Clicky

Barnard b serait en mesure de soutenir une vie extraterrestre

A environ 5,96 années-lumière du Système solaire, dans la constellation zodiacale de l’Ophiuchus, se trouve une étoile appelée l’étoile de Barnard. C’est le deuxième système le plus proche de notre système solaire, mais cette étoile n’est pas visible à l’œil nu en raison de sa faible luminosité.

En novembre 2018, les astronomes ont annoncé avoir découvert une planète en orbite autour de l’étoile de Barnard.

Espace

Elle a été baptisée Barnard b (ou GJ 699 b). Et bien, les scientifiques pensent maintenant que cette planète pourrait abriter une vie extraterrestre.

Une planète à la température probablement glaciale

Les astronomes Edward Guinan et Scott Engle, de l’Université Villanova, en Pennsylvanie, ont mené des recherches qui les ont conduits à la conclusion que Barnard b pourrait avoir le potentiel d’abriter une vie primitive en dépit de sa température probablement froide (-170 degrés Celsius).

Ils ont présenté leur travail à l’occasion de la 233e rencontre de l’American Astronomical Society (AAS) à Seattle, Washington, qui s’est tenue le 10 janvier dernier.

Avec une masse un peu plus de trois fois supérieure à celle de la Terre, Barnard b gravite autour de son étoile hôte, l’étoile de Barnard (une naine rouge), tous les 233 jours. La distance qui sépare cette planète de son étoile est environ la même que celle qui sépare Mercure de notre soleil.

Sauf que dans le système de l’étoile Barnard, cette distance se trouve près de la ligne de glace, c’est-à-dire la limite au-delà de laquelle la chaleur de l’étoile ne peut plus maintenir les molécules d’eau sous forme de vapeur.

En d’autres termes, à partir de la ligne de glace, l’eau a de fortes chances de geler.

Des sources de chaleur qui pourraient soutenir la vie sur Barnard b

Selon les astronomes qui ont réalisé l’étude, Barnard b a besoin d’une autre source de chaleur pour pouvoir abriter une forme de vie.

D’après eux, cette fonction pourrait être assurée par un grand noyau chaud de fer/nickel – à l’instar de la Terre – et une activité géothermique renforcée sur Barnard b.

Selon Edward Guinan : « Le chauffage géothermique pourrait alimenter des « zones de vie » sous sa surface, semblables aux lacs souterrains de l’Antarctique. On a pu constater que la température de surface de la lune glacée Europa de Jupiter est similaire à celle de Barnard b, mais qu’en raison du réchauffement des marées, Europa a probablement des océans liquides sous sa surface glacée. »