Clicky

Au Japon, il existe des trains où l’on peut s’allonger sur de la moquette

Les premières lignes ferroviaires à grande vitesse japonaises ont été construites en 1964, au moment où l’économie du pays était en pleine croissance. Opérationnalisées depuis les années soixante, les wagons-lits existent encore au Japon. Destinés aux voyageurs de nuit, ils ne disposent pas de sièges comme un train ordinaire. Ainsi, durant le trajet, les passagers se reposent en s’allongeant sur la moquette du train.

L’arrivée des bus de nuit, des TGV et des compagnies aériennes locales, qui coutent beaucoup moins cher, a considérablement réduit ce type de transport. Au début des années soixante-dix, bon nombre de ces trains ont été retirés des rails.

Sunrise Seto

Crédits Wikimédia

Seuls, le Sunrise Seto et le Sunrise Izumo sont restés dans le circuit.

La mise en place des chemins de fer a permis aux Japonais d’effectuer des voyages interurbains. Autrefois, ce genre de transport était très apprécié. Elle est pratique, surtout pour les travailleurs qui ont besoin de repos.

Des services supplémentaires 

Pour aller de Tokyo à Okayama, les deux engins sont assemblés pour ne former qu’un long train de quatorze wagons. Leur départ habituel est à vingt-deux heures. Après ce trajet, ils sont séparés, et chacun continue sa route vers une autre destination. Le Sunrise Seto arrive dans la ville de Takamatsu, sur l’île de Shikoku, à sept heures et demie. Le Sunrise Izumo parvient jusqu’à la ville d’Izumoshi, dans la préfecture de Shimane, vers dix heures du matin. Ensuite, ils se rejoignent à Okayama.

Le manque de sommeil et l’obligation de trouver un hôtel où passer la nuit ne sont plus des problèmes. Les trains sont équipés de petites cabines privées et d’un espace public ouvert appelé « nobinobi », recouverts de moquettes. Les cabines ne disposent pas forcément de lits, mais les clients peuvent dormir sur une moquette.  Selon le type de compartiment, divers jetons, pouvant atteindre cent cinquante-trois dollars, sont proposés aux clients, dans le cas où ils veuillent s’offrir des services supplémentaires. Néanmoins, les trains-lits restent relativement abordables.

Si un voyageur souhaite prendre une douche, il doit acheter un jeton. Puisque l’offre est limitée, il est conseillé d’en acheter un à l’avance. Un jeton équivaut à six minutes de douche. À l’intérieur du train, il y a des toilettes, des distributeurs automatiques et des salons.

Des wagons de luxueux

Actuellement, des compagnies ferroviaires japonaises proposent de nouveaux concepts pour une nouvelle clientèle. Leurs trains ressemblent davantage aux hôtels de luxe. Ceux-ci sont équipés de salons cinq étoiles avec cheminées, et de restaurants aux menus conçus par des chefs étoilés. Leurs formes ont été remodelées afin d’offrir des vues panoramiques aux voyageurs. Ces services de luxe sont offerts par le Twilight Express Mizukaze et le Seven Stars, à un prix avoisinant les dix mille dollars.

Les trains-lits ne sont plus très populaires au pays du Soleil-levant, même si quelques-uns continuent à relier les archipels. Désormais, on ne les trouve plus très fréquemment que sur un célèbre réseau ferré russe : le Transsibérien.

Sunrise Seto : image 2

Crédits Wikipédia

Sunrise Seto : image 3

Crédits Wikipédia

Sunrise Seto : image 4

Crédits Wikipédia

Mots-clés japon