Assaut sur la Zone 51 : en fait, l’événement avait été supprimé par erreur

Facebook est au centre de toutes les attentions depuis le début de l’été, et notamment depuis qu’un internaute a eu l’idée un peu folle de créer un nouvel événement sur la plateforme afin d’organiser un assaut sur la Zone 51 en septembre prochain. Contre toute attente, l’événement a rencontré un immense succès et plus de deux millions de personnes ont ainsi répondu présentes en l’espace de quelques semaines.

Mais voilà, la situation a pris une tournure inattendue en début de semaine lorsque le créateur de l’événement a reçu une étrange notification des modérateurs de la plateforme.

Crédits Pixabay

Des modérateurs qui l’informaient de la suppression de son événement, un événement jugé incompatible avec les conditions d’utilisation du service.

Facebook a supprimé l’événement par erreur

Cette nouvelle n’a pas été très bien accueillie par la communauté et de nombreuses personnes ont ainsi reproché à Facebook de chercher à museler ses utilisateurs en censurant leurs contenus.

Cnet, de son côté, a directement contacté l’entreprise américaine afin d’en savoir un peu plus. Durant l’échange qui a suivi, l’un de ses porte-parole a confirmé à nos confrères que la suppression de l’événement était en réalité une simple erreur humaine. De ce fait, les modérateurs ont annulé leur décision et l’événement est réapparu comme par magie sur la plateforme.

Il semblerait d’ailleurs que l’intérêt des internautes ne faiblisse pas.

À l’heure actuelle, plus de deux millions de personnes ont répondu à l’appel lancé par l’internaute… et 1,4 million se disent intéressées.

Le cap des 2 millions de participants franchi

Alors bien sûr, toutes ces personnes ne vont pas réellement faire le déplacement au Nevada le 20 septembre prochain pour fouiller la base militaire, mais les forces de l’ordre semblent tout de même prendre la menace très au sérieux. L’armée a d’ailleurs fait savoir que toutes les personnes qui tenteront de s’introduire sur la base s’exposeront à des poursuites… ou pire.

Les militaires en poste seront en effet autorisés à faire feu si les conditions l’exigent.

De son côté, l’internaute à l’origine de l’initiative a fait savoir qu’il ne s’agissait que d’une vaste plaisanterie et qu’il n’aurait jamais imaginé de telles réactions de la part des internautes. On le croit sans peine.

Sur Facebook, rares sont les événements à susciter autant l’intérêt des internautes. En attendant, si l’aventure vous tente, il suffit tout bonnement de vous rendre ici.

Mots-clés facebookweb