Avec VASIMR, le voyage vers Mars sera beaucoup plus rapide

Cela fait des années que l’homme rêve de conquérir Mars. Depuis, la planète rouge semble plus proche que jamais. Cela fait deux ans que la NASA travaille sur une fusée qui devrait permettre de s’y rendre dans un laps de temps très court, soit en quelques semaines. Baptisée VASIMR, la fusée en question présente la particularité d’avoir un moteur plasma.

Le projet est une idée de la société Ad Astra Rocket Company, et remonte aux années 70. Depuis, le développement du moteur plasma est en bonne voie de réussir. Les chercheurs sont parvenus à stabiliser un prototype et le faire fonctionner au moins pendant cinq minutes.

Espace

L’objectif final est d’atteindre les cent heures de fonctionnement d’ici 2018.

Une fusée avec un moteur plasma

VASIMR est en fait un projet datant de 1970, avec à son origine la société Ad Astra Rocket Company. C’est l’entreprise qui s’occupe de développer le moteur plasma, en collaboration avec la NASA. Le principe de fonctionnement est la suivante : la fusée est propulsée grâce à la formation et la réaction d’un plasma.

Ce dernier est ensuite rapidement évacué à l’extérieur par une tuyère.

Pour l’instant, les prototypes développés ne sont parvenus qu’à cumuler une dizaine d’heures de fonctionnement. L’objectif final est de réussir à activer un moteur pendant une centaine d’heures au moins. Concernant l’énergie nécessaire pour créer le plasma, les chercheurs envisagent d’utiliser les énergies solaires et thermonucléaires.

Terre-Mars, un voyage de seulement 40 jours

Grâce à son moteur plasma, la fusée VASIMR devrait permettre de se déplacer beaucoup plus vite dans l’espace et donc d’arriver à destination en moins de temps. Dans le cas de Mars, le trajet devrait durer moins de quarante jours si les fusées utilisées pour y aller sont des modèles équipés du fameux moteur plasma du tandem NASA et Ad Astra Rocket Company.

Les tests continuent pour éprouver la solidité des prototypes et parvenir à des résultats vraiment concrets jusqu’à l’année prochaine. D’ici là, la société Ad Astra compte bien parvenir à rallonger considérablement le temps de fonctionnement de ses moteurs de fusée.

Mots-clés espacemarsNASA