Clicky

Avant la disparition du WiiWare, les exclusivités du service à saisir sans (trop) tarder

D’ici quelques mois, il deviendra successivement impossible d’acheter et de télécharger les jeux présents sur la boutique virtuelle de la Wii. Pourquoi ne pas alors (re)faire un tour du côté du WiiWare afin d’inscrire dans notre patrimoine vidéoludique, et s’ils le méritent, des titres déjà condamnés au néant et pourtant inédits ailleurs ?

En moins de deux ans, ce sera la seconde fois, notable, que la fermeture d’un service va rendre inaccessible une quantité non négligeable de contenus vidéoludiques. En 2015, le PlayStation Mobile fermait ainsi ses portes même pas rouillées après quasiment trois ans d’existence publique.

Pour rappel, cette plate-forme permettait principalement au possesseur d’une PS Vita d’avoir la sensation d’avoir entre les mains le catalogue de jeux disponibles sur Android et iOS, le choix pléthorique en moins et des prix plus élevés en sus. Aujourd’hui, c’est la chaîne boutique de la Wii qui s’apprête à tirer sa révérence, et avec elle, moult titres plus ou moins intéressants et surtout inédits.

Fermeture du WiiWare : du pourquoi de s’ajouter des points avant le 26 mars

Dans un article préventif, Kotaku souligne que si cette chaîne boutique deviendra inaccessible après le 30 janvier 2019, elle perdra une significative utilité dès le 26 mars 2018, date à laquelle il sera en effet impossible de créditer son compte de points Wii. Autrement dit, une nouvelle visite en ces lieux s’impose sans plus tarder afin de savoir si quelques perles méritent d’être sauvées. On rappellera au passage que même un contenu acheté ne pourra plus être téléchargé lors de la fermeture de cette boutique virtuelle.

L’accent est ici mis sur le WiiWare, section où se trouvent des jeux parfois, voire souvent, impossible à trouver ailleurs. Un passage du côté de la Console Virtuelle n’est pas inutile pour récupérer par exemple des jeux n’ayant jamais foulé le sol européen voire occidental, comme Chrono Trigger (Super Nintendo), Ogre Battle 64: Person of Lordly Caliber (N64) ou encore Pulseman (Mega Drive).

L’énumération qui va suivre n’est évidemment pas exhaustive, et pour les titres absents ici, on ne saurait que trop recommander de taper leur nom dans un moteur de recherche pour se faire soi-même son idée (et de consulter le listing de Kotaku, bien plus conséquent que celui dressé par votre serviteur). Bon, commençons.

Quelques perles à sauver

Gradius Rebirth, Contra Rebirth et Castlevania: The Adventure Rebirth sont des réinventions de trois des franchises fortes de Konami, confiées ici au studio M2 également responsable de la série des 3D Classic sur 3DS (exclusivement des jeux SEGA). On citera de même Excitebike World Rally de Nintendo, Space Invaders Get Even de Taito/Square Enix ou encore Alien Crush Returns de Hudson Soft.

Puisque l’on parle de Square Enix, il est aussi bon de rappeler que les deux spin-off de Final Fantasy Cristal Chronicles, My Life as a Darkloard et My Life as a King, ne sont disponibles que sur WiiWare. Le service comprend également une version de Final Fantasy IV : Les Années Suivantes graphiquement différente de celle présente sur PSP dans Final Fantasy IV : The Complete Collection. Terminons avec Muscle March de Namco, un soft où des bobybuilders tentent de récupérer une canette de protéines tout en reproduisant les figures laissées dans le marbre par les camarades les précédant. Voilà, il y a tout de même déjà là de quoi égayer un peu le compte en banque de Nintendo pour les prochains mois.

Mots-clés wii

Share this post