Australie : découverte de la plus grande empreinte de dinosaure jamais observée

La plus grande empreinte de dinosaure jamais enregistrée a été découverte dans le nord de l’Australie, et plus particulièrement dans une zone surnommée par les spécialistes le « Jurassic Park Australien », en raison des nombreuses traces de dinosaures observées dans ce périmètre entre 2011 et 2016.

Cette empreinte massive – environ 1,75 m de long d’après les experts – est celle laissée par un sauropode (une espèce de dinosaure dont le célèbre diplodocus est une sous-famille). Un sauropode lui aussi particulièrement imposant puisque les paléontologues de l’université du Queensland, chargés des fouilles, estiment que le spécimen à l’origine de cette trace devait mesurer aux environs de 5,40 mètres rien qu’au niveau de ses hanches.

empreinte-dino

Une équipe de paléontologues de l’université du Queensland ont révélé lundi avoir découvert une série d’empreintes de sauropodes, dont une trace de pas de 1,75m.

« Ces empreintes géantes sont vraiment spectaculaires, rien ne se rapproche de cette taille » a commenté Steve Salisbury (l’un des responsables de l’équipe de paléontologues) auprès de CNN. Un constat qui n’a rien d’une exagération, l’équipe ayant réellement trouvé l’empreinte la plus grande jamais enregistrée, cette dernière parvenant sans mal à battre celle de 1,15 m retrouvée l’an dernier en Bolivie, et laissée il y a près de 70 millions d’années par un Abelisaurus (dinosaure bipède et carnivore).

De nombreuses traces retrouvées depuis 5 ans

Cette découverte fantastique ne dépend toutefois pas seulement des paléontologues, loin de là. En effet la zone de fouille (secteur d’environ 25 kilomètres sur la côte de la péninsule de Dampier) aurait initialement dû être exploitée par le gouvernement australien pour ses réserves de gaz naturel.

C’est finalement grâce aux aborigènes de la localité que le projet a pu être annulé et que des recherches ont été diligentées, ces derniers ayant prévenu la communauté scientifique de la présence d’empreintes gigantesques, connues par leur peuple depuis des générations.

5 années de recherches sur place auront conduit à la découverte de plusieurs dizaines d’empreintes, appartenant à pas moins de 21 espèces de dinosaures différentes. De quoi pousser Steve Salisbury à ajouter : « Si nous retournions 130 millions d’années en arrière, on verrait toutes ces espèces différentes se balader sur la côte. Ce serait une sacrée vue.« 

Sur ce coup, nul doute que la paléontologie doit une fière chandelle aux aborigènes…