Bermudes : les océanographes ont découvert une zone peuplée de 100 nouvelles espèces

Des scientifiques de l’université d’Oxford ont fait la découverte d’une zone océanique encore « vierge » située au large des Bermudes. S’étendant de 130 à 300 mètres, cette portion de mer abrite une multitude d’espèces de poissons, coraux, crustacés et algues encore méconnus des chercheurs.

Ils sont plus d’une centaine à peupler la zone Rariphotic.

Il faut savoir que cette étonnante découverte n’est pas le fruit d’un simple hasard. Elle résulte plutôt d’une mission de recherches menée par Nekton, un organisme caritatif britannique d’exploration océanique, en collaboration avec les scientifiques de la prestigieuse université.

L’équipe a dû sillonner les fonds des océans pendant plusieurs centaines d’heures pour trouver la nouvelle zone et en savoir davantage sur son écosystème.

Une découverte inattendue

À en croire Alex Rogers, professeur de biologie de la conservation à l’université d’Oxford et directeur scientifique de Nekton, cette découverte est une surprise pour tous.

« Considérant que les eaux des Bermudes sont relativement bien étudiées depuis plusieurs décennies, nous n’attendions certainement pas un tel nombre et une telle diversité de nouvelles espèces. » explique-t-il.

Ragaillardie par cet exploit, l’expédition prévoit de reprendre rapidement la route d’ici la fin de l’année pour se diriger cette fois-ci vers l’océan Indien. L’équipe compte explorer les eaux de plusieurs archipels, dont les Seychelles et les Maldives ou encore l’île Maurice.

20 000 lieues sous les mers

Pour répertorier toutes les nouvelles espèces de la zone Rariphotic, les chercheurs d’Oxford et Nekton ont dû s’aventurer sous l’eau pendant plusieurs semaines pour explorer les fins fonds de l’océan.

C’est ainsi qu’ils ont déniché l’Antillogorgia, un corail situé à une profondeur de 30 mètres environ. Ils ont aussi découvert des montagnes maritimes dont les pentes abritaient un véritable écosystème de gorgones et coraux torsadés, d’oursins, de murènes vertes…

Selon Oliver Steeds, directeur général de Nekton, les fonds marins regorgent de nombreux mystères à découvrir. Pour lui, l’océan profond mérite qu’on s’intéresse à lui au même titre que la Lune et l’espace si ce n’est même plus. « 24 personnes ont été sur la Lune, mais seulement trois sont descendues au nadir de notre Terre, 11 000 m, jusqu’à la pleine profondeur de l’océan. »

Mots-clés océanologie