Au 14e siècle, un tsunami a également fait des ravages dans la même région que celui de 2004

Le tsunami du 26 décembre 2004, qui a frappé la région du sud-est de l’Asie et certaines régions de l’océan indien, fait partie des évènements les plus meurtriers de ces dernières années.

Il semble toutefois que ce tsunami n’est pas le premier à frapper cette région. Une équipe composée d’archéologues irlandais, malaisiens, britanniques et de Singapour a en effet découvert qu’il y a 600 ans, une catastrophe du même genre a déjà eu lieu, avec les mêmes effets destructeurs.

Crédits Pixabay

L’ancien tsunami a frappé la région en 1394, et selon les scientifiques qui ont travaillé sur les fouilles, on a la preuve qu’une dizaine de villages ont été touchés dont 9 complètement détruits, rien que dans la province indonésienne d’Aceh où les investigations ont eu lieu.

Les vestiges du sultanat d’Aceh ?

Les restes des villages découverts par les scientifiques se sont révélés à la suite du tsunami de 2004. Ils comprennent des fragments de poteries anciennes provenant de Syrie et de Chine, et de nombreuses pierres tombales musulmanes. Tout atteste de la présence d’une ancienne implantation dans la région.

Au cours de leurs recherches, les archéologues ont pu mettre la main sur dix anciens villages, dont un a relativement été préservé après le passage de l’ancien tsunami. Ce dernier se trouvait en effet sur une colline, et sa situation en hauteur a joué en sa faveur par rapport aux autres sites.

Il semble que ces villages aient autrefois fait partie du sultanat d’Aceh, un royaume établi par des communautés de commerçants qui habitaient la région il y a de ça plusieurs siècles.

Une région à haut risque

Les découvertes faites par ces archéologues montrent à quel point cette partie de l’océan Indien peut-être sujette aux effets destructeurs des tsunamis, avec leurs vagues pouvant atteindre 50 mètres de haut.

Près de quinze après le tsunami de décembre 2014, les habitants des régions touchées par la catastrophe naturelle se souviennent encore des dégâts qu’elle a laissés. Douze pays ont été frappés, mais la majorité des pertes humaines ont été à déplorer en Indonésie et au Sri Lanka.

Causé par un séisme de magnitude 9,3 qui a secoué le plancher océanique, on a dénombré plus de 280.000 victimes, sans compter les villages et les infrastructures emportés par le raz-de-marée dévastateur.

Mots-clés archéologie