Au Japon, un blogueur a été tué par un harceleur en ligne

Kenichiro Okamato était un blogueur et un expert en cybersécurité très connu au Japon. Il a récemment organisé un séminaire sur la manière de traiter les trolls dans la cité de Fukuoka. Il a également profité de ce moment pour parler des différents problèmes rencontrés par les blogueurs comme les campagnes de harcèlement. L’évènement a duré deux heures.

Quand le séminaire a pris fin, Okamoto s’est rendu dans la salle de bain du lieu. C’est là qu’on l’a poignardé à mort. The Asahi Shimbun a rapporté que le tueur s’est rendu à la police. Il a donné les raisons pour lesquelles il a assassiné le blogueur.

Meurtre

Il s’agit d’un malentendu suite à des échanges avec Okamoto sur internet. L’assassin est un homme de 42 ans appelé Hidemitsu Matsumoto.

L’homme est arrêté pour meurtre. Pour le moment, la police n’a pas fait de déclaration sur cette affaire.

Okamoto, un blogueur habitué aux menaces

Matsumoto n’était pas la seule personne à avoir voulu tuer le blogueur. Avant que celui-ci soit arrêté, un utilisateur du nom de Teino Sensei ou Monsieur Idiot a fait une annonce plutôt inquiétante. Il a publiquement affirmé son envie d’assumer le meurtre.

Cette personne a déjà eu des querelles avec Okamoto sur internet.

Le blogueur évoquait dans un article des centaines d’alias utilisés par Teino Sensei depuis 2016 pour le harceler. Le post a été mis en ligne le 2 mai 2018. Okamoto a bien affirmé qu’il n’avait pas peur des menaces qu’il recevait. Il disait même dans son post qu’il a un service particulier qui se charge de geler tous les comptes malintentionnés comme Teino Sensei.

Matsumuto est-il Teino Sensei ?

Aucune confirmation n’a encore été faite officiellement par la police. On ne peut donc pas dire que le tueur et Teino Sensei sont une même personne. Le message est pourtant clair après ce meurtre.

Cette histoire prouve une nouvelle fois à quel point le harcèlement en ligne doit être pris au sérieux. Les menaces de mort sur les réseaux sociaux peuvent atteindre la vie réelle.

Ce n’est en outre pas la première fois qu’un tel drame se produit. En fin d’année dernière, un père de famille a été tué par les forces d’intervention suite à un swatting orchestré sur Internet.