Besoin d’argent ? Leakez vos propres sextapes !

Besoin d’un peu d’argent pour mettre du beurre dans les épinards ou même pour boucler vos fins de mois ? Inutile de demander des heures supplémentaires à vos patrons. Il suffit de tourner une sextape, de la diffuser sur les trackers de torrents et d’attaquer ensuite les internautes pour violation du droit d’auteur. Et s’ils ne veulent pas payer, alors rien ne vous empêchera de les rançonner.

C’est précisément la technique utilisée par deux avocats américains pour se remplir les poches.

Arnaque sextape

La Justice n’est si aveugle que ça en fin de compte.

Entre 2011 et 2014, Paul R. Hansmeier et John L. Steele ont extorqué un peu plus de 6 millions de dollars à des pirates amateurs de porno en utilisant cette stratégie.

Une arnaque bien ficelée, sur fond de sextapes

Comment faisaient-ils ? L’arnaque était plutôt bien ficelée, pour le coup. Les deux avocats commençaient ainsi par tourner des sextapes et ils les partageaient ensuite en ligne en s’appuyant sur toutes les plateformes de torrents les plus populaires. Comme le vénérable The Pirate Bay, par exemple.

Ils attendaient ensuite tranquillement que les internautes téléchargent les films et ils lançaient ensuite une procédure pour violation de copyright afin de trouver l’identité des pirates.

Lorsque c’était fait, il ne leur restait plus qu’à les contacter en les menaçant d’une lourde amende de 150 000 $… avant de leur proposer un arrangement. Pour mettre fin à la procédure, les internautes devaient ainsi leur verser une somme tournant autour de 4 000 $.

Histoire de compliquer encore un peu plus l’affaire, les deux avocats avaient également créé plusieurs sociétés factices pour récupérer l’argent et rendre leurs demandes un peu plus crédibles.

Certains pirates ne sont pas tombés dans le panneau

Le stratagème a visiblement porté ses fruits puisque les deux hommes ont engrangé un peu plus de six millions de dollars en l’espace de trois ans. Pas mal, n’est-ce pas ?

Certes, mais tout le monde n’est pas tombé dans le panneau et plusieurs pirates ont contesté la demande. Certains ont décidé de porter plainte, pour de vrai cette fois. La police a donc ouvert une enquête et elle a rapidement remonté la trace des deux hommes. Ils passeront prochainement devant le tribunal et ils font face à pas moins de 18 chefs d’accusation.

Ils sont notamment accusés de fraude électronique et de blanchiment d’argent en bande organisée. Autant dire qu’ils risquent de passer pas mal de temps à l’ombre… sauf s’ils arrivent à trouver un terrain d’entente bien entendu…

Mots-clés arnaqueinsoliteweb