vision de l’auteur.

Mots-clés censureinsolite

Share this post

Frédéric Pereira

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.

  • Chez nous la question du droit moral (à voir si équivalence il y a dans les pays anglo-saxons) permettraient aux héritiers de s’opposer à ce qui peut-être considéré comme une dénaturation de l’oeuvre (si me souvenirs sont bons).

  • bibousiq

    A force de vouloir faire du politiquement correct, on finit par se retrouver avec de la soupe.

  • Marina Naunyme

    Ce sujet est ressorti parce que j’ai lancé un questionnaire à grande échelle pour ma thèse de littérature de jeunesse. Le questionnaire a été partagé par de nombreuses personnes et forcément, comme des questions abordent les modifications des Bibliothèque Rose et Verte, les gens se sont renseignés.
    Pour ceux qui souhaitent le remplir, il est ouvert jusqu’au 31 janvier : https://docs.google.com/forms/d/1mIVh-zleE2o17jxafUt8oixKgM6gsyldO8QxuF_NxF4/viewform?usp=send_form