Clicky

Des articles de Wikipédia censurés au nom du droit à l’oubli

Difficile d’être passé à côté du droit à l’oubli, cette fameuse obligation qu’a maintenant Google de retirer de son index des liens menant à des pages concernant certaines personnes qui en font la demande. Depuis sa mise en place, le géant de la recherche a reçu pas moins de 91 000 requêtes concernant le droit à l’oubli, pour un total de 328 000 liens. Et il s’avère qu’une cinquantaine de liens menait à certains articles de Wikipédia.

Google n’est pas obligé de prévenir les éditeurs des sites que leurs liens vont être désindexés. Cependant, il l’a fait quand même, au moins pour Wikipédia en tout cas, et la Wikimedia Foundation n’est pas très contente d’apprendre la nouvelle de cette censure. Et, quand on y réfléchit bien, il est assez difficile de ne pas comprendre la fondation.

Wikipédia dans Google

Le but de Wikipédia est de fournir une encyclopédie, un outil qui se veut donc le plus neutre possible. Le droit à l’oubli, quand à lui, a pour objectif d’aider ceux qui le souhaitent de disparaître des résultats d’un moteur de recherche en vue de ne pas salir leur réputation.

De par son côté neutre, peut-on reprocher à Wikipédia de contribuer à la perte de crédibilité d’une personne ?

C’est la question qui est posée, et il faut bien avouer qu’elle est complexe. C’est sûr, l’encyclopédie en ligne se veut neutre et elle l’est dans la grande majorité des cas. Cependant, tout le monde ne respecte pas forcément les règles, c’est d’ailleurs pour ça qu’on trouve des sites qui se font payer pour écrire sur Wikipédia.

Autrement dit, il y a quand même des chances pour que l’on trouve du contenu diffamatoire ou assimilé sur Wikipédia, même s’il y a tout autant de chances pour que ce contenu disparaisse assez rapidement par la modération.

En imaginant que le contenu de Wikipédia soit neutre à tous moments, doit-on tout de même le désindexer de Google si la personne que ce même contenu concerne en fait la demande ? J’aurais personnellement tendance à dire non.