Astéroïdes : un astrophysicien tire la sonnette d’alarme

Alan Fitzsimmons, un astrophysicien respecté par l’ensemble de ses pairs, pense que ce n’est qu’une question de temps avant que l’humanité ne soit anéantie par un astéroïde. Il pense en outre que nos moyens de détection développés par les agences spatiales ne sont pas suffisamment efficaces. Pire, ils seraient même beaucoup trop perfectibles.

Originaire de la Grande-Bretagne, Alan Fitzsimmons travaille depuis plusieurs années pour l’Université Queen’s de Belfast, en Irlande du Nord.

Dangers Astéroïdes

Fondé en 1945, l’établissement compte d’ailleurs de nombreuses célébrités parmi ces anciens élèves et notamment David Trimble, Seamus Heaney ou encore… l’incontournable Liam Neeson.

L’humanité, toujours menacée par les astéroïdes

Passionné par l’espace et les nombreux corps évoluant dans l’Univers, le chercheur a voué toute sa carrière à leur étude et il est d’ailleurs à l’origine de la découverte de quinze astéroïdes. Des astéroïdes découverts sur une période assez large comprise entre 1993 et 2002.

Il a également signé de nombreux articles scientifiques et il est considéré par beaucoup d’astronomes comme une véritable sommité dans son domaine. En conséquence, il a été invité à prendre la parole durant l’Asteroid Day à la fin du mois.

Cet événement est né en 2014, sous l’impulsion de Brian May. Encore lui. Après avoir donné vie au Starmus Festival, il a eu envie de dédier une journée aux astéroïdes. Il a parlé de son idée à Grigorij Richters, le réalisateur de 51 Degrees North, et ce dernier a décidé de soutenir l’initiative.

Plus qu’un colloque, l’Asteroid Day a essentiellement pour but de sensibilité le public au risque des astéroïdes. La démarche a rencontré un certain succès d’ailleurs et l’événement a notamment obtenu le soutien de l’Organisation des Nations Unies.

Il vaut investir dans les méthodes de détection

Alan Fitzsimmons a donc pris la parole récemment pour évoquer la délicate question des astéroïdes, et il n’a clairement pas mâché ses mots. Il a en effet déclaré que ce n’était qu’une question de temps avant que l’humanité ne soit anéantie par un corps de ce type. Fait intéressant, il n’est pas le seul à avoir une vision aussi pessimiste de notre avenir. Brian Cox, Rusty Schweickart et Nicole Stott partagent eux aussi le même avis.

Bien sûr, le chercheur a parfaitement conscience des avancées faites par les agences spatiales en matière de détection, mais il pense que ces dernières ne sont pas suffisantes. En effet, pour l’heure, nos instruments ont détecté environ 1 800 corps potentiellement dangereux, mais la liste est très loin d’être exhaustive et c’est précisément pour cette raison qu’il est indispensable d’accentuer nos efforts… et nos investissements.

Il cite notamment pour exemple la Toungouska. La région a en effet été frappée en 1908 par un astéroïde de petite taille et ce dernier a généré une onde de choc équivalent à plusieurs centaines de fois celles d’Hiroshima et de Nagasaki. Fort heureusement pour nos aïeux, l’événement s’est déroulé dans une région reculée. Les pertes humaines auraient pu être très importantes si le corps avait frappé une capitale.