Barbe Noire : d’anciens textes ont été découverts dans l’épave de son navire

C’est l’un des plus célèbres pirates britannique, et il est réputé pour sa sauvagerie et sa cruauté légendaire, mais une nouvelle découverte laisse penser que Barbe Noire était aussi un avide lecteur. Le funeste pirate et son équipage de flibustiers du Queen Anne’s Revenge, un vaisseau amiral vieux de 300 ans, aimaient peut-être lire des histoires d’aventures.

C’est ce que suggère une découverte improbable faite dans une chambre à canon de l’épave du Queen Anne’s Revenge.

Barbe Noire

Le redoutable Barbe Noire amateur de lecture ?

De fragiles fragments de papier, récupérés sur l’épave du bateau pirate datant du 18e siècle, ont été identifiés comme provenant d’un livre de 1712 qui relate un voyage dans la mer du Sud effectué par le capitaine Edward Cooke. L’épave du Queen Anne’s Revenge a été découverte en 1996 sur un banc de sable à Beaufort Inlet, en Caroline du Nord, où Barbe Noire l’a échoué en 1718. Depuis, les archéologues ont récupéré des canons, des perles de verre, des pièces de monnaie et de la poussière d’or des restes du navire.

Leur dernière trouvaille suggère que Barbe Noire, qui avait la réputation d’imposer une discipline stricte à bord de ses navires, aurait pu avoir un côté littéraire. Les fragments du livre ont été retrouvés dans un paquet de textiles mouillés retirés d’une chambre à canon lors de son nettoyage en 2016, rapporte Erik Farrell, conservateur du Queen Anne’s Revenge (QAR) Conservation Lab.

Le papier noirci aurait pu servir de bouchon de protection du museau des canons contre les éléments, écrit National Geographic. Le titre complet du livre trouvé sur l’épave était : « A Voyage to the South Sea, and Round the World, Perform’d in the Years 1708, 1709, 1710 and 1711 by Captain Edward Cooke »

Des fragments d’un livre d’aventure qui a inspiré le roman de Robinson Crusoé

Le livre décrit les expériences de Cooke sur deux navires – Duke et Dutchess. Il mentionne également le sauvetage d’Alexander Selkirk d’une île où il avait été abandonné pendant quatre ans. L’incident a été plus tard inspiré du roman de 1719 de Daniel Defoe, Robinson Crusoé. Au total, seize fragments de papier ont été identifiés, dont sept seulement étaient lisibles.

Les récits historiques suggèrent que les membres des équipages de pirates étaient souvent alphabétisés, car ils avaient besoin de lire les cartes de navigation. Les chercheurs espèrent conserver les fragiles fragments de papier cette année jusqu’à la célébration du 300e anniversaire de Barbe Noire, ou Edward Teach de son vrai nom.

Crédits Image